Lettre ouverte : Evra, pourquoi t’as fais ça ?

21
octobre
2013

Auteur :

Catégorie : Editos

Dans son interview à Téléfoot, Patrice Evra attaque au lance-flammes des journalistes. Un mauvais timing à quelques jours des barrages. Pourquoi ?

Dans une interview accordée à Téléfoot, Patrice Evra égratigne des journalistes sportifs et anciens footeux. Une querelle d’égos sur fond d’optimisme béat chez le défenseur mancunien. Mais à quelques jours d’un barrage, fallait-il mettre le feu aux poudres de la sorte ? 

Cher Patrice Evra,

Sans prévenir, tu viens d’enclencher une sacré belle polémique. Qui s’envenime déjà dans le microcosme footballistique. Venue troubler le calme apparent d’une sélection encore fragile, ton intervention est loin d’être le choix le plus judicieux de ta, pourtant belle, carrière. Après ces trois matchs encourageants, à relativiser au vu du standing des adversaires, où l’Equipe de France avait retrouvée un semblant d’élan en inscrivant 13 buts, tu as eu la mauvaise idée de balancer. Et pas avec le dos de la cuillère mon salaud.

Mauvais timing ? Mauvaise communication ? Mauvaises cibles ? Un peu tout ça à la fois. Un cocktail explosif qui enflamme la toile, et ne tarde pas à s’étaler dans les journaux spécialisés. Dans une période charnière où tout un pays tremblote à l’idée de repasser par les barrages pour rallier le Brésil, les Bleus ont besoin d’un soutien indéfectible. Où les paroles sont mesurées et les sourires affichés pour tenter de redorer l’image déplorable dans l’opinion publique. Espérais-tu aggraver le déjà alarmant 82% des Français qui ont une mauvaise image de l’équipe dans l’Hexagone ? A force de remous et de déclarations au bazooka, tu pourrais faire péter le plafond champion.

Inévitablement, on te renverra au fiasco de Knysna, de ton capitanat auréolé du titre de «putschiste rejetant l’autorité du coach et du président de la Fédé». Ta réintégration en sélection avait provoqué de sacrés remous. Ta présence aujourd’hui rappelle votre absence de lucidité en 2010. Et plus moyen de se défaire de ce statut de «bad boy» dommageable à l’heure où la FFF tente à coup de sorties, évènements et de coups de com’ de faire renaître la flamme dans le coeur des supporteurs.

Tu ne te dis jamais sifflé quand tu sors, « invention de journaliste ». Tu argues que tu n’as « jamais eu de problème avec Domenech » et que si tu le voyais tu lui saluerais volontiers. En absence de preuves, couplé de phrases au conditionnel qui sentent trop forte la langue de bois, on ne jugera pas catégoriquement. Mais rouler dans la boue autant de journalistes d’un coup, ça devient suicidaire. N’es-tu pas au courant que Ménès, Courbis, Lizarazu, Fernandez jouissent d’un soutien sur le net chez les aficionados, largement supérieur au tien ? Se mettre en plus à dos les fans, c’est pas futé. Ces mêmes fans qui te pourriront sur les réseaux sociaux et militeront pour une sanction adéquate à cet outrage. Voilà Deschamps bien embêté de devoir écouter la vox populi comme un boussole à l’heure d’aligner son équipe.

En espérant qu’à ta soif de vérité, à présent satisfaite, se succède un vrai travail de réflexion face à la vindicte populaire. Un petit tweet, un communiqué, on ne demande pas grand chose. Juste rétablir les priorités de l’Equipe de France et passer outre des querelles d’égo qui ont déjà anéanti notre sélection.

La rédaction d’APP.

PS : Et tout simplement redevenir le bon joueur que tu es.

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

Comments are closed.

Plus dans Editos
L'interminable disette du Madrilène a pris fin. Mais divers situations peuvent aussi durer 1222 minutes. Garde le sourire Benzema, il y a pire que toi.
1222 minutes : Benzema n’est pas seul

Finalement. Enfin. Les clameurs du Parc en ont ri «Il a marqué ! Il a marqué !», le soulagement fut...

On connaissait Nice pour son équipe en pleine réussite et son stade neuf. Désormais on saura aussi que des abrutis sifflent à tout-va. Honte à eux.
Ligue 1 : les sifflets de la honte

D’abord dans le flambant neuf Allianz Riviera puis au Stadium à Toulouse, on a pu s’indigner.  Ou quand la bêtise,...

Sochaux-Valenciennes ou le duel entre deux équipes déjà larguées au classement Ligue 1 qui ne verront pas plus haut que la zone de relégation. A moins que..
Ligue 1 : déjà un “match de la peur”

Un match entre le dernier et l’avant-dernier et une certaine dramaturgie propre à la Ligue 1, qui perd un par...

Fermer