L’Espagne a rendez-vous avec l’Histoire

01
juillet
2012

Auteur :

Catégorie : Euro 2016

Italie-Espagne-finale-euro-2012

La Roja est à 90 minutes (voire 120) de réaliser un triplé, jamais fait auparavant : Euro – Coupe du Monde – Euro. Elle affrontera l’Italie, la sensation de cette édition en Pologne-Ukraine. Et autant le dire, les Italiens comptent bien surfer sur leur euphorie pour faire chuter des Espagnols, qui peinent à séduire.

Un 10 juin à Gdansk. L’Espagne et l’Italie s’affrontent pour le choc annoncé de ce groupe C lors de la première journée des phases de poule. Malgré la chaleur et plusieurs interrogations planant sur les deux équipes, le match est un régal. Le score de parité (1-1) arrange tout le monde et permet aux deux écuries de commencer leur périple Est Européen par un résultat lançant idéalement leur campagne. La suite, on la connaît. Mais personne n’aurait parié que 21 jours plus tard, elles se retrouveraient à 1100 km de là pour disputer la finale de l’Euro à Kiev.

L’Espagne met une rouste aux Irlandais (4-0), s’impose in extremis contre la Croatie (1-0), se qualifie sans génie face à la France (2-0) et battent leurs voisins Portugais au terme d’une séance de tirs aux buts forte en émotion (0-0 a.p. 4 t.a.b. 2). Sans convaincre, les hommes de Del Bosque affichent des lacunes.

Chose impensable lors de leurs sacres en 2008 et 2010. Mais c’est la fatigue, l’usure psychologique qui semble ronger la Roja. À force de tout gagner, les Ibères sembleraient presque blasés de tout balayer sur leur passage. Et la chance avec laquelle ils retrouvent une troisième finale (transervale de Bruno Alves, poteau rentrant de Fabregas lors de la séance) est significative que cette campagne ne ressemble à aucune autre. Elle a du lutter. Batailler ferme pour montrer à l’Europe entière que la sélection espagnole n’était pas morte.

Mieux, qu’elle était encore avide de titres. Cela tombe bien, elle est à un match d’un triplé inédit. Un troisième trophée consécutif qui la placerait dans le panthéon des meilleures équipes Européennes de tous les temps. Du moins, par le palmarès.

A contrario, l’Italie est montée en puissance. Doucement mais sûrement, le vainqueur de l’édition de 1968 a tenté de relever la tête après un nouveau scandale des matchs truqués. Mais comme en 1982, et en 2006, les affaires de corruption semblent au contraire exacerber leur motivation, les transcander pour sauver l’honneur de la nation.

Tenus en échec contre les Croates (1-1) et vainqueurs de l’Irlande (2-0), ils éliminent logiquement ensuite l’Angleterre (0-0 a.p. 4 t.a.b. 2) et battent les Allemands en demi-finale grâce à un Balotelli on fire (2-1). Avec des joueurs d’expérience sans doute à leur meilleur niveau (Pirlo, Buffon) et des talents à qui rien ne résistent (Balotelli, Diamanti), le savant mélange a pris.

Une étonnante renaissance quand on sait que les Italiens furent piteusement éliminés de la Coupe du Monde 2010 en phase de poule … Mais dos au mur, et sans vraiment d’objectif, Prandelli a réussi son pari. Fédérer tout un peuple derrière son équipe nationale. Les scènes de liesse dans toute la Grande Botte après chaque match peuvent en témoigner.

Côté formation, aucun changement n’est attendu. D’un côté comme d’un autre. On ne change pas une équipe qui gagne, tel semble être le crédo des deux sélectionneurs avant ce rendez-vous ô combien important pour deux pays en proie à des sérieuses difficultés financières et pour qui une victoire ce soir serait un énorme soulagement.

Du moins pour le moral. Et comme un symbole, la rigueur allemande fût battu. Comme quoi, l’Italie et l’Espagne n’ont pas forcément besoin des Allemands pour exister en Europe. Quoique …

Compos probables :

Italie :  Buffon – Abate, Barzagli, Bonnucci, Chiellini – Marchisio, Pirlo, De Rossi – Montolivo – Balotelli, Cassano

Espagne :  Casillas – Arbeloa, Pique, Ramos, Alba – Xavi, Busquets, Alonso – Silva, Fabregas, Iniesta


Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Euro 2016

Plus dans Euro 2016
mario-balotelli
Super Mario, ce héros complétement fou

Héros du match lors de la demi-finale face à l'Allemagne, Mario Balotelli permet à son équipe d'accéder à la finale...

France-Laurent-Blanc
EDF / Laurent Blanc : stop ou encore ?

En fin de contrat, le sélectionneur de l’équipe de France rencontre ce jeudi le patron de la FFF, Noël Le...

angleterre-tab
Angleterre : une obsession pour les tirs au but

Suite à l'élimination de l'Angleterre en quarts de finale de l'Euro 2012 face à l'Italie et à la suite de...

Fermer