Les Girondins de Bordeaux de retour au premier plan

23
août
2012

Auteur :

Catégorie : Europe

Les girondins de Bordeaux retrouvent leur meilleur niveau

Alors que tout le monde se focalisait sur le PSG et Montpellier, ce sont pourtant l’Olympique Lyonnais, l’Olympique de Marseille et les Girondins de Bordeaux qui caracolent en haut du classement de ligue 1 avec deux victoires en autant de matchs. On ne les attendait pas forcément là. Mais finalement, concernant les Girondins, le bon début de saison n’a rien de surprenant.





Sans impressionner, Bordeaux enchaine les succès

On les avait quittés tout sourire le 20 mai dernier, après la victoire à Geoffroy Guichard qui leur avait permis d’accrocher un billet inespéré pour l’Europe. Galvanisés par une fin de saison 2011/2012 parfaite et profitant d’un effectif inchangé, les Girondins continuent de surfer sur la vague du succès dans ce nouvel exercice.

Certes, les Bordelais bénéficient pour l’instant d’un calendrier favorable qui leur a permis d’engranger les 6 points, en disposant de la modeste équipe d’Evian TG, puis du Stade Rennais, loin d’être transcendant en ce mois d’Août, au Stade Chaban Delmas. Mais si le match de ce dimanche s’est encore joué sur des petits détails, on ne peut plus parler uniquement de réussite : le club du Scapulaire reste en effet sur huit succès consécutifs en ligue 1, meilleure série en cours.

Sur le plan du jeu, rien de bien impressionnant : ce cru-là ressemble plus à l’équipe qui avait accroché la seconde place du championnat 2005/2006 sous la houlette de Ricardo Gomes, qu’à celle que Laurent Blanc a menée au titre en 2009.

Plus à l’aise à l’extérieur (4 victoires consécutives avec 13 buts marqués !), les Girondins ont beaucoup plus de difficultés à produire du jeu à domicile. À Chaban Delmas, il n’est pas rare de voir les locaux jouer une mi-temps sur un rythme de seigneur, endormant l’adversaire et pour la même occasion leurs supporters. Mais depuis six mois, à l’arrivée, ce sont les Girondins qui l’emportent. Un constat bien résumé par Frédéric Antonetti, qui déclarait après le match de dimanche « Tout le monde a bien vu qu’on a été supérieur dans le jeu à Bordeaux, malheureusement c’est nous qui perdons 1-0 ». L’an dernier, à la même époque, le club du scapulaire se serait incliné dans cette rencontre.

Gillot et Obraniak, pionniers du renouveau des Girondins

Le principal responsable de cette métamorphose est bien sûr Francis Gillot. Si ses conférences de presse font souvent le miel des journalistes, le natif de Villers-Sire-Nicole est avant tout un grand entraineur. Comme à Lens ou Sochaux, quelque chose a changé au Haillan depuis son intronisation à la tête de l’effectif professionnel. Après avoir tâtonné à l’automne dernier, Gillot a su doucement, mais surement transformer le visage des Girondins, d’abord en remettant ses joueurs en confiance, puis en instaurant une dynamique collective.

Le talent de Ludovic Obraniak n’est également pas étranger au renouveau des Bordelais. Cantonné au rôle de remplaçant de luxe dans le Nord, l’ancien Lillois s’est rapidement imposé comme le véritable métronome des pensionnaires de Chaban Delmas, fluidifiant le jeu de son équipe grâce à sa justesse technique, la qualité de ses coups de pied arrêtés et son excellente vision du jeu.

Malgré une préparation tronquée par sa participation à l’Euro, le Franco-Polonais est le grand artisan du bon début de saison des Girondins, avec deux réalisations et une passe décisive depuis la reprise. En plus d’être un leader sur le carré vert, le gaucher est également un vrai gentleman en dehors des terrains : toujours accessible et souriant dans les travées du Haillan, Ludovic Obraniak s’est naturellement engagé comme parrain de l’association Handi Fan Club FCGB. Un coup de main qui ressemble bien à l’homme, très proche du public bordelais, qui en a logiquement fait son chouchou.

Retour sur la scène européenne avant le Parc des Princes

Ce jeudi soir, au Marakana de Belgrade, les Girondins retrouveront l’Europe, deux ans et demi après le quart de finale de league des Champions perdu contre l’Olympique Lyonnais. Une éternité pour le recordman du nombre de campagnes européennes disputées par un club français (31, contre 30 à Marseille et Lyon), qui avant ce passage à vide, avait réalisé l’exploit de disputer 12 campagnes Européennes en 15 saisons.

Un match qui s’annonce tout de même délicat, car même si l’Étoile rouge de Belgrade n’a plus rien à voir avec le club phare des années 90, il reste un habitué des joutes européennes. Mais les hommes de Francis Gillot ne vont certainement pas bouder leur plaisir, tant ils ont cravaché la saison dernière pour obtenir le droit de disputer ce barrage de la League Europa.

Sur le papier, Bordeaux et Obraniak semblent toutefois en mesure de passer l’obstacle. Mais il faudra tout de même sortir un gros match, et si possible faire la différence rapidement, pour garder des forces et aborder sereinement le choc avec le Paris Saint-Germain prévu dimanche au Parc des Princes.

Une semaine capitale pour les Girondins. Pour continuer la belle série ? Premier élément de réponse dès ce soir !

Auteur : Loïc Denibaud

Intervenant d'action sociale le jour, amoureux du football et du beau jeu le jour et la nuit.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
mavuba-lille
Les Lillois au pied du mur

Match Aller des barrages d'accès à la Ligue des Champions entre le FC Copenhague et le Lille OSC. Les locaux...

ronaldo-messi-liga
Le Real cale, messi c’est parti !

Le championnat espagnol reprenait ce week-end et comme d'habitude, le Real Madrid et Barcelone sont dans toutes les têtes. Qui...

premier-league
La Premier League reprend ses droits ce week-end

C'est sans doute l'un des championnats les plus intéressants au monde qui reprend ce week-end. En mai dernier, le titre...

Fermer