Equipe de France : La campagne de qualification la plus difficile de son histoire

07
septembre
2012

Auteur :

Catégorie : Équipe de France

Le logo de la coupe du monde au Brésil en 2014

Ce soir, l’EDF « attaque » la phase de qualification pour le mondial 2014 à Helsinki, dans un groupe qui comporte l’Espagne : pas simple de se « coltiner » la sélection Championne du Monde et double Championne d’Europe. Mais au regard des autres adversaires et du règlement qui stipule que la seconde place peut être qualificative pour les matchs de barrages, les supporters des bleus restent confiants. Pourtant, depuis quelques jours, Didier Deschamps ne cesse de clamer que l’objectif est de finir premier : pas étonnant quand on connait le personnage, compétiteur dans l’âme, mais surtout pas anodin, lorsque l’on regarde de plus près le règlement de cette phase de qualification.

Le format et règlement de la zone Europe

Au premier tour, les 53 pays sont répartis en neuf groupes : huit de 6 équipes et un de 5 équipes.

Pour les composer, les sélections ont été réparties dans différents « chapeaux », en fonction du classement mondial de la FIFA de juillet 2011 : les 9 meilleures équipes de ce classement se retrouvaient dans le chapeau A des têtes de série, les 9 suivantes dans le chapeau B, et ainsi de suite. C’est comme ça que l’EDF, classée 11e à l’époque (désormais 15e), s’est retrouvée dans le même groupe que l’Espagne.

Dans chaque poule, les sélections se rencontreront en matchs aller-retour. Les premiers de chaque groupe seront directement qualifiés pour la Coupe du Monde et les 8 meilleurs deuxièmes devront passer par les matchs de barrage, tandis que les autres sont éliminés. Jusque-là, tout va bien : on se dit que dans un groupe composé de la Finlande, la Biélorussie et la Géorgie, les bleus devraient au minimum assurer la seconde place… Sauf qu’elle est loin de leur garantir un billet pour le Brésil !

Double Handicap pour l’équipe de France

La première difficulté des bleus sera évidemment d’aller chercher la première place devant l’ogre Espagnol : intraitables depuis 6 ans, les Ibériques ont, il ne faut pas se le cacher, une avance considérable sur le plan du jeu et de l’efficacité par rapport aux tricolores. Ainsi, même si rien n’interdit aux hommes de Deschamps d’espérer remporter ce groupe, ce qui les enverrait directement au Brésil, il est raisonnable de songer à la seconde position, qui reste plus que probable, pour une équipe de France, qui, il faut bien le dire, est en difficulté depuis 6 ans.

Xabi Alonso marque le second but de Espagne-France à l'Euro 2012

Xabi Alonso marque le second but de Espagne-France à l’Euro 2012

Seulement, si nous lisons attentivement le règlement ci-dessus, on s’aperçoit qu’il y a un autre obstacle qui complique doublement la tâche de l’EDF.

Premièrement, seuls les huit meilleurs deuxièmes seront invités à disputer les barrages. Ainsi, il est important d’engranger un maximum de points pour ne pas être la sélection classée en seconde position de sa poule qui passera à la trappe. Pour les bleus, pas de quoi s’affoler : nous pouvons légitimement espérer faire carton plein contre les adversaires autres que l’Espagne, encore qu’il faudra prendre toutes les équipes au sérieux. Sauf que même dans ce cas de figure, l’EDF n’est pas sure de figurer parmi les 8 meilleurs seconds…

Car un second inconvénient, et pas des moindres, rend la position des tricolores encore plus inconfortable : le groupe de l’EDF est le seul qui compte cinq équipes plutôt que six, ce qui signifie que dans les autres poules de la zone euro, 30 points sont distribuables.

Potentiellement, on peut donc, dans le pire des cas, s’attendre à 8 nations classées secondes autour de 20/22 points, ce qui condamnerait quasiment la seconde place du groupe de la France et de l’Espagne, dans lequel on se dispute seulement 24 points.

Pour se rassurer, on peut quand même se dire que les groupes A (Croatie, Serbie, Belgique) et B (Italie, Danemark et République Tchèque) pourraient-être suffisamment disputés pour libérer une place de meilleur deuxième autour des 18 unités.

Mais quoi qu’il en soit, les bleus ont tout intérêt de prendre un maximum de points, et la bonne idée serait évidemment d’accrocher la première place… finalement, et ce n’est pas pour nous déplaire, il n’y aura pas d’objectif au rabais pour Didier Deschamps !

—————-

Rectificatif : le règlement disponible sur la Coupe du monde 2014, n’explicite pas clairement le mode de désignation de ces “meilleurs deuxièmes” seul le nombre de points est le seul critère possible à retenir .par contre, il est précisé : « Au cas où le meilleur deuxième ou le meilleur troisième est qualifié pour le tour suivant ou pour la compétition finale, le critère de désignation du meilleur deuxième ou troisième dépendra du format de la compétition et nécessitera l’approbation de la FIFA sur proposition des confédérations ». Pas clair ! Mais ce soir, la FIFA a profité d’un communiqué sur les résultats pour enfin apporter cette précision essentielle :” les huit deuxièmes présentant les meilleurs résultats face aux équipes ayant terminé première, troisième, quatrième et cinquième du groupe disputeront les barrages.” Voilà qui est plus équitable !

Auteur : Loïc Denibaud

Intervenant d'action sociale le jour, amoureux du football et du beau jeu le jour et la nuit.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Équipe de France

Plus dans Équipe de France
lloris-equipe-de-france
Equipe de France : Helsinki, première marche vers le Brésil

Trois semaines après un match nul sans « saveur » contre l’Uruguay, l’Equipe de France entame demain soir une nouvelle campagne, pour...

didier-deschamps
France-Uruguay, une copie blanche

Au terme d'un match sans grande intensité, la France et l'Uruguay se séparent de nouveau sur un score nul et...

didier-deschamps-edf
Equipe de France : Didier Deschamps prend Jallet, Capoue, Mavuba et Varane

Comme à chaque fois lorsqu’un nouveau sélectionneur débarque à la tête de l’EDF, c’est avec beaucoup d’impatience et de curiosité...

Fermer