Le vent serait-il en train de tourner pour Rabiot ?

20
octobre
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

rabiot-pastore

Jusqu’ici immunisé de toutes critiques négatives par les médias grâce (ou à cause ?) à son potentiel et à son rôle de Titi Parisien au PSG, le vent est en train de tourner pour le marquis Rabiot. La faute à une progression trop timide, des états d’âme insupportable, et ce don de se cacher derrière des explications inaudibles à chaque vent contraire.

 

Une progression à son bon vouloir.

Quand Carlo Ancelotti le lance dans le grand bain à peine majeur, tout le monde voit en lui un gros potentiel, une belle qualité de passe, une technique efficace. Sa préférence pour le jeu avec ballon plutôt que le goût de bien défendre aussi. Et aujourd’hui ? Eh bien c’est pareil ! Toujours un gros potentiel, toujours cette belle qualité de passe et une technique intéressante. Mais aussi et surtout, toujours, ce désintéressement total pour le jeu sans ballon défensif et offensif. Rabiot est intéressant ballon au pied mais une fois lâché, il n’offre que trop peu de mouvements à ses partenaires ou d’appels dans le couloir gauche dont Matuidi était une référence. Et quand il s’agit de défendre… Une catastrophe ! Aucun impact, un replacement aléatoire, une envie proche du néant. Il n’aime pas défendre et ça se voit. Depuis son arrivée dans l’effectif et qu’il s’est imposé comme titulaire, Rabiot laisse le sentiment de ne progresser et de ne travailler que sur ses points forts, gardant les mêmes points faibles rédhibitoires au plus haut niveau comme le prouvent, entre autres, ses matchs au Camp Nou ou en Bulgarie, tout récemment, avec l’Equipe de France.

 

Des états d’âme d’ado pourri gâté.

Si depuis ses 17 ans son potentiel a été repéré au haut niveau, il n’a d’égal que son égoïsme et son ego. Ce n’est un secret pour personne, Adrien Rabiot a maman Véronique comme agent pour le pire comme pour le… Ah bah non, que le pire en fait. Et si derrière chaque grand joueur se cache une grande femme, Mme Rabiot ne fait pas partie de cette caste. Omniprésente dans la vie de son fils, elle est toujours prête à dégainer son forfait illimité 24/24 pour appeler les journalistes coupables d’avoir révélé le vrai niveau de son enfant chéri, perdant au passage toute forme d’objectivité. Difficile de reprocher à une maman de trouver son fils le plus beau, grand et fort mais c’est pour cela que les vrais agents de joueurs existent… À peine son fissou d’amour arrivé dans le groupe professionnel, Nique-Vero (enfin Veronique pour ceux qui ne maîtrisent pas le verlan) demande au président Nasser d’aligner son contrat sur celui de Mamadou Sakho, international français rémunéré 250 000€/mois à l’époque. Alors oui un con ça ose tout et c’est à cela qu’on les reconnaît, mais quand même ! Et la demande a été acceptée, sous prétexte de ne pas sacrifier un nouvel espoir parisien après Coman ! Forte de cette première négociation rondement menée, elle n’hésitera pas à réclamer un peu plus tard l’alignement du contrat d’Adrien sur celui de… Marco Verratti ! Refus de Nasser cette fois-ci. Outre les contrats, elle négocie le temps de jeu de son fils, tente d’expliquer qu’il doit jouer milieu relayeur et non sentinelle, sous peine de quitter le club (et partir au Barça pour que Shakira lui chante Rabiosa ?). Un manque cruel d’humilité insupportable et qui explique également pourquoi Rabiot ne progresse que sur ses points forts, ne souhaitant se mettre au service du collectif qu’à son bon vouloir. Une attitude aux antipodes de celle de Draxler par exemple qui accepte de jouer à un nouveau poste de relayeur pour gagner du temps de jeu.

 

Un slip si difficile à remplir.

Comme tout le monde, Rabiot ne fait pas que des bons matchs. Et même si ça lui arrive plus souvent à lui qu’aux autres, on peut lui pardonner. Mais ce qui est beaucoup moins pardonnable, ce sont ses justifications atroces qu’il sort après un match vraiment raté (les matchs justes mauvais étant certainement couverts par le travail de maman sur les journalistes en échange d’une petite info de l’enfant-roi). Un match horrible à Barcelone ? « J’étais malade ». Une entrée désastreuse en Bulgarie ? « J’avais froid, j’avais peur de me blesser ». Mais Adrien si t’as peur de te blesser reste chez maman, elle te fera un chocolat chaud pendant que tu regardes les Tortues Ninjas ! Comment un joueur professionnel peut-il décemment dire des trucs pareils !? Et si ses performances en dents de scie et son comportement lui était pardonné en club, ses récentes prestations et déclarations en sélection ont peut-être sonné la fin de la récréation pour Adrien Rabiot qui ferait bien de faire preuve d’humilité et d’assumer ses responsabilités sous peine de voir sa carrière prendre un tout autre tournant dans les années à venir.

Crédits photo: Pacofoot

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
mbappe
Mbappé au PSG : Qui de Monaco ou de Paris est gagnant dans cette affaire ?

Paris a agité le monde du football cet été. Après avoir enfilé 220 millions pour acheter Neymar, ils ont obtenu...

luis-gustavo-om
Luiz Gustavo, le nouveau caïd du milieu marseillais

Après une fin de mercato propice au scepticisme et un début de saison agité, le calme est revenu sur la...

FBL-FRA-CHAMPIONS-TROPHY-MONACO-PSG
Monaco : l’ambition au rabais

L'AS Monaco a sans contestation été l'équipe française la plus en vue tout au long de la saison 2016/2017. Irrésistibles...

Fermer