Le Shaktar héroïque ou honteux ?

21
novembre
2012

Auteur :

Catégorie : Europe

shaktar-luiz-adriano

Le football est un sport complet, où s’affrontent vingt-deux hommes, avec leurs caractéristiques propres, leur humanité, leurs valeurs. Mais que se passe-t-il quand ces dîtes valeurs sont bafouées aux yeux de tous et que rien ne se passe, comme si l’anormalité, l’antisportivité devenait subitement un simple ” fait de jeu ” au lieu d’être considéré, à juste titre, comme une simple honte ?

Voilà des considérations dont doit bien se moquer aujourd’hui Luiz Adriano, l’un des membres de l’armada brésilienne du Shaktar Donetsk, auteur du but le plus outrancier, et bizarrement, le plus passé sous silence. Certes, les ukrainiens étaient, hier, bien au-dessus de leurs adversaires du soir, les modestes danois de Nordsjaelland … Certes, le résultat final est sans appel. Mais il est normal de se poser nombre de questions face à cette “mascarade” qui pourrait bien, finalement, ne pas en être une.

Objectif de ce match avant le coup d’envoi : la première place pour le Shaktar, qui, on le sait, offre un avantage certain pour la suite de la compétition. Face à des danois éliminés, certes, mais qui avaient à cœur sans doute de briller pour leur dernière sortie à domicile, ce match avait un goût … amer, un goût de piège, une aura étrange, avant même le coup d’envoi. Impression confirmée lorsque les locaux ouvrent le score à la 24e minute, Donetsk, alors mené 1-0 semblait ne pas avoir “peur”, Luiz Adriano allait d’ailleurs, avec un sang froid assez hallucinant ramener les deux équipes à égalité deux minutes plus tard sur une action pour le moins litigieuse.

Après un arrêt de jeu, l’arbitre rend la balle aux ukrainiens qui, comme le veut le fair-play, vont rendre le ballon à leurs adversaires, Fernandinio s’exécute en envoyant une grande balle en avant, pour les défenseurs danois. C’était sans compter sur la surprenante intervention de son compatriote Luiz Adriano qui profite de cette “magnifique ouverture ” pour partir seul au but, s’affubler d’un dribble grotesque sur le gardien et marque le but le plus minable de sa vie …

Sous le regard médusé de ses adversaires, des spectateurs, des commentateurs, ce dernier aurait pu faire profil-bas, reconnaître son erreur, aurait DU même, s’excuser… Que nenni, embrassades satisfaites, larges sourires et salut aux supporters viennent conclure cet acte pour le moins grotesque qui ne semble choquer ni les entraîneurs, ni les joueurs danois (dont un ou deux se mettront en colère, “pour la forme” ) ni, et c’est bien là mon souci, l’arbitre.

Loi 12 du règlement FIFA, un joueur doit écoper d’un carton jaune pour sept raisons principales, dont le fameux ” comportement antisportif “. Mais le français (tiens-tiens) A. Gautier ne bronchera pas, sans même rappeler à l’ordre oralement le fautif. Ce cas de figure, évidemment, ne pouvait être prévu, mais peut-on en dire autant d’une large victoire du Shaktar ? Parlons concrètement, les milliardaires ukrainiens ont-ils fait en sorte que leur équipe n’ait “rien à craindre” ? En effet, si l’on excepte ce pathétique moment d’anti-jeu, on est aussi bien obligé d’admettre qu’à 2-1 en leur faveur les danois ont totalement délaissé le jeu à leurs adversaires, plus de combativité, plus de duels, le remplacement du meilleur joueur à l’heure de jeu … Ce match était-il plié d’avance ?

Bref, si cette victoire ( 5-2 ), sur le papier, semble ne souffrir d’aucune contestation, elle mériterait bien plus d’analyses, de débats, d’intérêt tout simplement, car visiblement on peut se fendre de marque l’un des buts les plus antisportifs de l’histoire du football sans craindre la moindre critique et sans avoir à s’excuser. Ce ne sont malheureusement pas les diplomatiques versets de Mircea Lucescu, assez déconcertant de détachement : ” Je suis désolé que l’on ait marqué un but de cette manière. Luiz Adriano m’a dit qu’il l’avait fait par instinct. Nous méritions de gagner ce match mais encore une fois, je m’excuse pour ce qui s’est passé sur le but d’Adriano “. C’est tout ? On se souvient d’un match où Arsène Wenger avait ordonné à ses joueurs de marquer contre leur camp suite à un malentendu et un but marqué par Arsenal sur le même type de situation où le joueur avait marqué sur une remise en jeu identique, mais cette fois-ci, involontairement.

Un acte qui témoigne de la classe d’écart entre un club comme Arsenal, un entraîneur comme Wenger, un joueur comme Bergkamp et leurs homologues ukrainiens (ou brésiliens et roumains) qui, il faut bien le dire ont donné hier, une piètre image de leur club. Malheureusement, les médias semblent s’en moquer puisqu’ils ne semblent retenir de cette soirée danoise que le score et la “supériorité” des ukrainiens.

Damien Jaud

Auteur : Damien Jaud

Damien, 31 ans, passionné de foot. Ex-joueur de foot. Fan d'esthétisme plutôt que de puissance. Amoureux du foot.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
Roberto Di Matteo est viré par les dirigeants de Chelsea
Di Matteo est viré !

Ça ne rigole pas chez les blues ! Après une soirée cauchemardesque à Turin hier soir en Ligue des Champions (3-0),...

Le bus du PSG devant le Parc des Princes
Ligue des Champions : les rencontres du mercredi 21/11/12

Après les matchs d'hier ayant vu la quasi élimination du tenant du titre, Chelsea, voici le détail des matchs des...

Le Bayern Munich avait perdu contre le BATE Borivov
Ligue des Champions : les résultats du 20/11/12

Ce mardi se jouait la 5ème journée de la phase de poule de la Ligue des Champions. Côté Français, la...

Fermer