Le renouveau de Mounier

23
février
2014

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Le renouveau de Mounier

Auteur de l’ouverture du score et d’une nouvelle prestation aboutie ce samedi face à la lanterne rouge de la Ligue 1, l’AC Ajaccio (2-0), l’ailier montpelliérain retrouve toutes ses sensations et confirme enfin les espoirs placés en lui.

Anthony Mounier s’est montré à nouveau décisif lors de la réception du club corse ce samedi soir à La Mosson. Les supporters pailladins ne s’y sont pas trompés puisqu’il a été chaleureusement applaudi lors de son remplacement à dix minutes du terme de la rencontre par l’attaquant colombien Victor Hugo Montaño.

Un des symboles de l’effet Courbis

En constants progrès depuis le retour aux affaires de Rolland Courbis, Mounier a inscrit son troisième but de la saison en championnat après ceux inscrits contre Lyon (9ème journée) et Sochaux (21ème journée). S’il s’était déjà distingué contre ses anciens clubs (buteur contre Lyon, passeur décisif contre Nice), Mounier réalisait jusqu’alors des prestations irrégulières entre coups d’éclat et passages insipides.

Bien que son investissement personnel n’ait jamais été remis en cause au sein du collectif héraultais, de même que son état d’esprit irréprochable, ses performances en dents de scie ont longtemps fait croire à tort à une erreur de casting. Recruté 3,5 millions d’euros à l’été 2012 par Montpellier juste après son unique titre de champion de France, l’ailier semble avoir retrouvé les jambes de sa meilleure saison niçoise (2011-2012) et le standing qui avait valu son transfert dans la foulée. Peut-être perturbé par son transfert avorté vers Saint-Étienne en début de saison, Mounier est en train de redevenir le joueur percutant et virevoltant qu’il était à Lyon puis à Nice. Utilisé avec parcimonie par René Girard la saison dernière et par Jean Fernandez en début de saison, Rolland Courbis a su redonner confiance à un joueur empreint au doute dans ses choix de passes ou de tirs à l’approche de la surface de réparation adverse. Le coach a su imposer sa patte dans un vestiaire en manque de confiance et il a fédéré un groupe qui avait besoin d’un réel choc psychologique pour repartir de l’avant. Si l’on ne tient compte que des rencontres disputées sous l’ère Courbis, Montpellier naviguerait à une séduisante septième place.

Une fin de saison prometteuse

L’équipe jouit également de l’apport bénéfique de l’arrivée de M’baye Niang en provenance du Milan AC, l’avant-centre qui faisait tant défaut jusque-là au MHSC car il sait garder les ballons devant, libère ainsi des espaces dans lesquels s’engouffrent ses coéquipiers et permet donc au bloc de ressortir plus haut. Le vrai successeur d’Olivier Giroud, après les échecs Charbonnier et Herrera, a transformé littéralement le visage de l’attaque puisque Rémy Cabella a retrouvé son rôle favori d’électron libre qui lui sied à merveille et les deux ailiers régulièrement alignés d’entrée par Courbis, Anthony Mounier et Joris Marveaux, sont beaucoup plus imprévisibles dans leurs velléités offensives.

Le club héraultais, éliminé des coupes nationales, peut se focaliser à conclure de la meilleure des manières ce championnat mal entamé. Il peut alors nourrir légitimement de grandes ambitions au vu des progrès perceptibles dans le jeu qui se ressentent à travers les résultats obtenus malgré un calendrier difficile avec sept déplacements pour seulement cinq rencontres restantes à disputer à domicile. Si Montpellier peut rêver d’une belle fin de saison en se rapprochant des places européennes, cela sera lié en partie aux bonnes performances retrouvées d’un Anthony Mounier revanchard.

Auteur : Sébastien Caquineau

Né une année où le Ballon d'Or était français et l'OM en finale de Ligue des Champions. Mais ça, c'était avant. Bref, les temps ont changé mais la passion du foot perdure.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Indispensable à Lorient, Vincent Aboubakar a de grandes chances de se retrouver au Brésil l'été prochain. Portrait d'un lion adopté chez les Merlus.
Aboubakar, le lion adopté chez les Merlus

Valencygne ne lui a pas réussi, Merlux le pousse vers le Brésil. Né à Yaoundé, ce camerounais qui se rêve...

Face à Lyon dimanche dernier, le Stade Rennais a pu découvrir une nouvelle tête blonde: Ola Toivonen.
Mais qui es-tu Ola Toivonen?

Face à Lyon dimanche dernier, le Stade Rennais a pu découvrir une nouvelle tête blonde : Ola Toivonen. Un attaquant...

Considéré comme l'un des tout meilleurs gardiens de Ligue 1, Rémy Riou est depuis maintenant 2 ans, le dernier rempart du FC Nantes. Portrait.
Rémy Riou : “Le mur de l’Atlantique”

Débarqué sur les rivages de l'Atlantique à l'été 2012, le paquebot Rémy Riou s'impose depuis maintenant deux saisons comme le...

Fermer