Le PSG déjà sous pression

26
août
2012

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

marco-verratti-psg

On les attendait en haut de l’affiche. Pourtant, après deux journées de championnat, les Parisiens font grise mine. Toujours en quête de leur premier succès de la saison, un nouveau faux pas ce week-end pourrait déjà les plomber dans une semi-crise. Et dans cette troisième journée déjà décisive, ils devront se frotter aux Girondins de Bordeaux, auteurs pour l’instant d’un sans faute en Ligue 1 et bien décidés à retarder un peu plus le décollage du PSG : de quoi rendre l’atmosphère un peu plus pesante.

L’équipe fait preuve de suffisance

2 petits points : le bilan est maigre pour le PSG, plus que jamais candidat au titre avec son équipe de galactiques. Pas de quoi paniquer tout de même, car le championnat est encore long. A condition de vite rectifier le tir, car dans une ligue 1 assez indécise, il ne serait pas surprenant de voir le titre se jouer à plus de 80 points, comme ce fut le cas la saison passée. Et les points perdus cet été, pourraient s’avérer capitaux en fin de saison.

Mais au-delà du plan comptable, c’est la manière qui inquiète. Car sans enlever de qualités aux Lorientais ou Ajacciens, force est de constater que le PSG a complètement déjouer dans ces deux rencontres. Suffisants contre le Merlus pendant 45 minutes, les protégés d’Ancelotti ont réitéré l’expérience en Corse, se payant même le luxe de ne se créer qu’une seule occasion en 90 minutes.

Certains diront que le schéma adopté (sans véritable avant-centre) par le technicien Italien, dimanche dernier, n’était pas bon. Mais avec une formule identique et le même 11 titulaire, à l’exception de Lavezzi, le PSG a carburé à plein régime au printemps dernier, marquant régulièrement trois buts par match. Ainsi, les excuses des choix tactiques, ou celles des problèmes d’automatismes ne tiennent pas ; pas plus que celles des absences (Ibrahimovic, Thiago Silva). Ce Paris SG là dispose certainement du meilleur effectif connu par un club français depuis l’OM des années 90, et quelque soit l’équipe alignée ou l’adversaire, le club de la Capitale doit se donner les moyens d’aller chercher la victoire.

Une préparation discutable

« Pas de violence, c’est les vacances ». L’expression colle parfaitement au visage montré par les Parisiens lors de ces deux premières journées de championnat. La faute peut-être à une préparation « boîteuse ».

Car si le Milan AC ou Chelsea peuvent se permettre quelques sorties estivales aux Etats-Unis, pas sûr que ce genre de tournée soit judicieuse pour le PSG, le championnat de France débutant plus tôt que la Série A et la première League. Certes, cela permet de proposer des belles affiches, mais les bénéfices sont davantage médiatiques que sportifs, car pendant que les autres clubs de ligue 1 travaillaient sur le rectangle vert ou les salles de musculation, l’effectif Parisien passait son temps entre les aéroports, les sorties touristiques et les conférences de presse. Résultat, le PSG est toujours en rodage et peaufine encore sa condition physique pendant que les autres effectuent les derniers petits réglages. Et sur le terrain, cela se voit clairement : les Parisiens manquent de jus, d’impact physique par rapport à leurs adversaires. Certain que si les points perdus maintenant font défaut en fin de saison, les dirigeants reverront leur méthode de gestion de la période estivale.

Ancelotti doit remobiliser ses troupes

Pour palier ce déficit physique, les Parisiens vont devoir redoubler d’efforts. Il pourront également compter sur le retour de Motta, qui pourrait, avec ses qualités de combativité, équilibrer un milieu de terrain qui a manqué d’agressivité et d’engagement lors des deux premières sorties. Longtemps incertain pour la rencontre de ce dimanche, Carlo Ancelotti devrait également pouvoir compter sur Zlatan Ibrahimovic : une excellente nouvelle pour le club de la Capitale et ses supporters, car avec le géant Suédois à la pointe de l’attaque, tout semble plus facile. Mais on ne gagne pas un match et encore moins le championnat avec un ou deux cracks, et le PSG ne pourra pas toujours se reposer sur l’ancien buteur de Milan.

Carlo Ancelotti le sait, il doit remobiliser les joueurs présents contre Lorient et Ajaccio et trouver les mots pour modifier les attitudes : le talent ne suffira pas, les « beaux » joueurs du PSG doivent travailler davantage pour le collectif, mettre plus d’investissement et de détermination.

A en lire les récentes déclarations des pensionnaires du Parc des Princes, la prise de conscience est réelle. Mais au-delà des paroles, les supporters attendent une réponse sur le terrain, et ce dès dimanche soir pour le choc face à Bordeaux. C’est un fait, l’impatience et l’exigence sont aussi des logiques qui collent à un grand club. Les Parisiens sont prévenus, ils n’ont plus le droit à l’erreur.

Auteur : Loïc Denibaud

Intervenant d'action sociale le jour, amoureux du football et du beau jeu le jour et la nuit.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
montpellier-anthony-mounier
Montpellier dans le dur

1 point en deux journées : on attendait mieux des Champions de France et le moins que l’on puisse dire,...

gignac-om
L’OM et Gignac sur le chemin de la rédemption

Deux succès lors des deux premières journées de championnat. Pour l’instant, le club phocéen vole la vedette à son ennemi...

ezequiel-lavezzi-premiere-recrue-parisienne
Attrayante Ligue 1

C'est un fait, la Ligue 1 attire de plus en plus de joueurs étrangers. Même si cette proportion a baissé...

Fermer