Le mercato bordelais mérite t-il le blâme ?

10
août
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1 / Mercato

gourvennec-bordeaux

Une sixième place acquise à la suite d’une très bonne deuxième partie de saison n’a pas suffi à éteindre tous les doutes. Le mercato résonne comme un atermoiement et le retard à l’allumage, malgré une rare anticipation venue dès l’ouverture du marché, et les recrutements de Costil, Sabaly, Lerager et Jovanovic, s’est fait sentir à l’orée de la double confrontation face à Vidéoton. Peut-on pour autant parler d’une (nouvelle) intersaison manquée ?

Bordeaux, pas responsable de tout

Et c’est un élément à ne surtout pas négliger. Il y a des raisons de se plaindre du manque de promptitude dans ce mercato. Mais sur certains dossiers, ambitieux, Bordeaux n’a pas eu toutes les cartes entre ses mains. Revenons par exemple sur le cas Guilherme Arana. Le nouveau Marcelo, comme il est surnommé dans le pays de la Selecao, est un incontestable phénomène. Ultra offensif, centreur et parfois même finisseur, ce profil a 10 poumons aurait permis à Bordeaux d’avoir une sacré figure sur le plan de l’attaque. Le chance des Girondins de le recruter est venue du fait que son joueur prêté… au Corinthians, Pablo, avait l’envie de rester au pays. S’en est suivi un long mois de négociations avec l’actuel leader incontesté du Brasileirao. Le problème est qu’Arana a décidé d’exploser à ce moment précis. Bordeaux a eu le nez creux mais au fil des jours, Corinthians demandait de plus en plus d’argent en plus de Pablo (dont l’option d’achat s’élève à environ trois millions d’€). D’un tarif de départ à 5 millions + le défenseur bordelais, nous en sommes arrivés à la somme de 20 millions (Pablo inclus). Une transaction bien sûr trop onéreuse pour les finances girondines.

Cette opération ratée a été symptomatique d’un mercato à deux vitesses où les Girondins n’ont pas été maître de tous les tenants, aboutissants. C’est un fait. Mais comment l’analyser ?

Manque de moyens, manque d’action ou plus simplement manque de compétence ? Le repli vers une autre piste semble, peut-être après coup, la solution la plus intéressante. Le problème est qu’après la non-vente de Maxime Poundjé (qui a refusé Fulham), Bordeaux a gardé ses trois latéraux (Contento, Poundjé, Pellenard) qui n’ont pas le talent physique et technique de durer sur une saison. Difficile de recruter un quatrième joueur au poste.
Bordeaux n’est pas responsable de tout sur le cas Pablo, Poundjé, Arana puis Rolan. L’attaquant uruguayen, présent depuis quatre ans et demi en Gironde, commence sérieusement à agacer le monde FCGB avec ses envies de départ inavouées. Si la décision a été prise par le joueur, il n’a pour autant jamais accepté de partir. Fulham et La Corogne ont fait des offres concrètes, acceptées par les dirigeants mais refusées par l’intéressé. Ce cas empêche tout simplement la venue d’un attaquant de pointe dont le club a pourtant besoin.

officiel-otavio-a-bordeaux-jusqu-en-2021-dgtndj_xsaqadnf,188947

Hormis les postes de numéro 3 et numéro 9, les Girondins se sont heurtés au problème Wellington Silva. Un nouveau grain de sable qui a enrayé une machine incapable de produire pendant trois longues semaines. L’ailier gauche de Fluminense a une pubalgie qui engendre un refus logique, mais sa présence n’aurait été de trop dans la quête d’une qualification en C3. Ces fameuses trois semaines de latence ont été terribles de conséquences pour Bordeaux, qui dans le même temps, a essayé par tous les moyens de recruter un milieu défensif pour sécuriser l’arrière-garde.

On veut du lourd.

Stéphane Martin, président des Girondins au journal l’Equipe du 2 Juillet

Cette phrase du nouveau président bordelais lui a posé une énorme pression sur les épaules. Une pression bordelaise, bon. Calmons l’ardeur. Mais quand bien même, ce genre de termes que son prédécesseur n’avait jamais évoqué a donné des frissons à des supporters en quête de nouvelles émotions. Cette envie d’avoir “du lourd” pour reprendre les termes, indique une ambition morale et financière au niveau des prétentions du “mythique FCGB”. Précisément 39 jours plus tard, le bilan est assez pauvre. Deux échecs successifs, Javi Garcia et Nampalys Mendy. Les deux clubs, St Pétersbourg et Leicester, se sont montrés bien trop gourmands. Certes, le courage est une vertue. Mais partir à l’abordage médiatique en préparant une grosse arrivée dont on ne sait pas si elle va arriver est une belle erreur de communication.

Pour combler les manques, les brésiliens Otavio et Jonathan Cafu sont arrivés à Bordeaux. Enfin, si l’on peut dire. Deux bons voire très bons joueurs selon les spécialistes, tant mieux pour Bordeaux. Mais ces noms sonnent comme des plans B, voire C. Parler d’une satisfaction totale du mercato paraît insensée d’une certaine manière. Le terrain parlera plus que les jugements hâtifs et, parfois, illégitimes. Bordeaux a été sur plusieurs dossiers victimes de la dureté du mercato. A l’heure venue du bilan, les comptes seront faits. Les Girondins ont sorti le chéquier, encaissé pas mal d’argent, renouvelé 25% de l’effectif. A voir sur la durée. Il va falloir en tous cas passer plusieurs étapes pour faire oublier la piètre ridicule élimination en barrages de Ligue Europa.

Auteur : Clément Finot

Clément, 18 ans, ambition journaliste sportif. Supporter et fan absolu des Girondins depuis 2007, mais surtout, de la mauvaise foi du président Triaud. Sinon, amoureux du Barca et de l'AC Milan

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1, Mercato
mandanda
Mandanda, le retour du roi

Dimanche soir, Steve Mandanda a donc rejoué en Ligue 1 après plus d’un an d’absence. Certes, le portier international avait...

virage-sud
On a vécu la rentrée des classes au cœur du Virage Sud

En ce dimanche 6 août, nombreux sont les Marseillais à être à la plage. Il faut dire que depuis une...

12-eme-homme-au-premier-poteau-jeu-concours-om-dijon
[Jeu concours] Le 12ème homme et APP t’offrent ton maillot de l’OM !

A l'occasion de la reprise de la Ligue 1 Conforama ce week-end, Au Premier Poteau et le 12ème homme s'associent...

Fermer