Le 3-5-2 : L’heure de la maturité ?

21
février
2019

Auteur :

Catégorie : Analyse tactique

Défense Italie vs Espagne

Né lors du Mondial 1986 de l’amour entre Carlos Bilardo et sa sélection argentine, vainqueurs de l’édition, le système à 3 défenseurs a bien grandi depuis. Il connaît une enfance mouvementée, façonnée des Pays-Bas à l’Angleterre de Glenn Hoddlet, en passant par la Juventus d’Antonio Conte. Au point d’arriver à maturité aujourd’hui ?

Il est en tout cas de plus en plus utilisé aujourd’hui, et notamment par des équipes telles que la Juventus, le Paris Saint-Germain de Tuchel,  l’Angleterre de Southgate, ou encore au FC Séville – qui a connu un début de saison tonitruant avant de quelque peu s’essouffler – de Machin (non je n’ai pas oublié son nom, il s’appelle vraiment comme ça). Le “système à 3 défenseurs” est particulier en ce sens qu’il peut recouvrir plusieurs types d’organisation tactique, et façonner de plusieurs façons le style de jeu d’une équipe. Bien qu’ils comportent tous des similitudes, nous nous concentrerons sur celui qui est le plus utilisé : le “3-5-2”. L’analyse portera donc principalement sur le 3-5-2 dit “sentinelle” et le 3-5-2 dit “libéro”.

A ce titre, le rôle d’un joueur tel que Marquinhos au PSG, à l’aise balle au pied, mais également excellent dans les duels, est particulièrement éclairant, dans une animation comme dans l’autre d’ailleurs. Selon comment il est utilisé, le 3-5-2 permet un intense pressing par l’action de 7 joueurs, obligeant l’adversaire à user de longues relances. Il peut également permettre de verrouiller l’axe grâce aux trois défenseurs centraux qui obligent l’adversaire à contourner la défense et passer par les ailes. Précisons que, dans un tel système, si jamais le 1er pressing est passé, on n’imagine pas les milieux de terrains être très agressifs pour tenter de vite récupérer, mais surtout de faire écran (ou une faute), pour que les joueurs impliqués dans le premier pressing se replacent. En ce sens, nul besoin de milieux surmusclés et surpuissants dans les duels, leur rôle étant surtout de contenir une éventuelle contre attaque. On y préfèrera des joueurs plus mobiles. Pour les plus marseillistes d’entre vous, voici une explication des titularisations de Maxime Lopez au détriment de Zambo Anguissa lorsque l’OM jouait à 3 derrière la saison passée. De rien, c’est cadeau.

Oui mais, est-ce que cela est efficace ? La réponse est simple : oui et non. Comme chaque système, comme chaque animation, les 3-5-2 sont pourvus d’effets vertueux mais aussi de limites.
Il faut, dans tous les cas, des pistons dotés de paires performantes de poumons, plusieurs si possible. Si on choisit le 3-5-2 “libéro”,  trois bons défenseurs centraux dont un technique (libéro) et deux milieux “manieurs” sont nécessaires. Si on choisit un 3-5-2 “sentinelle”, des défenseurs centraux rapides et assez rigoureux tactiquement pour combler les montées de pistons sont également nécessaires. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ces joueurs, tous réunis, ne sont pas à la portée du premier club venu.

Une solution pourrait donc être de façonner les joueurs que l’on a sous la main à cette organisation. Cela serait bien trop facile, et c’est pour cela que ça ne l’est pas : former des joueurs individuellement à ce système, mais aussi un groupe dans son ensemble prend du temps, temps dont ne disposent généralement pas les “grands clubs”. Malgré les limites auxquelles il sont exposés, les 3-5-2 permettent, de prendre le jeu à son compte en forçant les relances longues adverses pour repartir de derrière, bien fixer l’adversaire à l’intérieur à l’aide de 3 milieux “manieurs”, pour ensuite utiliser l’amplitude que donnent vos pistons, et profiter de 3 potentiels joueurs à la réception.

Avant de conclure et de vous laisser tester ces 3-5-2 sur votre team FUT ou sur vos U15, laissez moi vous parler du Barça sous Guardiola. Ou plutôt du Barça avec Busquets. Des latéraux offensifs, très hauts, un Busquets qui protège la défense et qui coulisse régulièrement, un Piqué parfois très excentré, deux milieux on ne peut plus “manieurs” (messeigneurs Xavi et Iniesta) : est-ce qu’on est pas sur un semblant de défense à 3 ? La défense à 4 d’aujourd’hui n’est-il donc juste le fait de replacer le libéro devant et non derrière la défense ?  Je vous laisse en débattre.

 

Crédit Photo : Corner pour l’Espagne lors du match contre l’Italie à Gdańsk lors de l’Euro 2012, par Arvedui89 sous licence Creative Commons

Auteur : Baptiste Lauro-Lillo

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Analyse tactique

Plus dans Analyse tactique
de gea-seville
Le foot, sport collectif où l’importance des joueurs est la plus grande ?

Souvent l’on pointe le caractère de divas de certains joueurs de foot. La folle inflation des salaires les plus élevés,...

coachs-pensée-primaire
La Ligue 1 et la pensée primaire

Samedi dernier, Jean-Louis Garcia l’entraineur de Troyes était passablement énervé en conférence de presse d’après-match. A l’issue d’un match où...

draxler
Draxler, milieu malgré lui ?

L'Allemagne qui s'apprête à affronter les bleus dans quelques jours peut compter dans ses rangs un joueur à la confiance...

Fermer