L’avenir est à nous

14
mai
2018

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Motta

Un chapitre se termine dans l’histoire du Paris Saint-Germain, Thiago Motta a fait ses adieux au Parc des Princes en tant que joueur, avant, très certainement, de le retrouver dans les années à venir en tant qu’entraîneur. Une reconversion au sein du club grandement souhaité et nécessaire, pour renforcer l’ADN et la culture club du PSG.

Quand Thiago Motta arrive au Paris Saint-Germain en janvier 2012, le club parisien, récemment passé sous pavillon Qatari, se cherche une identité, un style. Leonardo, grand connaisseur de la Serie A et conscient des bonnes affaires à saisir, va donc chercher le milieu italo-brésilien à l’Inter Milan. Formé au Barça, Motta correspond plus que quiconque à l’ADN que l’Emir du Qatar souhaite donner au club. Un jeu à la sauce barcelonaise et une équipe à forte consonance latine. Motta a donc toutes les qualités requises pour être la véritable pierre angulaire au départ de cet immense projet qu’est le PSG de QSI. Durant ces six saisons et demie à Paris, Motta devient le maestro, le chef d’orchestre du jeu parisien, d’abord sous Ancelotti dans un 4-4-2 à l’italienne puis dans le 4-3-3 et le jeu de positon de Laurent Blanc. Son duo avec Marco Verratti est la clé des succès du PSG, bien complété par l’inépuisable Matuidi, des succès contre Chelsea ou Barcelone en Ligue des Champions et de l’ultra domination parisienne en Ligue 1. Il est l’inamovible du trio au milieu de terrain, là où la différence et la domination se fait dans le jeu de Laurent Blanc, qui ne met d’ailleurs jamais en concurrence sa sentinelle tant chérie, en recrutant comme doublure Cabaye puis Stambouli.

Dans une équipe composée majoritairement de joueurs recrutés en Serie A, avec un grand nombre de brésilien et un jeu aux influences barcelonaises, Thiago Motta rayonne et participe grandement à développer l’ADN du PSG version Qatar mais aussi à respecter l’histoire et la tradition du Paris Saint-Germain. Comme Maxwell l’année passée, conserver au sein du club ces grands joueurs pour construire les succès et le club dans le futur est essentiel. Paris est un grand club mais il est encore très jeune, trop jeune pour en avoir tous les codes. La présence d’anciennes gloires du club au sein de l’organigramme, comme le font le Bayern, le Real, le Barça ou la Juventus par exemple, participe et participera au renforcement de la culture club dans les années à venir. Les échecs face au Barça et au Real ces deux dernières années sont aussi dus à ce manque d’histoire, d’expérience à un tel niveau. La présence de Maxwell, de Motta, avant, peut-être, celles de Thiago Silva ou Edinson Cavani dans le futur, feront que la future équipe du Paris Saint-Germain saura sur quoi s’appuyer pour remporter cette tant attendue Ligue des Champions.

Qui a patience, a paradis.

Avec Maxwell comme adjoint du directeur sportif et Thiago Motta entraîneur des U19 du PSG, le club prépare de la meilleure manière l’avenir. Imaginer Maxwell comme directeur sportif et Motta entraîneur de l’équipe professionnelle dans les années à venir n’a rien de farfelus. L’ancien latéral gauche marchant sur les traces de Leonardo et l’ancien milieu formé à la Masia sur celles de Guardiola… Jusqu’ici obliger d’aller recruter à l’extérieur les dirigeants pour le club, avec le manque de connaissances du PSG et les erreurs pouvant être faites sur les profils recrutés, la promotion interne des  grands anciens permettra de réduire la marge d’erreur tout en renforçant l’ADN Paris Saint-Germain. Les qataris, dans leur désir de faire du Paris SG l’un des plus grands clubs au monde, font régulièrement preuve d’impatience mais ces décisions prises pour le futur du club prouvent également leur volonté de construire quelque chose de solide pour l’avenir et sans s’arrêter à une simple victoire en Ligue des Champions.

La fin de carrière de Thiago Motta, ajouté au départ d’Unai Emery, marque la fin d’un cycle pour le club de la capitale. L’idée directrice restera la même dans les années à venir mais la méthode évoluera avec le temps. Construire un club pouvant regarder droit dans les yeux les grands historiques ne se fait pas en un jour, ni même en cinq ans. Les qataris semblent l’avoir compris, la route est encore très longue avant d’y arriver mais les récentes décisions prises et la patience finiront par faire aboutir leur projet dans les années à venir.

 

Crédit photo : PSG.fr

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Pele-OM-gardiens
Yohann Pelé, le Phénix

Quand on évoque le nom de Pelé dans le monde du football, on pense plutôt à un joueur trapu au...

Benjamin_Nivet
Benjamin Nivet, la quarantaine rugissante

Auteur du 2ème but troyen face à Caen (3-1) qui permettra peut-être à l’ESTAC de se maintenir, Benjamin Nivet, l’un...

psg-om-2006
Il était une fois, la finale PSG-OM 2006

Il y a 12 ans jour pour jour, le PSG a remporté sa 7ème Coupe de France en battant l’OM...

Fermer