Laurent Blanc à l’Inter Milan : oui, je le veux !

01
juin
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

laurent-blanc

En amour, tout le monde a quelqu’un qui l’attend quelque part, il s’agit simplement de la retrouver, son âme sœur. L’adage est également valable dans le football où les mariages entraîneur-clubs sont de véritables histoires d’amour, qui finissent mal, en général. L’Inter et Blanc en savent quelque chose, tout deux cœurs brisés après des relations passées, eux qui pourraient écrire une nouvelle histoire sur un air de voulez-vous coacher avec moi, ce soir…

Tu sais faire voyager mon cœur, à l’Internazionale.

Cette saison, l’Inter Milan l’a jouée dévergondée, faisant défiler pas moins de trois conquêtes sur son banc, comme pour goûter tous les coachs avant de trouver le bon. Lassés d’accumuler les conquêtes et les échecs, les nerazzuri cherchent à se caser, et pour de bon. Le club milanais, passer sous pavillon chinois, cherche à redorer son blason avec comme projet de redonner son lustre d’antan à l’Inter Milan. Dans cette quête, les dirigeants ont commencé par recruter des joueurs de grande qualité, négligeant sûrement l’importance d’avoir aussi un coach digne de ce nom. Durant la seule saison 2016-2017, les milanais auront connu De Boer, Vecchi et Pioli, pour autant d’échecs, ou presque. De Boer est une énorme erreur de casting, le néerlandais ayant été à côté de la plaque tant sur les points tactiques que psychologique et la gestion des joueurs. Pour mettre un terme au fiasco, la direction sportive décide de faire confiance à Stefano Pioli après une expérience réussie à la Lazio. Le choix semble bon mais les dirigeants sino-indonésiens n’accordent que peu de crédit au nouvel entraîneur. Dans ce contexte, difficile pour quel coach que ce soit d’avoir de bons résultats et de remplir les objectifs initiaux. Pourtant, l’effectif est de qualité avec des joueurs comme Icardi, Perisic, Candreva, Kondogbia, Joao Mario etc. La nouvelle direction à frapper fort d’entrer en recrutant à grands coups de millions, avec l’objectif de finir dans les places européennes en Serie A. Longtemps dans les clous, la série de 8 matchs sans victoire (6 défaites, 2 nuls) de la 29ème à la 36ème journée, mettra fin à leurs espoirs d’Europa League et un terme à l’histoire de Pioli à l’Internazionale. Cet été, l’objectif principal est de structurer le secteur sportif avec la nomination de Walter Sabatini comme directeur sportif et d’attirer un cador des bancs comme Spalletti, Conte, Simeone, Pochettino ou Blanc, donc.

Un mariage Blanc ?

Laurent Blanc, de son côté, a décidé de prendre une année sabbatique pour recharger les batteries après trois saisons au Paris SG où il aura fait faire un bond en avant énorme au club parisien avant d’être remercié scandaleusement à la fin de sa meilleure saison. Après cette expérience réussie au sein d’un top club, le cévenol voit sa cote grimper en flèche et cherche donc aujourd’hui un club à la hauteur de son standing. L’Inter Milan en fait partie, malgré un déclin sur les dernières saisons, le club fait toujours partie des clubs les plus connus au monde. Blanc connaît bien l’importance et la place du club dans le foot mondial, lui qui en a défendu les couleurs pendant deux saisons. En plus de la connaissance de l’Inter, le President saura gérer un effectif avec pléthore de bons joueurs en manque de confiance après cette saison ratée. As de la câlinothérapie, Lolo White saura accorder sa confiance aux joueurs qui en ont besoin pour tirer le maximum de son effectif. Exigeant sur les budgets transferts des différents clubs qu’il a entraînés, Laurent Blanc aura carte blanche à Milan où les nouveaux propriétaires n’hésiteront pas à mettre la main à la poche pour recruter.

Mais qu’est-ce qui bloque alors ? Allez savoir… Tout semble les réunir, la culture du club, la philosophie de jeu, la capacité de l’ancien sélectionneur des bleus à tirer le maximum de ses joueurs, sa capacité à remettre en confiance les Joao Mario, Kondogbia, Banega, Icardi ou Candreva, son savoir-faire dans la progression des joueurs comme Gagliardini ou Icardi après Pastore, David Luiz ou Verratti. Ses idées de jeu fondées sur l’attaque, la possession et la conservation du ballon ont de quoi emballer les propriétaires chinois, qui veulent du spectacle pour développer la marque en Asie. L’Inter Milan et Laurent Blanc sont faits l’un pour l’autre, mais le club semble s’intéresser avant tout à Spalletti, Conte ou Simeone. Quatre mariages, pour une lune de miel…

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
om-virage-sud
L’absurde campagne d’abonnements de l’OM

« Vraiment le peu de morale que je sais, je l’ai appris sur les terrains de football et les scènes...

Jimmy Cabot
Jimmy Cabot et l’ESTAC : destins liés

Jimmy Cabot, milieu offensif lorientais, s'apprête à disputer un match capital face à son ancien club Troyes. Le virevoltant savoyard ...

Carrasso
Gardiens : une nouvelle politique à Bordeaux

2009-2017. Tels sont les bornes chronologiques de l'histoire de Cédric Carrasso aux Girondins de Bordeaux. Huit années marquées par des...

Fermer