L’as Diarra ?

25
janvier
2018

Auteur :

Catégorie : Ligue 1 / Mercato

DIARRA Lassana (OM)

On l’avait presque oublié mais il est de retour ! Lassana Diarra a officiellement signé en faveur du Paris Saint-Germain cet hiver. Crack sur le terrain même après des mois sans jouer, son image en dehors du rectangle vert laisse pourtant à désirer. A l’image de sa carrière. 

Cinq pays, sept championnats … Depuis ses débuts au Havre en 2004, Lassana Diarra a beaucoup voyagé. Nouveau transfuge du PSG avec un contrat le liant jusqu’en juin 2019, le milieu de terrain de 32 ans va connaître son dixième club et va venir renforcer un poste de sentinelle bien fragile depuis le début de l’exercice parisien. En attendant éventuellement un nouveau renfort pour suppléer la retraite de Thiago Motta, l’habituel titulaire.

 

Sa régénérescence ? Indéniable

Le natif de Belleville réalise donc l’un de ses rêves, porter les couleurs de son club de coeur. Avec le PSG, Diarra apportera son expérience. Car oui, malgré ses 32 ans, “Lass” continuera de casser les lignes et couper les intervalles. Un peu comme le fait Tanguy N’Dombélé à l’Olympique Lyonnais actuellement, mais a contrario d’un Lo Celso pas forcément formé à ce poste et d’un Thiago Motta, certes toujours capable de distiller des passes lasers mais viellissant aujourd’hui. Mais Lassana Diarra, c’est surtout une rédemption hors du commun. Souvenez-vous, avant de connaître une rennaissance incroyable sous la tunique de l’Olympique de Marseille, Diarra moisissait en Russie au Lokomotiv Moscou après un contrat juteux mais cassé par l’Anzhi Makhatchkala de l’oligarque Souleiman Kerimov. Zéro match joué en 2014/2015, l’ex-métronome du Real Madrid veut quitter le club et sera en conflit ouvert. Verdict du TAS (Tribunal Arbitral du Sport) : 15 mois de suspension et 10 millions d’euros d’amende pour rupture abusive de contrat. Un an sans jouer, on le croit enterré, mort pour le foot de haut-niveau … Erreur. Sa signature en grande pompe à l’OM à l’intersaison 2015 mettra tout le monde d’accord, surtout ses six premiers mois dans le 4-2-3-1 de Michel. Son récital face à Troyes (6-0) lors de la troisième journée de Ligue 1 sera l’une de ses meilleures partitions sous le maillot olympien et sortira même sous une standing ovation du Vélodrome. Il deviendra le capitaine du club phocéen l’année suivante sous Franck Passi. Une évidence, mais ces démons le rattraperont …

Un côté “mercenaire” qui agace

En effet, grâce à une première saison convaincante avec l’OM, Diarra gagne sa place pour participer à l’Euro 2016 presque à la surprise générale. Mais sa blessure au genou gauche l’empêchera de réaliser sa mission. Par conséquent, à l’instar de Mathieu Valbuena tout au long de sa carrière, Lassana Diarra peut renaître de ses cendres tel un Phénix. Les supporters parisiens peuvent se rassurer a priori. Le niveau de jeu est présent mais reste à savoir si la tête suivra. Avant de signer dans le club de la capitale, l’international tricolore n’a joué … que cinq matchs en 2017 avec Al-Jazira (Abou Dhabi) ! Le manque de préparation ne lui fait pas peur. Mais chez Lass “les histoires d’amour finissent mal en général” comme le chante parfaitement les Rita Mitsouko. La sentinelle n’échappe pas à la règle. Ses départs d’Arsenal (où il se fâchera avec Wenger), du Real Madrid (Khedira et Sahin le poussant vers la sortie), de l’OM (à cause de cette fameuse amende) et surtout du Lokomotiv Moscou se sont toujours mal terminées. Outre son apport incroyable, c’est plutôt son image en dehors des terrains que Diarra doit racheter. Un sentiment frustrant d’inachevé tellement son talent est évident. Le néo-parisien n’est resté en moyenne que deux ans dans un club, sauf au Real Madrid où il connaîtra les plus belles années de sa carrière (1/2 finale de C1 en 2011, Liga en 2012) de décembre 2008 à l’été 2012.

L’exemple de Marseille est le plus révélateur. Après avoir conquis les supporters olympiens, ses problèmes financiers entâcheront ses performances sportives. Diarra ne sera plus que l’ombre de lui-même malgré son capitanat représentant davantage l’arbre qui cache la forêt. Le début d’un long chemin de croix. Diarra revoit ses priorités et doit payer son amende. Certains le comprenne, d’autres non. La plupart des supporters de l’OM lui en voudront. Certainement encore plus aujourd’hui maintenant qu’il a rejoint “l’ennemi”.

A l’Anzhi, malgré l’intérêt fort prononcé de l’Inter Milan, Lassana Diarra deviendra l’un des joueurs les mieux payés de la planète avec un salaire de 3.8 millions d’euros par an … à seulement 28 ans. Nul n’est prophète en son pays, l’ex-prodige du HAC l’a sans doute bien compris. Au-delà de gagner sa place de titulaire dans le XI d’Unai Emery, son principal défi sera de mieux terminer ses histoires d’amour, sobrement ou en apothéose. Deviendra-t-il un “As” sur et en dehors du terrain ? Peut-être y arrivera-t-il dans le club de sa région natale. En tout cas avec lui, rien n’est jamais fini.

Auteur : Nassim Jabeur

Fan de la modestie et du talent incroyable de Zinedine Zidane, Ngolo Kanté, Riyad Mahrez et Karim Benzema sont aujourd'hui les fils spirituels du foot d'aujourd'hui. Un sport toujours aussi magique et passionnant grâce à ces personnes. Au service d'APP et du plaisir de l'écriture

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1, Mercato
psg
Et si Booba était président du PSG ?

Dans un monde où la fonction présidentielle est occupée par un ancien Ballon d’Or, George Weah, au Libéria et par...

om
OM : Demain c’est loin

Marseille, 22 Octobre 2017 – 22h34 – Stade Vélodrome Le corner, mal exécuté, est flottant, survole la surface de réparation...

diego-costa
Le retour de Diego Costa, la promesse d’un renouveau?

Diego Costa a effectué hier - en coupe du roi contre Lleida - son grand retour à la compétition. L'interdiction...

Fermer