L’art de tweeter selon JM Aulas

02
décembre
2013

Auteur :

Catégorie : Edito

Ce président ne laisse personne indifférent. Sa manie de défendre systématiquement son club et sa com' agace. Et son compte Twitter ? Une mine d'or.

Président moderne par excellence, le boss de l’Olympique Lyonnais est aussi adulé que détesté par sa propension à jouer le chien de garde quand on parle de son club. Dans sa veine moderniste, il a ouvert un compte Twitter pour le moins actif. Une décision louable. Mais ses coups de sang et ses analyses en 140 signes font à chaque fois un buzz bien légitime. Décryptage des perles de Jean-Michel Aulas.

Ne jamais toucher à un joueur de l’OL, jamais. Surtout pas quand il s’agit de Maxime Gonalons, capitaine de la formation lyonnaise chère au Président, bien obligé de combler des finances exsangues par les ressources offertes par Tola Vologe. On tenterait de le bousculer sur le plateau de Be In Sport ? On pourrait en douter. N’empêche que le côté papa-poule et protecteur de JMA est ici illustré. A outrance ?

.

C’est ce qu’on appelle être clair. Sans prendre de gants et encore moins se la jouer psychologue, Aulas frappe un grand coup. Oublié la langue de bois habituelle du mercato et les déclarations à la presse, maintenant c’est sûr Twitter que ça se passe gamin. Gomis est clairement visé, rejeté et fixé sur son sort. Une condamnation sur le place publique qui peut choquer, surtout quand on affiche une telle froideur envers un joueur aussi régulier et essentiel au club.

.

Gomis, épisode 2. Malgré quelques touches qui se sont vite refroidies, Aulas se retrouve comme un con avec un cas des plus compliqués à gérer : réintégrer Gomis au groupe pro alors qu’il a été rangé au placard et classé indésirable. Aussi diplomatique que possible, il tente un mea culpa en affirmant son soutien à un joueur désormais meurtri. Le tact et la discrétion auront clairement fait défaut sur ce dossier ô combien délicat. Un fiasco de com’, un vrai.

.

Réunir un joueur de l’OL et un spécialiste qu’il ne porte pas dans son coeur, trop c’est trop pour JMA. Alors que Pierre Ménès (il confond avec le joueur du PSG ? passons) interview Gomis et sur sa «réhabilitation» à l’OL. Et visiblement les questions cash du chroniqueur du Canal Football Club ne plaisent pas à un président ebranlé que l’on désigne comme le «grand méchant» de l’histoire. Juste retour des choses diront certains…

.

La haine viscérale entre les deux protagonistes remonte à une entrevue musclée il y a un an, mais tout est bon pour faire monter la mayonnaise même les expressions du visage de Ménès lorsque Bafé marque, à nouveau. Entre sarcasmes et douce ironie, le chroniqueur exaspère Aulas. Un tweet en réaction épidermique aux critiques sur son management du cas Gomis. Le boulet dont il n’est pas prêt de se séparer.

.

Interdits de déplacement pour le derby à Saint-Etienne, les supporters Lyonnais trouvent en JMA un porte-voix inespéré. Même les dirigeants attisent la chaude ambiance entre les deux voisins. Bats dépose alors une écharpe de l’OL sur un des buts durant l’échauffement, et ce devant le kop stéphanois. Un acte de rébellion puni ailleurs, mais pas chez les Lyonnais, friands des provocations. Surtout quand la défense est facilement trouvée : on déguise ça en hommage aux supporters injustement interdits de stade ce soir-là. Encore un coup de com’ qui ne manquera pas égratigner son image. Mais bon, il n’est plus à ça près.

.

Comment ne pas souligner son chauvinisme. Quand il ne fait pas le total des rencontres disputées en Coupes d’Europe par les clubs français (et oh étonnant, l’OL est toujours le premier), il règle ses comptes avec ses détracteurs. On soulignera le «com dab» aussi bien écrit qu’ironique répondant à la baisse globale du niveau du club. L’Europa League, et alors ? Ca ferait même progresser la France dans le classement UEFA. Une douce revanche et une tentative de réhabilitation nationale ? On peut toujours essayer, le nationalisme, y’a que ça de vrai.

PS : par pur souci déontologique, je n’ai fait que citer ses tweets. Je vous vois venir m’accuser de le discréditer avec des fautes d’orthographes et des raccourcis de mots hasardeux. Mais tout est certifié JMA. Difficile contrainte des 140 signes qui le pénalisent dans sa quête de clarté et de sérieux.. L’OL, c’est trop LOL.

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Edito

Comments are closed.

Plus dans Edito
Le reproche est facile mais les journalistes n'ont eu d'autres choix que de détester puis aimer nos Bleus après deux matchs tellement différents.
Bleus : le faux-débat des journalistes “girouettes”

La colère de Pascal Praud sur I>Télé et les remarques sarcastiques de Pierre Ménès sur son blog ont amusé au...

On voudrait y croire, mais le barrage aller nous a déjà enterrés. On garde espoir, mais on passerait pour un dégénéré. Le match retour vaudra le détour.
Barrages : 99% de chances de ne pas aller au Brésil

On espère se tromper. Réellement. Mais la déroute en Ukraine n’est pas un simple accident de parcours. Les lacunes observées...

Face au FC Barcelone, l'Inter Milan de José Mourinho avait été bousculé mais avait fini par gagner
Dieu merci, dominer n’est pas gagner

Alors comme ça il faudrait dépasser les 50% de possession et faire tourner la chique avec quelques frappes en fin...

Fermer