L’abécédaire de la Ligue 1

29
mai
2013

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Zlatan

Terminus, tout le monde descend ! La Ligue 1 vient de jouer sa dernière scène. Clap clap clap ! On applaudit. Les acteurs vous saluent bien et partent en vacances. APP en profite pour déposer son bilan de A à Z.

A comme Anglais : Joey Barton était le seul représentant britannique en Ligue 1. Mais c’est de lui qu’on a le plus entendu parler. Pas tout le temps à bon escient. La faucheuse n’a pas sévit sur les terrains. Un seul carton rouge. Loser ! Il a trouvé un autre terrain de jeu : Twitter. Et les tacles étaient de sortis. Neymar, Ménès et Thiago Silva en ont pris pleins les dents.

B comme Buts : 2,54 pions par match en moyenne. Plutôt honnête comme bilan. Le meilleur depuis l’an 2000. Le PSG et ses 69 buts y ont largement contribués. David Bellion et son unique réalisation, un peu moins.

C comme Champions : Le PSG succèdent à Montpelier. Les marchands de pétrole prennent la place des éboueurs. Retour à la normal, en fait.

D comme Débandade : celle de Brest. Onze défaites pour conclure la saison. Qui a dit que la clé du succès était la constance ? Remarquez, avec Bernard Mendy latéral droit, pouvaient-ils espérer mieux ?

E comme Europe : Paris, Marseille et Lyon  en Ligue des Champions, une première depuis longtemps. Aulas a dit que c’était bien pour le coefficient UEFA de la France. On verra ça au mois de Décembre prochain Jean-mimi. Sinon, deux nouvelles têtes en Europa League : Nice et Saint-Etienne. En attendant Evian ? Tremble Portugal!

F comme Frileux : Football champagne en Ligue 1 ? Pas pour tout de suite. Pas partout, du moins. Bordeaux et sa défense à cinq, Paris et ses intermittents du spectacle, Marseille et ses victoires 1-0, Toulouse et sa compo sans avant-centre… C’est pour quand le changement ? Maintenant, il parait.

G comme Giuly et autres retraités : Quelques joueurs ont décidé de raccrocher les crampons : Giuly, Le Lan, Le Crom, Beckham… Bon vent à eux.

H comme Hollande et sa fameuse taxe à 75% : elle fait peur au football français à tel point que tout le monde la commente. Si elle passe, exit, Zlatan, Thiago Silva et consorts. Alors, s’il te plait François, si tu lis cette tribune, laisse ta taxe au placard.

I comme Idiot : Jeunechamp est le chef de fil de cette catégorie. Après un match, le Montpelliérain débarque en zone mixte et colle un gnon à un journaliste de L’équipe. Prétexte : le journaliste a écrit que le joueur a convoqué une réunion avec ses coéquipiers pour demander la tête de l’entraineur des champion en titre, René Girard. Six mois de suspenson et une réputation  salie. Un moindre mal.

J comme Juninho : Lors des deux dernières journées, les aficionados de Gerland ont cru revenir six ou sept ans en arrière. Quand le brésilien nettoyait les lucarnes à coup de pralines des trente mètres sur coups-francs. Mais non, Juni n’a pas de nouveau enfilé le maillot des Gones. C’est juste Clément Grenier qui a décidé d’imiter son illustre prédécesseur. Lucarne droite contre Nice, la gauche contre Rennes, et du bonheur dans les yeux des supporters. Joga bonito !

K comme Kilos : ceux que André-Pierre Gignac a perdu pour redevenir un joueur de football. L’ancien toulousain a marqué des buts importants quand Marseille sécurisait sa seconde place à coup de victoires étriquées.

L comme Leonardo : Des punchlines à faire passer Jean-Michel Aulas, maître en la matière, pour un débutant. «Tout le monde est trop fiscal», «le PSG a une équipe plus faite pour l’Europe que pour le Championnat», sans oublier la bousculade avec un arbitre. Ila réussi à se mettre toute la Ligue 1 à dos. Pressenti pour remplacer Ancelotti sur le banc du PSG, la saison prochaine s’annonce déjà palpitante s’il continue sur le même rythme.

ajaccio-mutu

M comme Mutu : «Je ne suis pas en préretraite. Du reste, je lance un défi à Zlatan Ibrahimovic, je marquerai plus de buts que lui d’ici la fin du championnat». La déclaration en avait amusé plus d’un lors de son arrivée à Ajaccio. Bilan : dix-neuf buts de retard. Pour le roumain biensur.

N comme Newcastle : Le championnat de France aurait-il accepté un vingt-et-unième club? Non, non, c’est juste les anglais qui recrutent chez nous. Cet hiver, les Magpies ont enrôlé Debuchy, Sissoko, Yanga M’biwa, Haïdara et Gouffran, en plus des six autres frenchies déjà présent dans le nord de l’Angleterre. A tel point qu’on renomme le club Châteauneuf. Avec la réussite que l’on connait, c’est-à-dire une belle seizième place.

O comme Ooooléééé! : Les accélérations de Lucas, les dribbles de Thauvin, les chevauchés de Pitroipa, les tacles de Henrique et les ratés de Maurice-Belay. Sans oublié le chambrage des supporters… Ooooléééé !

P comme Pelouse : Le gros point noir du championnat. En plein cœur de l’hiver, les pelouses de nombreux stades de Ligue 1 ressemblaient à des champs de patates de district plutôt qu’à des stades de club de l’élite.

Q comme Qatar : Après une première saison d’adaptation, le PSG version Qatar a facilement dominé le championnat. Les qataris pensaient certainement qu’ils allaient poursuivre facilement la série. C’était sans compter sur Dmitry Rybolovlev, l’oligarque russe et président de l’AS Monaco qui recrute à tour de bras (James Rodriguez, Joao Moutinho, Falcao) avec comme objectif de concurrencer le club de la capitale.

R comme révélations : Florian Thauvin, Romain Alessandrini, Marco Veratti, Dario Cvitanich, Lucas Digne, Neal Maupay pour ne citer qu’eux, ont éclaboussé la Ligue 1 de leur insouciance et de leur talent. On devrait les revoir la saison prochaine, à notre plus grand bonheur.

S comme Supporters : Ils ne répondent pas toujours présent, et les stades restent désespérément vides. Et ce n’est pas la remontée de Monaco dans l’élite qui devrait faire évoluer les choses.

On peut aussi parler des «pseudo supporters» du PSG qui ont gâché la fête lors de la remise du trophée de champion au Trocadéro. Heurts avec les CRS, dégradation de vitrines, ces imbéciles se sont encore faits remarquer et ont sali le foot français.

T comme Troyes : Un des rayons de soleil de la saison. Montée en Ligue 1 avec des moyens financiers plus que limités, l’ESTAC savait dès le début que le maintien serait dificile. Mais au lieu de jouer à onze derrière et de se contenter du moindre point, les troyens n’ont jamais refusé le jeu. Souvent sans succès. Des buts dans le temps additionnel sont souvent venus anéantir leurs espoirs, à cause d’une défense pas tout le temps au niveau et malgré un gardien de but, Yohan Thuram (neveu de qui vous savez), révélation de la saison à son poste.

U comme Urgence : Celle de voir les clubs français se doter de vrai recruteur. Car il y en a marre de voir des erreurs de casting débarquer chez nous. Quand est-ce qu’on se met à imiter les clubs portugais, limités financièrement, mais très malin dans leur recrutement ?

 

V comme Veratti : Certainement l’espoir le plus talentueux de notre championnat. Arrivée l’été dernier en provenance de Pescara, en Italie, le jeune italien a longtemps été le régulateur du jeu parisien. Sa qualité technique, sa vision du jeu et ses passes millimétrés ont été très précieuses. Mais qu’est-ce qu’il est insupportable quand il se met à contester les décisions arbitrales et faire des fautes inutiles. Onze cartons jaunes et un rouge au compteur, plutôt pas mal pour une première saison.

 

W comme Wissam Ben Yedder : On a d’abord entendu parler de lui quand avec certains de ses coéquipiers de l’équipe de France espoir, alors en stage au Havre, sont partis en taxi, à Paris, contre l’avis du sélectionneur pour faire la fête. Décrié, il a su répondre sur le terrain. Avec quinze buts au compteur, l’attaquant toulousain fait partie des fines gâchettes de la Ligue 1.

X comme XoXo (bisous) : Celui de Renato Civelli à Zlatan Ibrahimovic lors de Nice-PSG. Lors d’un duel acharné entre les deux colosses, l’argentin sert le suédois dans ses bras et l’embrasse dans le coup. Le début d’une histoire d’amour ? Réponse la saison prochaine.

Y comme Y’en a un peu marre des arbitres : Un coup de gueule contre les hommes en noir. Y’en a marre que ces messieurs se prennent pour des gendarmes. Ils sont là pour faire respecter les lois du jeu et non pour faire parler d’eux. L’un d’entre eux s’est encore fait remarqué ce week-end pour avoir expulsé Ronan Le Crom, quatrième gardien du Paris Saint Germain dans un match sans enjeu alors que ce dernier jouait ses premières minutes de la saison. Un manque de démagogie criant.

 

Z comme Zlatan : Comment ne pas terminer par lui ? S’il pouvait commenter cette tribune, il nous aurait sans doute dit qu’il faut «garder le meilleur pour la fin». Le pire, c’est qu’il aurait raison. Car cette saison, Ibra a fait la pluie et le beau temps. Des buts, des coups de gueule, des gestes de grande classe, d’autres un peu moins classe. Il aura surtout dominé tous ses adversaires de la tête et des épaules, notamment dans les duels. Costauds!

Bonus :

A comme Apruzesse : Recruté par l’OM pour encadrer les jeunes de la réserve en CFA2, le chauffeur-livreur aura eu droit à son quart d’heure de gloire. Profitant des nombreuses absences dans le groupe olympien, Elie Baup décide de l’emmener pour le déplacement à Bordeaux. Le coach olympien décide même de le faire entrer en fin de match. Des courses dans le vide, un carton jaune plus tard, cet attaquant au physique de déménageur (ou de videur de boite de nuit, c’est selon) subit les railleries d’Internet. Mais il s’en moque, il a joué en Ligue 1, lui. Et devant les caméras de Canal +. Oui M’sieur !

N comme Neuf contre onze : Si le PSG a dominé la plupart de ses adversaires cette saison, il a aussi parfois été la risée de la Ligue 1. Notamment lors du match aller contre Rennes. Réduit à neuf, les rennais ont réussi miraculeusement à l’emporter, 2-1. Cheikh N’Diaye, gardien remplaçant entré pour palier le carton rouge de Costil a été l’élément essentiel de cette performance en dégoutant les attaquants parisiens se présentant face à lui

Auteur : Antoine Raguin

Antoine, aspirant journaliste, amoureux de football et de sports en général et nostalgique de Zizou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Comments are closed.

Plus dans Ligue 1
parisiens-et-champions
Baissé de rideau sur la Ligue 1

Cette saison 2012-2013 se termine sur un titre du Paris Saint Germain. Voici le bilan. Ce dénouement de championnat n’a...

Pendant 3 semaines, vous avez voté pour votre équipe type de la Ligue1. Découvrez votre onze idéal
Votre équipe type de Ligue 1

Depuis début mai, APP vous proposait de désigner VOTRE équipe type de la Ligue 1. Alors que l’on joue aujourd’hui...

jano resseguie
Jano Resseguié : La Ligue 1 à besoin du PSG et de Monaco

Si vous écoutez les émissions sportives sur les ondes nationales, vous êtes forcément déjà tombés sur son accent toulousain. Jano...

Fermer