La trêve, ennemi du supporter

31
décembre
2012

Auteur :

Catégorie : Editos

Le stade Rennais affrontent Valenciennes dans le cadre de la 18ème journée de Ligue 1

C’est bien beau les fêtes de fin d’année, les cadeaux, les grands repas de famille et ces magnétos pourris où des animateurs te souhaitent de pâles «Bonne année ! ». Pour les supporters, cette période d’inactivité footballistique rime surtout avec ennui, rumeurs, voire dépression. On exagère peut-être un peu, mais deux semaines sans matchs, c’est long. Très long.

Il en faudrait plus pour égayer le cœur d’un supporter. Rangez ces guirlandes autour des sapins, les illuminations dans les villes, les cadeaux qui font à moitié plaisir, le foie gras et tous ces aliments que l’on ne mange essentiellement fin décembre et qui te rendent malade. Dans cette étrange ambiance d’euphorie collective, il boude, il ronchonne et surprend même les gens qui l’entendent dans la rue quand il dit tout bas « Vivement que ces fêtes se finissent, p***** ». Lui ? C’est bien sûr le supporter. Le fan de football. Mais attention, le vrai hein ? Celui qui regarde Jour de Foot et qui, même si ce sont les mêmes résumés, regarde avec autant de plaisir et d’attention le Canal Football Club le lendemain. Le vrai de vrai.

Les puristes diront « Ouais, mais y’avait le Boxing Day et tout.. ». OK, certes. Mais dans une France où 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, et où encore plus ne peuvent se payer un abonnement à Canal+, tout le monde ne peut regarder la Premier League. Mais même si tu as la chaîne cryptée, tu as ce sentiment étrange d’être abandonné. Le championnat anglais, bien qu’attractif et emballant en témoigne le dernier Manchester-Newcastle (4-3), ne te suffit pas. Tu es déboussolé, tu perds tes repères, tu te surprends même à te demander quel jour on est. Chose impensable en plein mois d’octobre où ta vie et ton calendrier sont rythmés par la L1, la C1…

Toi qui secrètement crachait sur la Ligue 1, ses matchs barbants, son manque de stars. Oui, même avec le PSG. Le supporter français est exigeant et adepte du rétro-pédalage puisque tu vas le regrette ce championnat que tu adores détester. Parce qu’au fond de toi, ça rythme tes semaines, tes week-end paraissent plus chargés alors que tu ne fais que rester devant la télé. C’est sans doute ça qui fait que le congé de fin de semaine passe toujours trop vite. C’est toujours déconcertant quand la routine s’en va. Un proverbe ne dit-il pas « C’est quand on perd quelque chose qu’on se rend compte de sa valeur » ?

Désormais, il faut improviser. Et faire en sorte que ces deux semaines restent placées sous le signe du football. Ouais, ça paraît bête mais c’est comme ça. C’est comme une drogue, il est très difficile de s’en passer. Mais de là à dire que tu suffoques et transpires à grosses gouttes quand tu n’as pas eu ta « dose » de foot… Tu achètes L’Equipe pour passer le temps. Voire France Football. Tu restes à l’affût des dernières infos rumeurs, transferts. C’est souvent écrit sur des « on dit », sur du vent, mais qu’importe, tu te sens quand même bien parce que l’actualité du ballon rond ne t’échappe pas. Le PSG est d’ailleurs utile dans ces moments-là. Chaque jour, une rumeur enfle, puis se dégonfle comme un ballon de baudruche. Qu’importe, tu pourras frimer à la rentrée et donner les raisons exactes à tes potes sur le « Pourquoi ça a pas marché avec untel… ».

Finalement, cette trêve hivernale, ne serait-ce pas un moyen pour renforcer la cote d’amour de la Ligue 1 et de tous les autres championnats en général ? Quand on se prive de quelque chose durant 15 jours, on prend évidemment beaucoup plus de plaisir à le retrouver, passé ce délai. Comme dans un régime, on rationne, on se prive de tout ce qu’on aime, et une fois fini, on se jette sur n’importe quoi et on reprend goût à chaque instant. La L1 c’est un peu pareil. Sauf que là, c’est à consommer sans modération.

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

Plus dans Editos
Marseille et Lyon s'affrontent pour la place de second au classement
L’abécédaire de la trêve en Ligue 1

Tous les footballeurs ne joueront pas le Boxing Day durant les fêtes, comme il est coutume en Angleterre. Alors, d'ici...

Jouer à 9 en Ligue 1, c'est une mode.
C’est quoi cette mode de jouer à 9 ?

Cette saison 2012-2013 a vu accoucher une bien étrange tendance, celle de voir des équipes jouer à 9 contre 11....

nicollin-grossier-ligue-1
Ce que le Père Noël pourrait offrir à la Ligue 1

Plus que deux semaines avant le 25 décembre, il serait peut-être temps pour notre beau championnat français de dresser sa...

Fermer