La Pologne s’en sort bien

08
juin
2012

Auteur :

Catégorie : Euro 2016

samaras_grece

Dans un match d’ouverture qui a tenu toutes ses promesses, la Pologne et la Grèce n’ont pu se départager (1-1). Réduit à 10 contre 11 très rapidement, les Grecs ont même manqué un penalty. De leur côté, les Polonais n’ont su concrétiser une domination pourtant outrageuse en première mi-temps.

Qu’on se le dise, pour un match d’ouverture, on a vu pire. Du suspense, des erreurs d’arbitrages, des buts et deux adversaires qui ont crânement joué leur chance, ce PologneGrèce laisse donc augurer de belles choses pour cet Euro 2012. Devant près de 58 145 spectateurs (dont 12000 Grecs), les co-organisateurs ont parfaitement profité de l’engouement populaire pour emballer le match.

Au quart d’heure de jeu, Lewandowsi profite d’un caviar distillé par Piszczek pour ouvrir le score et faire chavirer de bonheur le National Stadium de Varsovie (17e). On se dit alors que la Grèce ne tiendra pas longtemps. Qu’elle va céder sous les assauts d’Obraniak et consorts. Et cela en a tout l’air lorsque Mr Velasco Carballo adresse injustement un second carton rouge à Papastathopoulos, synonyme d’expulsion (44e). Si en plus l’arbitrage s’en mêle.

En seconde mi-temps, le sélectionneur grec tente un coup de poker et fait rentrer Salpingidis, attaquant à la place d’un milieu. Une tactique payante puisque ce dernier va profiter d’une mésentente entre Szczesny et sa défense (51e). Et le calvaire du gardien d’Arsenal ne fait que commencer. Vingt minutes après le but, le même Salpingidis part seul face au gardien polonais qui le crochète dans sa course. La sanction tombe, expulsion et penalty. Karagounis, le capitaine emblématique, s’élance, mais trouve sur sa route Tyton, qui arrête avec brio le tir sur sa gauche (71ème).

De remplaçant à héros, le gardien Polonais entame de la meilleure des manières son Euro. Et Karagounis, de la pire. De minute en minute, Samaras (devenu meilleur ami de Jean Michel Larqué) et ses coéquipiers prennent le contrôle du jeu. Mais l’arbitre va encore frapper et donner à ce match une dimension tragique. En refusant injustement un but pourtant valable de Salpingidis, Mr. Velasco Carballo empêche le buteur de signer un doublé et permet à la Pologne de rester en vie. Tant bien que mal. Si les locaux peuvent s’estimer heureux de rentrer avec un point, les Grecs, eux, ont faire preuve d’abnégation et de courage quand ils étaient au bord du gouffre.

Des qualités qui les avaient emmenés sur le toit de l’Europe en 2004.

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Euro 2016

Plus dans Euro 2016
prono_euro_2012
Les pronos de la rédaction

Au Premier Poteau vous propose les différents avis de ses rédacteurs pour l'Euro 2012 de football qui démarre ce soir....

ribery_joueur_cle_france
Focus sur la France

A la veille de l’ouverture de l’Euro 2012, c’est au tour de l’Équipe de France de passer au décryptage d’APP....

benzema_france
Un sans faute pour l’Équipe de France

L'Équipe de France jouait ce soir au Mans son dernier match de préparation contre l'Estonie. À 6 jours de son...

Fermer