“La Loi du milieu” de Matteo Bini et Fabien Bastide-Alzueta

25
mai
2018

Auteur :

Catégorie : APP a lu / Interviews

La-Loi-du-milieu

“La loi du milieu” ce n’est pas le prochain film à aller voir sur l’OM, mais un ouvrage tactico-tactique sur l’évolution du football de deux ingénieurs fondus de ballon rond! Un petit livre surprenant au départ, captivant tout au long mais surtout instructif. Les deux auteurs de ce livre, Matteo Bini et Fabien Bastide-Alzueta, retracent dans leur ouvrage la rhapsodie magyare, le juste milieu barcelonais de Guardiola ou vous dévoilent encore qui se cache derrière la meilleure équipe de tous les temps. En attendant de vous plonger dans ce bouquin pour redécouvrir l’histoire du football, Mateo et Fabien vous livrent quelques secrets de fabrication, et en bonus un petit pronostic avant la finale de Champions League!

Le postulat de départ de votre livre « La loi du milieu », qui en est donc aussi le titre, est plutôt pessimiste: ” (…) l’attaque s’est dégarnie au profit d’un milieu toujours plus fourni”. Pour le meilleur ou pour le pire?

Fabien : J’utiliserais réalisme plutôt que pessimisme, l’évolution de la tactique dans le football suit le même schéma que l’industrie. De ce fait, il cherche à réduire les aléas et à optimiser ses méthodes pour être le plus efficace possible. Sans tomber dans le schéma manichéen de base, on est dans un football à deux vitesses : un premier dans lequel les grosses écuries vont pouvoir faire rêver et proposer du jeu alléchant, et un autre avec des équipes qui jouent leur survie, pour le meilleur et pour le pire donc!

Matteo : Je pense que ça dépend de quoi on parle… Si on parle de tactique pure, il me semble que le milieu fourni permet tant aux équipes modestes qu’aguerries d’exprimer leur jeu. Les modestes de façon défensives et les mieux armées de façon offensive. Cependant, on se rend bien compte que cela s’accompagne d’une homogénéisation du jeu et de l’approche. Plus de gestes superflus, tout doit tendre vers le résultat. Personne ne peut se permettre de perdre de l’argent, donc tout doit être efficace. Si tactiquement donc, la loi du milieu semble être pour le meilleur, dans les faits son efficacité semble être mise au service exclusif du résultat.

Pour expliquer les évolutions du jeu on sent un vrai désir de pédagogie (à travers les schémas, les flèches de déplacements des joueurs). En écrivant ce livre, vous imaginiez quel type de lecteur en face?

F : L’un des principaux objectifs, quand on a commencé à structurer nos idées pour en faire un livre, puisque celui-ci est né d’une succession d’articles qu’on avait rédigé pour le site toutlemondesenfoot auparavant, c’était de pouvoir s’adresser aux amateurs de football en général, de l’occasionnel jusqu’aux spécialistes. On a véritablement cherché à trouver le meilleur compromis et le meilleur angle pour essayer de s’adapter à tous et ce n’était pas simple!!! On a beaucoup échanger Matteo et moi pour trouver « la meilleure tactique » pour se livre. Grâce aux conseils de l’éditeur, on a réussi à structurer le récit et à l’illustrer par des anecdotes et des schéma. Un compromis entre légèreté et précision en somme!

M : A vrai dire, moi je n’étais pas, et je ne le ne suis toujours pas je pense, un super expert en tactique ! Du coup c’est un peu comme si j’imaginais me l’expliquer à moi même !

 

marqueur-by-mark-rabe

 

Il y a un gros travail de recherche historique pour contextualiser les équipes, les époques, les schémas. Une tâche fastidieuse ou plutôt une source de découvertes pour vous?

F : Les deux mon capitaine! Comme on le disait l’idée part d’une série d’articles mais in fine on s’est retrouvé avec 90% du travail à restructurer complètement, on a énormément lu et on s’est penché dans des archives de plusieurs quotidiens français et étrangers pour essayer de récupérer les impressions de l’époque, de voir des vidéos d’archives et de décortiquer quelques ouvrages en français, en anglais ou en italien! Matteo et moi ne sommes ni écrivain, ni journaliste, nous sommes ingénieur dans la vie active et donc ce fut réellement une méthode de travail totalement nouvelle! Je dirais que grâce à notre approche cartésienne, liée à notre métier, on a réussi à bâtir un récit complet avec une trame logique sans pour autant alourdir les explications.

M : Ah! La recherche est à la fois un délice et une torture. Chercher l’info, l’anecdote qui va donner le goût qui convient à un chapitre… C’est jouissif et douloureux à la fois.

Après votre étude, si vous ne deviez retenir qu’un schéma tactique, ce serait… et une équipe….

F : Moi, ce serait le diagonal du Brésil des années 40, c’est la pierre angulaire entre les anciens schémas et ceux plus modernes! Et puis c’est un schéma qui sort un peu des sentiers battu, il est asymétrique, à une histoire particulière et une triste fin, puisqu’il fut abandonné après le Marracanaço de 1950, où l’Uruguay réussi à rendre muet le Brésil chez lui pendant sa coupe du monde. Ce fut un drame national à l’époque et cela a perduré pendant bien longtemps!

M : Pour moi c’est le 4-4-2 en zone mixte de la Juve de Platini pour le rôle de fantasista qui donnait un romantisme incroyable à l’équipe. Mais tactiquement parlant, le Milan de Sacchi était tout bonnement incroyable.

 

Milan-AC-1989

 

Dans les années à venir, vous imaginez quelle évolution dans le football?

F : Difficile à dire, on a forcément à considérer l’impact économique qui est l’épée de Damoclès des clubs de football. Aussi bien pour les petites équipes qui doivent trouver des stratégies efficaces et pour lesquelles le résultat prime sur la manière, que pour les grands clubs qui se doivent de garantir leurs revenus pour continuer à avoir les meilleurs joueurs possibles. Pour ces grosses écuries on parle beaucoup de ligues fermées, je pense qu’on y arrivera bientôt. L’arrivée de la technologie dans le foot (par le passé avec le foot data et maintenant avec les méthodes d’arbitrage sensées rendre plus objectives les décisions) a impacté le jeu et elle continuera et façonnera peut être d’autres stratégies à ses dépends, comme ce fut le cas après la réforme du hors-jeu de 1925, ou avec l’apparition des changements pendant le match qui entraînera « le coaching ». Bref par la force des choses le football s’adaptera.

M : Une partie de moi a peur de voir le foot dominé par une élite d’une dizaine de clubs qui laisseraient entrer un petit poucet de temps à autre pour maintenir l’illusion. Des clubs jouant tous selon le même credo tactique mais chacun avec ses stars. D’un autre côté, je suis curieux de voir ce qui se passera quand les deux superstars, CR7 et Messi, vont partir à la retraite… Mais dans l’ensemble, j’espère que le foot retrouvera le goût du geste technique qui fait rêver tous les gamins de 5 à 55 ans (ou bien plus!) et délaissera le foot efficace. Malheureusement, le fric pousse plutôt dans l’autre sens…

Jorge Valdano explique que la télévision, et donc la façon dont le football est filmé, a modifié et modifie encore aujourd’hui le jeu. Vous partagez cet avis?

F : Complètement, mais pas forcément d’un point de vue tactique, elle le façonne par notre regard que nous portons au football! La télé exhorte les initiatives individuelles, on fait des plans rapprochés des joueurs pendant les phases de jeu, ça rend l’approche qu’on a au football assez basique, on se focalise sur le porteur du ballon, on glorifie l’individu au détriment du collectif…

Personnellement je ne comprends toujours pas pourquoi aucun diffuseur n’ait eu l’idée de proposer des retransmissions qu’en plans larges qui permettent de voir les déplacements sans ballons, parce que c’est réellement dans ce domaine qu’on peut se rendre compte de la complexité des mouvements collectifs et maintenant qu’on a potassé sur le sujet, j’ai vraiment une autre vision devant un match! D’ ailleurs lors de la journée précédente (début mai), les cadreurs en Ligue 1 étaient en grève, et pour tout vous dire, j’ai trouvé ça appréciable de se retrouver avec une certaine simplicité dans la manière de voir le match, avec moins de fioritures!

M : Je n’y avais pas pensé… Ça me fait penser au cinoche. Quand il n’y avait presque pas de traitement d’image, les acteurs portaient presque seuls la réussite d’un film. Avec les techniques de tournage moderne, on maquille beaucoup mieux… Dans le foot c’est peut-être pareil, un super slow motion d’un tacle tout pourri peut le sublimer jusqu’à le faire sembler magique. Mais en vrai il reste tout pourri. La télé apporte l’émotion que le jeu a perdu..

Bon maintenant vous êtes entraîneur/recruteur de votre club de cœur. Vous jouez comment et vous recrutez qui au prochain mercato?

F : Mon club c’est Bastia en N3. Avec cette chute aux enfers de 5 divisions en un an, j’aimerais qu’on se recentre sur la formation des jeunes pour créer une dynamique et un style de jeu propre, une vision à long terme donc. Pour remonter tous les échelons il faut repartir sur des plans de jeu simple, mais surtout un gros supplément dans l’engagement. Dans l’idée ou j’aurais une baguette magique qui me permettrait de pouvoir récupérer deux joueurs, peu importe le budget, je miserais sur un mélange entre un jeune fou et un vieux briscard : Lahm pour son omniprésence, sa capacité à couvrir une zone élargie et son aura et Mbappe pour sa marge de progression. Il fait déjà partie des très bons joueurs en Europe et s’il continue comme ça… personne ne sait vraiment jusqu’où il peut aller.

M : La Juve aurait bien besoin d’un beau lifting… En attaque, je ramènerais bien Salah, qui est très en vue en ce moment. Derrière lui j’aimerais quelqu’un qui dribble comme il respire. Ça permet de casser les blocs défensifs dans les situations où il y a 20 joueurs sur 50 mètres. Donc je dirais Wilfried Zaha de Crystal Palace ou Felipe Anderson de la Lazio. Enfin, histoire de craquer la tirelire, Verratti et Sergio Ramos. Avec ça, je vous gagne même la coupe galactique de football…

Pronostic de deux spécialistes pour la finale de la Champions League Real-Liverpool. La différence va-t-elle se faire, forcément, au milieu?

F : Elle se fera sur les choix des joueurs comme toujours. Et le milieu étant la pierre de voûte dans le jeu, les choix à ce niveau seront primordiaux. Complètement subjectivement je dirais que Liverpool a les bons ingrédients pour déconstruire les plans du Real.

M : Je dirais que les clefs du jeu côté Real vont être sur la capacité d’Isco à verrouiller l’axe et à pousser les actions de Liverpool sur les côtés mais aussi sur la capacité de Ramos à museler Salah. Pour Liverpool, le milieu est vital. Klopp opère sont célèbre Gegenpressing asphyxiant. Le Real n’aime pas trop les longs ballons, ils préfèrent construire par des passes à terre, donc tout va se décider au milieu pour les anglais. Avec un pressing efficace, ils peuvent stopper l’approvisionnement en ballons pour l’attaque du Real. Allez, j’y crois, je dis 3-2 pour Liverpool avec un match verrouillé au début et qui devient complètement fou au fur et à mesure.

 

La-Loi-du-milieu

La loi du milieu, Matteo Bini et Fabien Bastide-Alzueta aux Editions Chistera, 15,90 euros.

 

Crédits Photos : Mark Rabe & OldFootballPhoto

Auteur : Benjamin Laguerre

Toulousain en exil. Chroniqueur littéraire des livres sur le football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie APP a lu

Plus dans APP a lu, Interviews
Culture_G_FC
La “Culture Générale Football Club” d’Olivier Corbobesse

Quand on parle culture générale on n'y associe pas forcément le football... Et pourtant quelle erreur ! Nous montrer que le...

Livre-Mondial-Kevin-Jeffries
Le Mondial de football comme vous ne l’avez jamais lu

A l'heure d'un printemps pré-Mondial où les bouquins sur le football vont fleurir ici et là, Kevin Jeffries et Loïc...

diana-al-shammari
Les fleurs de Diana Al Shammari

Le football est une source d'inspiration sans limite. Il semble que Diana Al Shammari s'est laissée séduire par celle-ci. Originaire...

Fermer