La Ligue 1 à 18 clubs, lettre ouverte à Frédéric Thiriez

28
janvier
2013

Auteur :

Catégorie : Edito / Ligue 1

Ligue 1 à 18 clubs, une bonne idée M. Thiriez ?

S’ils ne le disent pas tous à haute voix, il est fort à parier que les dirigeants, entraîneurs, présidents ne cracheraient pas sur une Ligue 1 nouvelle formule avec moins d’équipe sur la ligne de départ. A peser le pour et le contre, on se demande encore comment la LFP peut fermer les yeux sur un système qui aurait tout de bénéfique pour notre championnat.

Cher M. Thiriez,

En spectateur attentif de notre belle Ligue 1, je me dois de vous interpeller sur une aberration française, et européenne. Si l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre conservent encore leur championnat à 20 équipes, l’Allemagne s’est enfin penché sur la question en amputant la Bundesliga de 2 équipes. Une révolution dans le monde aseptisé du ballon rond, où la moindre décision qui permettrait d’avancer met des années à être appliquée. Tous les ans, des acteurs privilégiés de la Ligue 1 avouent à demi-voix que leur préférence irait clairement vers une L1 raccourcie, passant de 20 à 18 équipes. Les arguments ci-dessous vont bien sûr dans ce sens :

Un renforcement du niveau global de la Ligue 1.

Avec 18 clubs, le championnat gagnerait en homogénéité, surtout dans le bas du classement. Des clubs en ont fait l’amère expérience. Ouvrir la Ligue 1 à 20 clubs était une intention sans doute louable, soucieux d’ouvrir les portes du professionnalisme au plus grand nombre, mais à force de tirer sur la corde, cette dernière a cèdé. Et l’on voit que l’écart est trop grand pour certains clubs lorsqu’ils font leur entrée en L1. Arles-Avignon en 2010, à 24 points du 18e ou encore Grenoble en 2008 avec 25 défaites en 38 matchs pourront sans doute témoigner. Des cas rarissimes certes, mais qui ont sûrement fait rire en Europe, ce qui n’est jamais bon en terme d’image et de crédibilité. Avec 18 clubs, aucun doute que le suspense serait encore plus présent, que ce soit pour les Coupes d’Europe, ou les dernières places, synonymes de relégation. L’homogénéité rehausserait à coup sûr le niveau global, chose que l’on reproche à cette Ligue 1 qui peine à attirer à l’étranger.

Pour aller dans ce sens, et rendre plus spectaculaire le championnat Hexagonal, pourquoi ne pas s’inspirer des modèles Argentins, Allemands, et surtout revenir à une formule abandonnée en 1993 ? Les barrages en fin de saison entre le 18e de Ligue 1 et le 1er de Ligue 2 par exemple. Si le dénouement peut parfois être cruel, nul doute que ces matchs au couperet attireront dans le stade et rendront plus haletant les fins de saison.Si cette idée peut sembler inégalitaire, elle permettrait sans doute de protéger les « anciens », qui ont souffert ces dernières années.

Dans les 5 équipes ayant gagné le plus de championnat, Nantes (8 fois) et Monaco (7 fois) ont pataugé dans une Ligue 2, à la fois démoralisante et rabaissante. Si les deux clubs semblent bien partis pour remonter en Ligue 1, que faire de Lens, qui s’enlise en Ligue 2 depuis trop d’années ? Et de l’AJ Auxerre, encore en Ligue des Champions il y a de ça 3 ans ? Pour éviter que la Ligue 2 devienne le cimetière des éléphants, soit on la joue à l’anglaise, et du coup, on passe à 22 clubs, ou bien on ampute aussi la L2 de deux clubs pour au contraire rendre le National à 22 équipes.

Enfin, comme le disait Rémi Garde en avril dernier, « Les clubs étrangers avaient peut-être moins de matches en compétitions nationales avec moins de clubs en championnat. Avec un Championnat national moins chargé, peut-être qu’on serait plus compétitif et frais sur les compétitions internationales ». Tout en prenant soin de rappeler que les D1 Russes et Portugaises ne comptent que 16 équipes. Tout est dit non ? Ici, l’entraîneur lyonnais soulève l’épineuse question du calendrier surchargé. Surtout avec la Coupe de la Ligue qui parasite les semaines déjà bien occupées par le championnat. Un retour à 18 clubs signifierait surtout plus de temps de récupération, de préparation pour les joutes européennes. Une donnée essentielle quand on sait que le Portugal talonne sérieusement la France au classement UEFA. Il en va de la survie de la Ligue 1 et de son attractivité autour du continent. Une pléiade de solutions existent pour redonner à la L1 un second souffle qu’elle attend depuis trop longtemps pour enfin s’élever au niveau de ses voisins européens.

Alors, toujours pas convaincu Mr Thiriez ?

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Edito

Plus dans Edito, Ligue 1
Lavezzi libère le PSG face au LOSC
Lille peut avoir des regrets

Les Lillois ne seront pas la troisième équipe à faire tomber le PSG chez lui. La faute à pas de...

valenciennes-lyon-ligue-1
Valenciennois et Lyonnais pour se remettre dans le bain.

Ce soir, retour du championnat après une semaine de Coupe de France. Lyonnais et Valenciennois ouvrent le bal ce vendredi...

gregoire_amiot
Grégoire Amiot : “Percer en Ligue 1 avec Toulouse”

Du haut de son mètre 87, Grégoire Amiot peut voir l’avenir en grand. Après une formation des plus remarquable, ce...

Fermer