La Ligue 2 version 2012-2013

25
mai
2013

Auteur :

Catégorie : Ligue 2

bilan-ligue-2

Après 38 journées haletantes, le championnat de France de Ligue 2 a fermé ses portes hier soir, une saison rocambolesque. Des équipes favorites qui ont assumé leur statut, des déceptions, mais aussi des scénarios cauchemars. Cet exercice a été insoutenable, riche en émotions et en stress. Le foot sert aussi à ça.

Retour vers la Ligue 1

Pas tellement de surprises à ce niveau-là, l’AS Monaco grandissime favorite cette saison a respecté son ordre de marche tout au long des 38 journées, les joueurs de la Principauté terminent avec 6 points d’avance sur le second Guingamp, avec un Ibrahima Touré de folie en première  partie de saison et un Valère Germain de gala sur la seconde, le rocher avait clairement les armes pour la remontée en Ligue 1.

fete-guingamp

Le dauphin de l’ASM se nomme l’En Avant de Guingamp, les Costarmoricains ont réalisé une saison pleine et régulière. Le retour en grâce de Mustapha Yatabaré (23 buts) totalement hors du coup depuis 2 saisons y est pour quelque chose. Avec un Thibault Giresse à la baguette du jeu Guingampais, les Bretons ne seront pas que des faire-valoir en Ligue 1. La méfiance devra être de mise pour les futurs adversaires de l’EAG. La dernière marche du podium revient au FC Nantes : les canaris qui après 4 ans en Ligue 2 retrouveront l’an prochain l’élite du foot français, emmené part un Filip Djordjevic retrouvé et auteur de 20 réalisations cette saison. Se basant sur une grosse défense, les joueurs de Michel Der Zakarian ont été réguliers toute la saison, étant sur le podium depuis le mois d’Octobre.

Au revoir la Ligue 2

En cette journée du 25 mai, il y a certainement trois équipes qui pleurent à peau de chagrin. Le Mans, Sedan et le Gazélec Ajaccio sont rétrogradés en National voire plus pour les deux premiers cités. En effet, rillettes et sangliers sont en proie à des décisions financières et pourraient se retrouver beaucoup plus bas si dépôt de bilan. Des gestions catastrophiques sur et en dehors du terrain, les Sarthois ont vécu une saison cauchemardesque. Eux qui étaient encore en Ligue 1 il y a 3 ans.

lemans-janotLes expériences de Jérémy Janot et de Frédéric Thomas n’auront pas suffi, avec un effectif très jeune voire trop, les Manceaux n’ont pas su faire le poids face aux autres formations de Ligue 2. Comme les sangliers Sedanais, les joueurs de Laurent Guyot n’ont jamais dépassé la 15ème place, pire ils n’ont été que 5 fois en dehors de la zone rouge. Un effectif totalement chamboulé à l’intersaison, des départs à gogo qui ont fait très mal. Possiblement racheté, le club ardennais doit se reconstruire, mais cette reconstruction sera certainement très longue. Dernière équipe à descendre, le Gazélec Ajaccio. Les Corses qui  retrouvaient la Ligue 2 vingt ans après, autant dire que le voyage a été de courte durée. Le GFC a fait plus parler de lui en coulisses que sur le terrain, disputant notamment ses derniers matchs à Gueugnon suite à la suspension du Stade Ange-Casanova lors des 5 derniers matchs à domicile.

Ils restent sur le carreau

Caennais et Angevins occupent les places que personne n’aime. Pour le Stade Malherbe, on la nomme généralement “la place du con”. En effet les Normands qui ont été toujours présents pour l’accession ont craqué sur la fin, le match contre le FC Nantes lors de la 36ème journée a détruit les derniers espoirs Caennais de rejoindre à nouveau l’élite du foot français, mais la saison du SMC a été des hauts et des bas : un exercice assez irrégulier. Les coéquipiers de Nicolas Seube n’ont jamais pu réellement suivre le rythme de Monaco, Nantes ou Guingamp.

Du côté Angevin, on n’y a cru jusqu’au bout, mais comme pour Caen, le SCO a cédé sur la fin du championnat. Eux qui après la victoire sur Nantes début avril pensaient que finalement le podium était accessible, il n’en n’était rien. Avec une seule victoire lors des 7 dernières journées, les hommes de Stéphane Moulin ont lâché des points au pire moment, pendant que devant leurs adversaires les engrangaient. Néanmoins, l’équipe Angevine possède en sa possession le meilleur passeur de la saison (El Jadeyaoui) et un des meilleurs buteurs (Keseru). Ces deux-là sont extrêmement courtisés et il sera très difficile pour les dirigeants Angevins de les  conserver.

Les déceptions

Le RC Lens et l’AJ Auxerre sont deux clubs historiques du football français. Malheureusement les saisons se suivent et se ressemblent pour ces deux clubs. Les Lensois qui évolueront pour la 3ème année consécutive en Ligue 2 l’an prochain. Les Sangs et Or qui ont réalisé une saison plus que moyenne, terminant à la 12ème place et n’ayant que cinq points d’avance sur le 18ème. Mais ils reviennent de très loin, après un début d’exercice raté, marqué par une seule victoire en 9 rencontres. Les Nordistes avaient aligné une série de 13 matchs sans défaite ( d’octobre à janvier ). Son seul fait d’armes cette saison, a été la correction à Guingamp, il y a deux semaines. Une prestation insipide de la jeune garde Lensoise.

Côté Auxerrois ce n’est guère mieux, l’AJA qui descendait de Ligue 1 n’a jamais réussi a trouver un rythme de croisière. Restant la plupart du temps en milieu de tableau, après un changement d’entraîneur en cours de saison. Avec un effectif très jeune, les Auxerrois ont clairement fait avec les moyens du bord pour terminer finalement à une 9ème place sans saveur. Les départs de Cédric Hengbart et Yaya Sanogo voire d’autres devront être rapidement remplacé, pour éviter une nouvelle saison moyenne.

Les révélations

Qui aurait cru qu’Havrais et Nîmois termineraient respectivement 6ème et 8ème ? Peut-être les supporters de ces deux clubs mais pas les observateurs. Après une première partie de saison difficile, les joueurs du président Louvel ont réalisé une belle seconde partie de championnat. L’arrivée d’Erick Mombaerts en lieu et place de Cédric Daury y est pour quelque chose, l’ancien coach de l’équipe de France Espoirs a totalement métamorphosé la formation Havraise. Les Hauts-normands se sont même permis une petite série de 8 matchs sans défaites fin mars jusqu’à début mai. Avec Zacharie Boucher élu meilleur gardien de Ligue 2, Yohann Rivière solide buteur (13 buts) et Walid Mesloub, Le Havre a certainement démontré que l’année prochaine elle serait sans doute plus qu’un candidat crédible à la montée en Ligue 1.

Traversons la France à présent, direction le Gard et plus exactement Nîmes. Un promu qui a eu du mal à se mettre dans le rythme denimes-revelation la Ligue 2, les Crocos étaient avant-dernier au soir de la 10ème journée. Mais un peu à l’image du Havre, les Nîmois ont réalisé une remontée fantastique à partir de novembre. Réalisant également une série d’invincibilité, pendant deux mois. La belle saison Gardoise est due notamment à deux joueurs : Vincent Gragnic et Nicolas Bénezet, sur les 52 buts de Nîmes cette saison, 37 viennent ou sont à l’origine de ces deux hommes. Autant dire que sans eux, le Nîmes Olympique aurait sans doute été en bas de classement.

Pour le reste on notera, la belle saison de Dijon (7ème) qui a toujours été régulier, mais qui malheureusement pour elle n’a jamais su accrocher le podium. Deux équipes au parcours inversé, Istres et Tours. Les Tourangeaux (10ème) complètement dans le trou en début de saison et qui est revenu au courage, l’éviction de Peter Zeidler y est sans doute pour quelque chose. Quant aux Istréens (14ème), après un départ canon, les Provençaux n’ont pas su tenir le rythme des grosses cylindrées.

La saison plus que correcte d’Arles Avignon (11ème), le sauvetage in extremis de Laval à la dernière journée (17ème) et les saisons décevantes de Clermont (14ème) sauvées par deux victoires consécutives à Nantes et contre Châteauroux lors des quatres dernières journées et de Châteauroux  (16ème), les rois du nul, Les Castelroussins qui  terminent avec 18 scores de parité. Pour finir Niort (15ème ) se sauve également malgré une attaque faible (39 buts).

Les tops joueurs

  • Mustapha Yatabaré : le Guingampais a réalisé une saison parfaite, auréolé d’un titre de meilleur buteur
  • Gianni Imbula : meilleur joueur de Ligue 2 cette saison, le Guingampais a explosé aux yeux des observateurs. Énorme au milieu du terrain, futur grand.
  • Filip Djordjevic : le Nantais critiqué par ses propres supporters a fait taire les critiques en inscrivant 20 buts, un des acteurs principaux du renouveau Nantais.
  • Vincent Gragnic et Nicolas Bénezet : Ils ont hissé le Nîmes Olympique dans les huit premiers du championnat, 37 des 52 buts des Crocos viennent d’eux. Chapeau.
  • Claudiu Keseru : le Roumain du SCO auteur de 17 buts en championnat ( dont un quadruplé ) a démontré qu’il était bien une des valeurs sûres de ce championnat.
  • Valère Germain :  14 buts, 7 passes. Une seconde partie de saison énorme, il marche sur les traces de son père.
  • Thibault Giresse : le dépositaire du  jeu Guingampais, une saison parfaite. 9 buts et 7 passes à son actif.

Les révélations

  • Alharbi El Jadeyaoui : l’Angevin meilleur passeur du championnat, la L1 lui fait les yeux doux.
  • Mouri Ola Ogunbiyi : le Béninois du Nîmes Olympique a réalisé sa meilleure saison depuis le début de sa carrière ( 4 buts / 8 passes ), à 31 ans il était temps.
  • Thomas Guerbert : le Dijonnais le plus complet, 4 réalisations et 8 passes, le milieu Dijonnais a haussé son niveau de jeu tout au long de la saison.
  • Geoffrey Malfleury : l’attaquant de poche du HAC a démontré son talent cette saison, auteur de 7 buts, il est à revoir l’an prochain.
  • Yannick Ferreira-Carrasco : le Monégasque a brillé, 6 buts, 6 passes. Un joueur complet
  • Raphaël Guerreiro : le latéral Caennais a explosé cette saison, joueur rapide et technique. 38 matchs à seulement 19 ans, respect.

Les déceptions

  • Ibrahima Touré : Il a certes marqué 18 buts cette saison, mais l’attaquant Monégasque a traversé la seconde partie de saison comme un fantôme. Il s’est réveillé néanmoins au meilleur moment, auteur du but de la montée à Nîmes.
  • Lucas Ocampos : on est peut-être dur, mais l’Argentin qu’on décrivait comme un crack dès son arrivée sur le Rocher n’a pas montré grand-chose, capable de gestes fabuleux comme d’incroyables ratés. Auteur de 4 buts.
  • Florentin Pogba : le frère de Paul a été hors du coup, comme son équipe. Le capitaine du bateau Sedanais a coulé avec son équipage.
  • Idrissa Sylla : on attendait plus du jeune Guinéen auteur de 9 buts l’an dernier, il n’a pas existé. Ses 5 buts n’ont pas pesé lourd dans la balance, il ne restera pas au Mans.

Les statistiques de la saison en bref

  • 917 buts sur cet exercice, soit une moyenne de 24 buts par journée. Qui vous a dit que le championnat de L2 était pauvre?
  • 1333 cartons jaunes et 99 cartons rouges, les arbitres ont dégainé les biscottes cette saison (35 jaunes en moyenne par journée)
  • Mustapha Yatabré 23 buts meilleur buteur
  • Alharbi El Jadeyaoui 10 passes meilleur passeur

Ce championnat a été palpitant du début jusqu’à la fin, bravo aux trois équipes qui joueront en Ligue 1 l’an prochain. Monaco, Guingamp et Nantes. Soutien à celles qui descendent en National sportivement : le Mans, Sedan et le Gazélec Ajaccio.

Auteur : Thomas Bernier

Amoureux du football, supporter du FC Nantes et fan de Norwich City.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 2

Comments are closed.

Plus dans Ligue 2
ballon ligue 2 2013 2014
Le ballon de Ligue 2 pour la saison 2013/2014

Après avoir dévoilé le ballon de la Ligue 1 que vous avez découvert en exclusivité sur Au Premier Poteau, la...

gourvennec
UNFP : Gourvennec meilleur entraineur de Ligue 2

Tout juste promu en Ligue 1 avec l'En Avant Guingamp, Jocelyn Gourvennec vient d'être élu meilleur entraineur de Ligue 2....

nantes-en-ligue1
Nantes et Guingamp en Ligue 1, Monaco champion !

Il fallait être à la Beaujoire hier soir, le FC Nantes qui n'avait besoin que d'une victoire pour accéder à...

Fermer