Kita, un quinquennat plus tard…

03
septembre
2012

Auteur :

Catégorie : Ligue 1 / Ligue 2

waldemar-kita

Dans les travées de la Beaujoire les soirs de matchs, un nom revient très souvent dans les discussions, Waldemar Kita. Hué et insulté à chaque rencontre par les supporters Jaunes et Vert qui en ont  fait leur cible prioritaire depuis déjà 3 ans, l’homme d’affaires franco-polonais  est pourtant toujours à la tête du FC Nantes et ce depuis 5 ans. Retour sur son 1er quinquennat.

Des débuts en trompe-l’œil

Arrivé en août 2007 sur les bords de l’Erdre alors que le FCN vient d’être relégué en Ligue 2, l’ancien président du Lausanne Sport, ayant fait fortune dans la fabrication de lentilles intraoculaires, débute son expérience Nantaise par une remontée immédiate en Ligue 1. Malheureusement, la suite est loin d’être aussi joyeuse.

Le retour dans l’élite est un véritable cauchemar qui se solde par une relégation immédiate de l’octuple champion de France. C’est le début du calvaire pour W. Kita. Dès lors, le peuple Nantais le considère comme le principal responsable de la chute de ce club mythique et ne cessera de demander sa démission personnelle, mais aussi celle de l’ensemble de son staff.

Un président mal conseillé ?

Car si le président Nantais à une part de responsabilité plus qu’importante dans le déclin du FCN,  le staff composé « d’hommes de confiance » de W. Kita comme Christian Larièpe, Gilles Favard, Pascal Praud ou encore Jacky Bonnevay s’est rendu tout aussi coupable.

Entre 2007 et 2010, le président et ses conseillers enchainent les recrutements catastrophiques et écument les entraineurs. Résultats : le club n’a jamais été aussi éloigné de ses supporters,  la Beaujoire se vide et le FCN clôture la saison 2009-2010 à la 15ème place de la Ligue 2 à seulement 2 points du 1er relégable. Le FC Nantes est au bord de la rupture.

Été 2010, Waldemar Kita décide de faire du ménage. Larièpe et Praud déjà partis, c’est au tour de Favard et Bonnevay de quitter le club. Pour les remplacer, le président fait appel à d’anciens Canaris : Loïc Amisse pour l’équipe réserve et Stéphane Ziani pour les U19. Samuel Fenillat devient, lui, le patron de la formation Nantaise et Guy Hillion directeur sportif. Ce changement de tête à des postes importants  du club est accueilli favorablement par le peuple Nantais mais ils comprennent aussi que ce « recrutement » est le début d’une opération reconquête.

Le changement c’est maintenant ?

Opération reconquête qui va se poursuivre pendant l’été 2011 avec l’arrivée de Landry Chauvin au poste d’entraineur et cela même si ce n’est pas le 1er choix de Kita mais plutôt celui du staff, car lui aurait souhaité faire venir Lacombe ou Le Guen.
Chauvin devient quand même le 8ème entraineur de l’ère Kita et l’ancien entraineur de Sedan arrive même à faire revenir par moment du beau jeu du côté de la Beaujoire au plus grand plaisir des supporters qui se réjouissent aussi de voir d’anciens pensionnaires de la Jaunelière comme Trébel et Veretout devenir des titulaires indiscutables de l’équipe.

Les chants qui avaient peu à peu disparu des tribunes refont eux aussi leurs apparitions lors de cette saison 2011/2012 même s’ils sont régulièrement ponctués par des insultes à l’encontre de W. Kita. Qu’importe, on se dit alors que le FCN est sur le chemin de la guérison !

Malheureusement, après s’être brouillé avec Samuel Fenillat sur les résultats de la formation, Landry Chauvin  se brouille également avec Kita par voie de presse interposée ce qui conduira à son départ pour Brest à l’été 2012 pour le plus grand bonheur de Waldemar !
Ce même été et pour la première fois depuis des années, c’est le calme plat du côté de la Jaunelière. Michel Der Zakarian arrive sans le moindre remous, le mercato se passe lui aussi dans la plus grande tranquillité, la campagne des matchs amicaux se passe de la meilleure des manières et le début de saison des Canaris en Ligue 2 affiche à la 6ème journée 3 victoires, 2 nuls et 1 défaite.

Bref, une saison qui commence pour le mieux. Même « L’hymne à la Beaujoire » revient dans les travées d’un stade qui face au Mans affichait 18 000 spectateurs. L’opération reconquête est donc toujours en cours.

Prochaine étape, la vente ?

Malgré les faibles améliorations apportées au club depuis 5 ans, les supporters Nantais n’attendent qu’une seule chose, que Kita vende le club !

Revendre ? Kita n’a jamais caché sa volonté de revendre ce club ou il a investi près de 70 millions d’euros depuis son arrivée. Mais voilà, il ne veut pas le revendre à n’importe quel prix. Lui qui l’avait acheté entre 8 et 10 millions à Dassault en veut 14 millions ! À ce prix là, on ne voit vraiment pas qui pourrait et voudrait acheter un club qui même s’il compte 8 titres de champion de France et un centre de formation en très bon état reste un club qui est en Ligue 2 depuis 3 ans !

Alors il faut peut-être  se faire à l’idée que Waldemar va rester Président du FCN pendant encore quelque temps, au grand dam de nous, supporters du FC Nantes !

Auteur : Thomas

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1, Ligue 2
marco-verratti-psg
Le PSG déjà sous pression

On les attendait en haut de l’affiche. Pourtant, après deux journées de championnat, les Parisiens font grise mine. Toujours en...

montpellier-anthony-mounier
Montpellier dans le dur

1 point en deux journées : on attendait mieux des Champions de France et le moins que l’on puisse dire,...

gignac-om
L’OM et Gignac sur le chemin de la rédemption

Deux succès lors des deux premières journées de championnat. Pour l’instant, le club phocéen vole la vedette à son ennemi...

Fermer