Jeu de main(s), jeu de vilain(s)

21
janvier
2013

Auteur :

Catégorie : Editos / Ligue 1

Poujol, auteur d'un but de la main face à Reims

Marquer un but de la main a quelque chose de surnaturel. Bien qu’interdit dans les règles, inscrire un but avec « la mimine » est un fantasme. Un acte qui vous propulse au Panthéon du football par votre audace et surtout la chance que l’arbitre ne soit pas infaillible. Du Sochalien Poujol ce week-end en Ligue 1 à Maradona, en passant par Vata et Messi, retour sur un geste aussi contesté que vénéré.

Si on avait dit un jour à Loïc Poujol qu’il siégerait aux côtés de Messi dans les annales du football, il aurait sûrement cru à une (mauvaise) blague. C’est pourtant bien ce qu’il s’est passé ce 19 janvier lorsque le natif de Rodez expédia le cuir de la main dans le but Rémois. Bien que cruel, car scellant la victoire des Sochaliens (1-0), il n’est pas sans rappeler ce qu’avait réalisé l’actuel quadruple Ballon d’Or le 10 juin 2007 face au voisin de l’Espanyol. Un but de filou comme en témoigne sa détente qui ferait presque croire qu’il marqua de la tête, mais la main traînait. Tout le monde l’a vu. Tous, sauf un. L’arbitre. L’attroupement des joueurs de l’Espanyol vers l’homme en noir ne changera rien. Le but est accordé. C’est en soi une belle injustice non ? Que le sort d’un match puisse basculer à cause d’un homme qui ne peut tout voir. Qui n’est en rien infaillible. Si l’instauration de la vidéo pourrait définitivement stopper ces actes illicites, ils participent au mythe du football. Où l’interdit est réalisable. Où l’impossible devient possible. Où les règles n’existent plus le temps d’une seconde. Un laps de temps fatal à l’arbitre, propice à l’assoupissement, la déconcentration.

Beaucoup plus rock’n roll et sulfureux que son compatriote, Diego Maradona est surtout connu pour son audace et son incroyable culot lorsqu’il élimina à lui tout seul l’Angleterre en quart de finale de la Coupe du Monde en 1986. En plus de son slalom, plus tard imité par Messi qui aime apparemment copier Diego, il réalisa ce qu’il appellera « La Main de Dieu ». Une manière peu conventionnelle de raconter son but de la main face au gardien Anglais. Une supposée inspiration divine qui marquera les esprits, étonnés qu’El Pibe de Oro puisse enfreindre les sacro-saintes règles du football. Un culot monstre qui lui vaudra pour l’éternité une place de choix dans la catégorie des génies audacieux. L’importance de l’évènement conjugué au scénario invraisemblable du match fera basculer cette rencontre dans une faille spatio-temporelle où aucune règle ne semble pouvoir exister. Au grand dam des Anglais. Encore une fois, il est question d’interprétation. Selon son camp, le sentiment n’est évidemment pas le même.

Joie incommensurable pour les uns, scandaleuse injustice pour les autres. Les Marseillais peuvent prétendre à cette deuxième catégorie lorsque Vata les élimina de la demi-finale de la Ligue des Champions en 1990. S’il participera sans doute, et inconsciemment au sacre de l’OM en 1993, ce but du Benefica reste l’un des pires souvenirs à Marseille. Comme si le ciel vous tombait sur la tête. Un immense sentiment de détresse et d’amertume qui hanta à coup sûr les joueurs de l’époque. D’autres évènements de la sorte feront actes dans les années qui suivront. En vrac, on peut citer la main de Thierry Henry face à l’Irlande qui qualifie les Bleus pour la Coupe du Monde 2010, mais lui octroie injustement l’image d’un ignoble tricheur. Celle de Suarez lors de cette même Coupe du Monde face au Ghana dans le temps additionnel du quart de finale pour sauver son équipe de l’élimination. Le penalty raté, la séance de tirs aux buts donne la victoire aux Uruguayens. Une victoire qui fera de Luis Suarez un demi-dieu pour cet acte désespéré, qui qualifiera son équipe. Question d’interprétation.

Image : Eurosport

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

Plus dans Editos, Ligue 1
Adrian Mutu, AC Ajaccio
Ligue 1, 21ème journée : présentation du samedi 19/01/13

Nouvel horaire, nouvelle révolution? C'est en effet à partir de ce week-end que les nouveaux horaires sont mis en place...

Logo LFP Ligue 1
Le ballon de la Ligue 1 version 2013/2014

Qui dit nouvelle saison de Ligue 1 dit forcément nouveau ballon. Même si la saison 2012/2013 est loin d’être finie,...

Supporter de l'Afrique du Sud
CAN 2013 : Le calendrier complet

C'est le grand jour en Afrique du Sud. Après avoir accueilli la Coupe du Monde en 2010, le pays accueille...

Fermer