Jacques-Henri Eyraud, les marseillais et Eole

23
mars
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Heyraud

Le 17 octobre dernier, c’est-à-dire cinq mois, Frank McCourt devenait officiellement le nouveau propriétaire de l’Olympique de Marseille. Dans ses valises, le magnat de l’immobilier américain a ramené Jacques-Henri Eyraud pour le placer au poste de Président du club. Plus tard, Andoni Zubizarreta (en tant que directeur sportif) et Rudi Garcia (en tant qu’entraineur) les rejoignaient pour former le nouveau quartet à la tête du club. Lorsqu’une femme ou un homme politique arrive au pouvoir, on parle d’état de grâce qui ne dure que quelques dizaines de jours. Dans le cas du président de l’OM, il me semble que l’on peut déjà dresser une forme de bilan de ce qu’il a pu faire depuis son arrivée. Evidemment, le gros de son travail, et donc les possibilités de dresser un bilan plus complet, sera effectué au cours de l’été.

Toutefois, laissez-moi vous conter l’histoire de ces premiers mois de présidence de la part de JHE dans la cité phocéenne. A Marseille, chez cette lointaine descendante de Phocée, le vent nous connaissons. Du mistral à la tramontane en passant par le sirocco, Marseille est souvent fouettée par les vents venus du sud ou du nord. Sans doute que si la ville était une cité antique, Eole serait le Dieu protecteur de cette cité. Dans la mythologie grecque, Eole est le maître et le régisseur du vent. Dans notre fable présentant les réalisations de JHE, il ne me paraît donc pas absurde de laisser Eole s’immiscer.

 

De doux zéphyr…

 

Les premiers mois de la romance entre Eyraud et le peuple marseillais sont idylliques. Dans le fameux triptyque lécher-lâcher-lyncher qui semble régir toutes les histoires d’amour ou presque, la première étape semblait se prolonger. A cette époque-là, le jeu de séduction est à son comble et JHE s’échine jour après jour à mettre en place un plan de communication parfait. Un discours empli d’ambition, souvent métaphorique mais aussi hyperbolique, lui permet de réussir son entrée. Le couple semble faire ses gammes, apprendre à se connaître. C’est pourquoi Eyraud a d’abord pris les atours du zéphyr, ce vent d’ouest doux et chaud. En se montrant très jovial et bonhomme dans les médias, en se situant proche des supporters (notamment en acceptant de répondre aux questions des supporters sur le Talk du Phocéen) et en alliant l’ambition à la mesure, JHE a su se montrer chaleureux lors de son arrivée.

Cette position de zéphyr ne l’empêche pas par ailleurs de faire souffler des bourrasques violentes sur l’amateurisme qui régnait dans le club à bien des niveaux. L’OM est clairement passé à un nouveau stade de son développement depuis son arrivée à sa tête puisque les postes administratifs ont presque tous été remplacés. JHE jongle donc entre la chaleur du zéphyr et des bourrasques rafraichissantes qui nous font du bien tant le précédent président communiquant en chef (un sombre orléanais) avait du mal à communiquer avec les supporters, allant même jusqu’à les traiter d’abrutis dans une tempête restée mémorable dans les murs de la fille de Phocée – tempête qui a sans doute eu raison de son poste.

… à mistral saoulant

 

Osons le dire, il y avait quelque chose d’enivrant à écouter JHE discourir de longues heures dans tous les médias. L’arrivée d’une personne professionnelle qui sait communiquer comme il faut était réjouissante. Malheureusement, comme toutes les choses enivrantes, passé un certain seuil JHE le zéphyr est devenu – et est encore aujourd’hui – indigeste. De zéphyr doux le voilà devenu mistral saoulant. A force de le voir partout, tout le temps, raconter toujours ou presque les mêmes choses, la lassitude finit par arriver. Et quand elle est là, elle pollue tout ce qu’elle croise. JHE au Talk du Phocéen, JHE chantant les Bad Boys chez la Provence, JHE en représentation sur le plateau du CFC, chaque jour amène son lot de communication un peu vide et très répétitive.

Désormais l’on attend JHE en live sur Facebook, JHE chez Explicite, JHE sur Periscope et pourquoi pas (soyons fous) JHE commentant un match de l’OM sur Brut. Nous avions eu l’hyper présidence politique avec Nicolas Sarkozy, nous voilà avec l’hyper présidence sportive avec JHE. Dans le fond, le problème n’est pas tant que notre président passe son temps sur les plateaux télé ou radio mais bien plus qu’il ne dit rien de bien intéressant. A vrai dire, ces dernières semaines il a tellement brassé de vent que l’on aurait peut-être pu fournir Marseille en électricité grâce à la force éolienne qu’il a dégagée. Le mistral saoulant qu’il est devenu est également moins serein face aux journalistes qui ont le culot de remettre en cause certains de ces choix – on se rappelle de son agacement face aux multiples questions sur la pertinence du recrutement de Sertic.

Comme dans toute fable, celle comparant JHE à Eole comporte une morale qui me semble très importante. Lorsqu’il était doux zéphyr, notre cher président a participé à réanimer la flamme olympienne que ses prédécesseurs avaient contribué à affaiblir. Mais le voilà devenu mistral, vent fort et puissant qui ne se contente pas de raviver la flamme. Au choix, le mistral peut finir par éteindre brusquement la flamme ou alors au contraire provoquer des incendies ravageurs. Prenons donc garde à ce que notre Eole ne finisse pas par se transformer en Néron.

Auteur : Marwen Belkaïd

Qui a dit que le foot et la culture étaient antinomiques ? Mon (humble) ambition est de réunir Camus, Jaurès et Shankly et de montrer que non le foot n'est pas un monde de débiles et de brutes

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

  • AkianOMPassion

    Je t’avais promis de répondre, et je compte bien le faire. Ta plume est remarquable. Tes arguments eux, sont bien trop peu aiguisés pour me convaincre.

    En réalité c’est simple, pourquoi JHE semble brasser du vent ? Surement parce que les médias lui posent les mêmes questions sans cesse, plutôt que de lui poser de vraies questions. Car a quoi ça sert de demander si William vainqueur sera olympiens la saison prochaine, dix fois ? A rien, sa réponse sera toujours la même … Mais c’est pas sa faute à lui, mais bien à nos médias, avouons, le, extrêmement médiocre.

    Lors du second passage au Talk Show, il a répondu à énormément de questions, et surtout avec pour 95% d’entres elles, une grande précision ! Qui plus est, cela a aussi permis de voir tout les chantiers en cours au sein du club, mais surtout, je me souviens m’être dit : Mais comment fait il pour gérer tout cela en seulement 24h !? C’est un communiquant, je te l’accorde, mais c’est un travailleur. Et je préfère de loin avoir ce type de président, qu’un fainéant, qui plus est généralement absent lorsqu’on a vraiment besoin de lui (Oh Labrune devrait s’y reconnaître …)

    Je sais que certain vont finir par comparer JHE à l’autre abrutis de Aulas. Et ce serait une grande erreur, leurs profils divergent tellement ! Mais on ne pourra jamais empêcher les gens de se plaindre. Par contre les gens ayant un peu d’influence, pouvant véhiculer facilement les informations, doivent, s’ils sont reconnaissant, ne pas attiser ces quelques supporters nerveux, réfléchissant peu, se laissant, tel un troupeau de mouton, monter le bourrichon !

    P.S 1 : Ce n’était pas “Les Bad Boys”, mais IAM, groupe de rappeur Marseillais ultra connu, et il c’est exprimé sur cela.

    P.S 2 : Sertic est un bon choix dans le sens où l’on ne peut pas monter une équipe que de 11 titulaires. Et Sertic sera un bon joueur de club, assez bon pour rentrer et faire ce qu’il peut pour aider l’équipe quand on fera appel à lui. Polyvalent, ancien de L1, c’est un joueur parfait, car loin d’être mauvais en sens stricte du terme, mais sans être exceptionnel dans un domaine particulier. Bon joueur de banc à ce stade du projet …

    P.S 3 : Normal à ce stade du projet de voir régulièrement JHE dans les médias, et c’est bon signe aussi, car cela veut dire que l’OM reste un club médiatique. L’important c’est que la personne qui incarne l’OM, soit aussi capable de contenir la connerie de ces médias, pouvant vite déraper sur des propos mal interprétés.

    Voilà ;)

Plus dans Ligue 1
Vada
Valentin Vada, l’éclosion

Les Girondins peuvent exulter. L’issue d’une bataille menée contre les tourments depuis 6 ans est en train de leur être...

Rolland-Courbis
La Ligue 1, les coaches consultants et leur xénophobie

« Oui cette Ligue des Champions peut coûter le titre à l’AS Monaco ». Voilà le commentaire de Rolland Courbis, jeudi matin...

tribune-loire-fc-nantes
Le point ville de Jules Verne #4 : Les 20 raisons pour lesquelles Nantes va mettre un terme aux espoirs de titre niçois

. A neuf matchs de la fin du championnat, Nice compte cinq points de retard sur le leader monégasque. Dans...

Fermer