Guingamp fait sa crise d’adolescence

23
janvier
2016

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

C'est la crise à Guingamp. En Avant est 18ème et premier relégable en Ligue 1. Et contrairement au dernier exercice, le salut ne viendra pas par la coupe

C’est la crise à Guingamp. En Avant est 18ème et premier relégable en Ligue 1. Et contrairement au dernier exercice, où la bonne dynamique en Europa League avait permis de se relancer en championnat, le salut ne viendra pas par la coupe cette année, après la claque reçue contre le Gazélec Ajaccio (0-3). Qu’on se le dise : pour son dixième anniversaire parmi l’élite, EAG nous fait une bonne vieille crise d’adolescence.

L’adolescence, c’est cette période durant laquelle on se révolte contre l’autorité. En Ligue 1, elle est incarnée par le corps arbitral. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que celui-ci ne fait aucun cadeau à l’En Avant. Les deux derniers matchs à domicile en sont l’illustration parfaite, avec un but de Diallo injustement refusé contre Lille en Coupe de la Ligue, et deux pénalties oubliés contre Nantes. Une accumulation de décisions défavorables qui ont provoqué la colère du président Bertrand Desplat, qui a réclamé « que Guingamp soit arbitré comme les autres équipes ».

L’adolescence, c’est l’apparition du fameux « stress des exams ». Le genre de sensation qui vous fait douter et qui vous bloque, même lorsque vous avez bien bossé pendant toute la semaine qui précède l’épreuve. C’est le cas à Guingamp, où les efforts consentis à l’entraînement et en match ne se matérialisent pas en termes comptables. Comme un collégien qui collectionne les mauvaises notes malgré sa bonne volonté.

C'est la crise à Guingamp. En Avant est 18ème et premier relégable en Ligue 1. Et contrairement au dernier exercice, le salut ne viendra pas par la coupe

L’adolescence, c’est l’âge des premiers flirts. Et forcément, au départ, on a du mal à conclure. A Guingamp, c’est la même chose, malgré la présence dans l’effectif de Mevlut Erding et Jimmy Briand, respectivement 2è et 4è meilleurs buteurs de Ligue 1 en activité, derrière les deux monstres sacrés que sont Zlatan Ibrahimovic et Grégory Pujol. Peut mieux faire, forcément.

L’adolescence, c’est aussi l’âge où on fait ses premières conneries. Comme Younousse Sankharé, jeune homme turbulent qui enchaîne les disputes avec ses petits camarades lorientais (Waris) ou nantais (Sigthorsson). Le tout sous le regard pas du tout complice des arbitres, contraints d’expulser le petit Younousse à deux reprises cette saison. Attention : au prochain avertissement, c’est l’exclusion définitive.

L’adolescence, enfin, c’est cette période où l’on dort beaucoup et où l’on a du mal à se réveiller. Un peu comme la défense guingampaise, capable de maîtriser son match pendant 90 minutes et de se faire surprendre sur une action anodine dans le temps additionnel. Des sautes de concentration qui finissent par coûter cher.

L’avantage, avec les crises d’adolescence, c’est que ça ne dure jamais très longtemps. Il suffit parfois d’un déclic, d’une prise de conscience. Comme une victoire contre Bastia lors d’une froide soirée d’hiver au Roudourou, par exemple.

Auteur : Bastien Pyz

Breton du Nord exilé dans le Sud (Nantes). Comme Obélix et la potion magique, je suis tombé dans le chaudron du Roudourou étant petit. Supporter guingampais comblé, et amateur de foot british.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
La Ligain est aussi innocente de sa médiocrité que ne l'est Rolland Courbis de tous les maux dont on l'accuse.
La Ligain acquittée au nom de la Jurisprudence Courbis

Mesdames, messieurs les jurés, si vous me le permettez laissez moi invoquer la jurisprudence Courbis pour apporter un peu de...

Retour sur la calamiteuse semaine rennaise en interne.
Rennes : Un départ logique, une arrivée mouvementée

Enfin, le Stade Rennais a pris la décision de se séparer de son entraîneur. Attendue par tous les supporters, elle...

C’est l’une des tartes à la crème de la saison 2015/16 : l’effectif de l’OM serait cette saison infiniment plus faible que celui de l’an dernier. Vraiment?
L’effectif de l’OM tellement plus faible que celui de l’an dernier, vraiment?

C’est l’une des tartes à la crème de la saison 2015/16 : l’effectif de l’OM serait cette saison infiniment plus faible...

Fermer