Griezmann, la Sociedad : le modèle espagnol.

22
août
2013

Auteur :

Catégorie : Europe

griezman-real-sociedad

Grâce à son but extraordinaire mardi soir face à Lyon en match de barrage aller de la Ligue des Champions, Antoine Griezmann a démontre une nouvelle fois son talent, son équipe la Real Sociedad a montré elle aussi que le foot espagnol à un temps d’avance sur le foot français. Portrait en deux temps.

“L’enfant de Maçon devenu l’enfant d’Anoeta”

L’histoire d’Antoine Griezmann est la même pour beaucoup de joueurs français depuis maintenant 10 ans. Le Maçonnais n’a pas percé en France, rapidement il effectue des essais dans quelques clubs pros, mais on préfère à lui des joueurs physiques. Antoine est un joueur technique, vif, rapide. Malheureusement ses qualités ne payent pas et il est refusé un peu partout. Alors qu’il joue le tournoi de Paris avec l’AS Saint-Etinne, la Real Sociedad le repère et lui propose d’effectuer un essai de deux semaines au Pays Basque. Suite à cet essai, Griezmann entre au centre de formation des Txuri-urdin. Après trois années à effectuer ses classes dans les équipes de jeunes, le jeune français intègre l’effectif pro de la Real en 2009. Sa première saison est plus que prometteuse puisqu’il participe à 39 rencontres en Liga Adelante et inscrit six buts, dès lors des clubs comme Manchester United, Liverpool ou encore Lyon s’intéressent à la nouvelle pépite de San Sebastien. Anoeta est sous le charme de son enfant prodige, suite à la remontée de son club en Liga, Antoine Griezmann évolue et devient un élément indispensable du dispositif de l’entraîneur Uruguayen Martin Lasarte. Aux côtés de Xabi Prieto et d’Imanol Agirretxe, le français apprend énormément, ancré parfaitement dans le football espagnol, Antoine se révèle être un joueur de grande classe en Liga. Au point que Pep Guardiola songe à le recruter au Barça, mais le transfert ne se fera finalement pas. Le départ de Lasarte et l’arrivée de Montanier en 2011 ne change rien, il empile les saisons complètes, réalisant à chaque fois des performances saluées par les connaisseurs de la Liga. La saison 2012-2013 est certainement celle de l’explosion, il participe grandement à la 4ème place de son équipe au classement en inscrivant notamment dix buts.

Son seul point négatif reste sans doute sa suspension de toutes les Equipes de France en novembre 2012, suite à une virée en boîte avec notamment Yann M’Vila sur Paris. Cette sortie avait eu lieu trois jours avant un match décisif et capital en Norvège pour l’Euro Espoirs 2013, la suite nous la connaissons : non-qualification, défaite en Norvège 5 buts à 3. Antoine Griezmann se voit quant à lui suspendre du 12 novembre 2012 au 31 décembre 2013 des équipes nationales françaises.

Ce que l’on retient surtout de lui, c’est son talent indéniable. À seulement 22 ans, il capitalise 145 rencontres chez les pros en 4 saisons. Un chiffre ahurissant pour un enfant surdoué du ballon rond. Le français a appris son métier en Espagne, dans une équipe où le jeu et la technique sont les éléments maîtres. Aujourd’hui, Griezmann est réputé comme un des espoirs du football mondial, un joueur doué techniquement et qui a un truc en plus. Mardi soir, en inscrivant un but d’anthologie contre Lyon (un ciseau-retourné sur un centre de Carlos Vela), il a prouvé qu’il pouvait être décisif dans les rencontres importantes, Miguel Lopes s’en souvient à ses dépens. Le latéral droit de l’OL a vécu un calvaire sur son côté droit. Sa suspension se termine bientôt et nul doute que le sélectionneur Didier Deschamps a un oeil sur natif de Maçon. Antoine Griezmann fait partie de la nouvelle vague, il sera certainement à l’avenir un élément indispensable de l’équipe de France.

“Pour la beauté du jeu”

En Espagne, les journalistes français ont surnommé la Real Sociedad : “le FC Nantes espagnol”. Pourquoi donc ce surnom? Et bien depuis qu’un certain Raynald Denouiex est passé au club entre 2002 et 2004, la Sociedad est considéré aujourd’hui comme une équipe attrayante collectivement, disposant d’un jeu séduisant. Les Txuri-urdin sont désormais une équipe importante du championnat. Ses points forts résident surtout dans la formation, tiens? Comme le FC Nantes à l’époque? Il est vrai que club basque ressemble étrangement à un double du club français des années 90, puis du début des années 2000. On pourrait même dire que la Real est la petite soeur du Barça sur ce point, des joueurs qui sont formés ensemble dans les différentes équipes de jeunes puis qui viennent intégrer l’effectif pro sur la pointe des pieds avant de devenir des éléments indispensables. Philippe Montanier l’a vite compris à son arrivée en 2011, le coach français a gardé une équipe qui se connait parfaitement tout en rajoutant quelques touches de sa palette personnelle. Le Gunner Carlos Vela est arrivé, le Mexicain habitué à ce type de football avec Arsenal s’est vite adapté au jeu de l’équipe, Montanier a fonctionné intelligemment et comme il le fallait en recrutant des joueurs qui pourraient vite s’intégrer. Il a pu faire ainsi progresser son équipe talentueuse et l’emmener vers les hauteurs de la Liga.  Carlos Martinez, Inigo Martinez, Antoine Griezmann,  voici quelques noms, ces joueurs viennent tous du centre de formation, aujourd’hui ils sont les symboles du bon travail de la Real. Tous titulaire et encadré par des hommes d’expérience comme Xabi Prieto, Claudio Bravo ou encore Gonzalo Castro. En mêlant jeunesse et expérience, Philippe Montanier a fait de la Sociedad une équipe séduisante et surtout terriblement efficace.

Mais le français s’en est allé, désormais c’est Jacoba Arrasate qui tient le navire, à 35 ans c’est l’entraîneur le plus jeune d’Europe ! l’espagnol a néanmoins continué le travail de son prédécesseur. Il faut dire que le club recrute “juste”, en enrôlant le jeune Suisse Haris Seferovic, le club souhaite encore une fois recruter pour l’avenir. Lui qui n’a pas tardé à marquer son territoire, buteur en championnat et auteur d’une volée monumentale mardi soir contre Lyon. L’ex joueur de la Fiorentina a montré qu’il ne serait pas qu’un faire-valoir cette saison. Les Basques ont aussi enrôlé l’ancien Madrilène Esteban Granero, encore un joueur de ballon qui c’était un peu perdu à QPR.

En s’imposant 2-0 à Lyon en barrage aller de la Ligue des Champions, le club espagnol a montré encore une fois que le football Ibérique était largement en avance sur le football français. Pourquoi ? Simplement car la France préfère depuis quelques années le jeu bourrin que le jeu technique. Antoine Griezmann en est le symbole vivant, barré chez nous, il s’éclate désormais de l’autre côté des Pyrénées. À  l’image de la Roja ou du Barça, le jeu de la Real Sociedad consiste à un jeu fluide, porté vers l’avant en une voir deux touches de balles maximum. Un porteur qui a des solutions, des joueurs qui vont vers le ballon et qui le réclament sans cesse. L’Olympique Lyonnais a été la proie facile pour mettre en valeur les qualités du club de San Sebastien. Malgré le fait qu’ils ont été hors du coup, les hommes de Rémi Garde n’ont pas à rougir, mardi soir à Gerland, il y avait une équipe qui était plus forte que l’autre. Avec un avantage confortable, on voit mal la Sociedad se faire sortir chez elle. Sait-on jamais, mais en voyant le match aller, il y a quand même un écart difficilement rattrapable. L’Espagne vient de commettre un nouvel uppercut à la France, le jeu espagnol a remporté encore un combat face au foot français. Pourtant ils avaient déjà prévenu…

Auteur : Thomas Bernier

Amoureux du football, supporter du FC Nantes et fan de Norwich City.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Comments are closed.

Plus dans Europe
Ce week-end débutait le championnat d'Espagne avec comme grands favoris le FC Barcelone et le Real Madrid. Les deux équipes ont justement gagnés samedi soir
Le Barça prévient la Liga

Ce week-end se déroulait la première journée de Liga, Villareal a signé son retour parmi l'élite et les gros se...

Pas de doute, la Premier League a repris ce week-end ! United, Chelsea, City et Tottenham sont déjà fin prêt et vont se livrer une lutte acharnée.
La course est lancée !

Pas de doute, la Premier League a repris ce week-end! Entre un Van Persie déjà bouillant, un Tottenham opportuniste, un...

On jouait la 1ère journée de Premier League ce samedi. Liverpool à battu Stoke, tandis qu'Arsenal s'est fait surprendre par Aston Villa.
Anfield rit, l’Emirates pleure

La Premier League, c’est reparti ! Pour débuter cette saison, Liverpool accueillait Stoke City et Arsenal recevait Aston Villa. Liverpool dans...

Fermer