Good bye Becks

19
mai
2013

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

david beckham paris

Pour le compte de cette 37ème  journée, le Paris Saint Germain a fêté l’obtention de son titre de champion de France. Une victoire (3-1 face à Brest), des festivités et des adieux. Ceux de David Beckham. L’anglais prend sa retraite sportive, à 38 ans, cinq mois après être arrivé à Paris.

Certes, le Paris Saint Germain est champion. Oui, il y aura eu une fête digne de ce nom, très attendue après les festivités ratées de lundi dernier. Mais c’est l’émotion qui l’aura emporté pour cet ultime match à domicile de la saison. Celle de David Beckham, en larme, lors de sa sortie en plein cœur de la seconde période. Capitaine d’un soir, l’anglais vient de fouler pour la dernière fois la pelouse d’un stade de football en qualité de joueur professionnel. La fin d’une carrière longue de presque vingt ans et très riche en trophées.

Elle a commencé en 1994 sous le maillot de Manchester United, son club formateur, et se termine donc en ce mois de Mai 2013, avec le PSG. Entre temps, il y a eu le Real Madrid, en mode galactique ainsi qu’une semi-retraite dorée au Los Angeles Galaxy. Et à chaque fois, son armoire à trophée s’est copieusement garnie pour faire de Beckham un des plus beaux palmarès du football outre-Manche. Suite à ce titre acquis avec le PSG, il est le seul joueur anglais à avoir remporté des championnats dans quatre pays différents (six avec Manchester United, un avec le Real Madrid, deux avec les Los Angeles Galaxy et un avec Paris). On peut ajouter à cela le titre suprême en club : la Ligue des Champions. Dans une saison 1999 où les Reds Devils auront tout gagné, le chouchou d’Old Trafford, aura joué un rôle prépondérant dans l’obtention de ce sacre. En finale, face à Bayern Munich, les mancuniens sont encore menés 1-0 à la 90ème minute. Du pied droit, il dépose magistralement deux corners sur Sheringham et Solskjaer, et Manchester l’emporte au bout du temps additionnel.

Une fin de carrière en grande pompe 

Ce fameux pied droit ! Sa marque de fabrique. Celui qui lui aura permis de faire partie des meilleurs joueurs de sa génération. Aussi précis qu’une main, il a distillé tout au long de sa carrière, des transversales et des coups francs au millimètre près, comme ce fut encore le cas contre Brest. Même si son passage au PSG n’a pas été exceptionnel, il reste honnête. Très peu souvent titulaire (trois fois en championnat), il a su se mettre au service du collectif, de la même manière que partout où il est passé. Dans un rôle de récupérateur, il a su avoir la passe juste pour mener le jeu de son équipe. Pour sa dernière sous le maillot parisien, il a sans doute réalisé sa meilleure performance. À l’origine de l’occasion qui amène le premier but d’Ibrahimovic, il a donné sa troisième passe de la saison sur corner pour le but de Matuidi, avec qui il était associé à la récupération.

Sa sortie du terrain aura été à la hauteur de son match. À la 80ème minute, quand Ancelotti décide de le remplacer par Lavezzi, il fond en larmes. Après avoir reçu les félicitations de tous ses coéquipiers, il sort, submerger par l’émotion, sous l’ovation du Parc des Princes et tombe dans les bras de son l’entraineur. Rebelote au coup de sifflet final. Il est balancé en l’air par tous ses coéquipiers qui garderont un excellent souvenir de l’anglais, louant son professionnalisme et son exemplarité. Après le feu d’artifice et la remise du trophée, vêtu d’un drapeau anglais sur le dos, main dans la main avec ses enfants, il réalise un dernier tour d’honneur en guise d’adieu. Et en gentleman qu’il est, il n’oublie pas de remercier sincèrement tout le monde : «Oui, c’est bien fini, a-t-il confirmé après le match au micro de BeInsport. C’est le bon moment. Je voulais partir dans la peau d’un champion. Je n’aurais pas voulu me retirer dans un autre club. Ici, c’est spécial. Je me sentais dans cette équipe comme si j’y étais depuis dix ans. Je dois remercier les fans, qui ont été géniaux, mes partenaires et le staff. C’est dur de partir, car quelque chose de spécial s’est passé ici. Je suis triste de partir (…) Je souhaite le meilleur à Paris.»

Une cérémonie de départ à la hauteur de son talent et de sa carrière. Mais, même si elle fut riche, il lui manque ce petit quelque chose, ce petit truc qui aurait fait de David Beckham, un des plus grands joueurs de sa génération, à hauteur d’un Zidane ou d’un Ronaldo : un titre avec la sélection anglaise. Porte-étendard et capitaine d’un groupe composé de Gerrard, Lampard, Ferdinand, ou encore Rooney, il n’aura rien gagné. Pas même une finale ou une demi-finale à se mettre sous la dent en 115 sélections.

Et maintenant ?

Au mettre titre qu’un joueur de foot, il restera à la vue de tout le monde comme une personnalité du show business. Formant un des couples les plus suivis par les paparazzis avec Victoria, ancienne membre des «Spices Girls», Beckham est et restera une figure de la mode et un icone publicitaire. Contrat juteux avec des grandes marques (Adidas, H&M,…), apparition dans publicités ou dans des films, le couple vedette est à la tête d’une fortune estimée à plus de 230 millions € !

Un aura et un compte en banque qui devrait lui laisser beaucoup de choix quant à la suite à donner à sa carrière. Le Qatar, qui a mis la main dessus en le faisant venir à Paris souhaite le conserver pour en faire un ambassadeur de leur Coupe du Monde 2022. Idem pour le PSG qui voudrait en faire un de ses VRP de luxe à travers le monde. Les deux rôles iraient de pair. On parle aussi d’un retour aux Etats-Unis, où il créerait sa propre franchise de Major League Soccer, probablement à Miami. On se l’arrache déjà et les possibilités ne manquent pas. Une chose est sure : à l’instar de toute sa carrière de joueur, sa reconversion ne devrait pas se dérouler dans l’anonymat!

Auteur : Antoine Raguin

Antoine, aspirant journaliste, amoureux de football et de sports en général et nostalgique de Zizou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Comments are closed.

Plus dans Ligue 1
jean II makoun
Ligue 1 : finir en « roue libre », c’est quoi ?

Que ton équipe soit confortablement installée en milieu de tableau, déjà reléguée, ou à une place qualificative où elle ne...

matuidi unfp
Trophées UNFP : Les nommés pour le titre de meilleur joueur

Eden Hazard est parti à Chelsea et laisse donc son titre à l'un des 4 nommés de cette année. Le...

verrati unfp
Trophées UNFP : les 4 espoirs nommés

Qui succèdera à Younès Belhanda pour le titre de meilleur espoir de la Ligue 1 ? Les 4 nommés pour...

Fermer