Gomis : la revanche du banni

28
octobre
2013

Auteur :

Catégorie : Editos

Rangé dans un placard en attendant un départ, Gomis a finalement du réintégrer un club qui ne le voulait plus. Son but à Monaco sent bon la revanche.

La non-joie après son but à Monaco est révélatrice d’un malaise profond. Le banni de l’été retrouve enfin la L1 après les faux départs, les attaques personnelles sur son rendement et son salaire. Aulas, qui n’aura pas réussi à le vendre, ronge son frein et doit gérer un cas extrêmement délicat : comment s’en remettre à un joueur que l’on ne désirait plus il y a encore quelques mois ? Décryptage d’un beau flop managérial.

De Raon l’Etape à Monaco, il n’y a qu’un pas. Entre la CFA2 avec la réserve lyonnaise et le nouvellement riche Rocher en Ligue 1, Bafetimbi Gomis aura au moins eu le mérite de garder ses bonnes habitudes. Un but à chaque fois, professionnalisme quand tu nous tiens. Peu importe le niveau, l’ancienne panthère époque stéphanoise y appose sa griffe. Pour montrer qu’il existe encore. Que même rangé dans un placard, il n’abandonnera pas. Ecarté du groupe pro entre juillet et septembre avec son compère Jimmy Briand, les pestiférés étaient sur le départ mais ne trouvant pas preneur leurs dirigeants n’ont eu d’autres choix que d’être réintégrés avec les A. Bon gré mal gré.

La méthode pourtant courante du «je-t’écarte-pour-mieux-te-faire-comprendre-que-tu-as-intérêt-à-trouver-un-nouveau-club» n’avait à présent jamais échoué. Un cas inédit  et embarrassant pour l’OL. Pourquoi se passer aussi longtemps de joueurs aussi chevronnés dans une équipe à la dérive en championnat avec une victoire sur les neuf derniers matchs ? Pourquoi se priver de cadres, de véritables leaders pour épauler un onze-type encore jeune et fragile ? Il y avait donc urgence en la demeure. Et autant utiliser l’inoxydable buteur qu’est Gomis auteur de 130 buts toutes compétitions confondues depuis son éclosion à Saint Etienne en 2003.

Le manque de tact et de reconnaissance de JM Aulas est d’autant plus incompréhensible que le joueur a redressé le navire à plusieurs reprises avec 75 buts en 5 ans, excusez du peu. Comment dès lors remotiver le joueur et lui faire comprendre que son apport est indispensable au redressement économique et sportif de l’OL ? Si son but n’était pas décisif, ne plus le voir habité de la rage et l’abnégation qu’on lui connaissait peut laisser perplexe. C’est sans doute le visage d’un homme encore meurtri, lâché par les siens et rappelé en catastrophe à la rescousse. Passer de  l’indifférence générale au statut d’homme providentiel, il n’y a apparemment qu’un pas.

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

Comments are closed.

Plus dans Editos
Dans son interview à Téléfoot, Patrice Evra attaque au lance-flammes des journalistes. Un mauvais timing à quelques jours des barrages. Pourquoi ?
Lettre ouverte : Evra, pourquoi t’as fais ça ?

Dans une interview accordée à Téléfoot, Patrice Evra égratigne des journalistes sportifs et anciens footeux. Une querelle d’égos sur fond...

L'interminable disette du Madrilène a pris fin. Mais divers situations peuvent aussi durer 1222 minutes. Garde le sourire Benzema, il y a pire que toi.
1222 minutes : Benzema n’est pas seul

Finalement. Enfin. Les clameurs du Parc en ont ri «Il a marqué ! Il a marqué !», le soulagement fut...

On connaissait Nice pour son équipe en pleine réussite et son stade neuf. Désormais on saura aussi que des abrutis sifflent à tout-va. Honte à eux.
Ligue 1 : les sifflets de la honte

D’abord dans le flambant neuf Allianz Riviera puis au Stadium à Toulouse, on a pu s’indigner.  Ou quand la bêtise,...

Fermer