Géorgie-France, comment rattraper les heures de sommeil en retard.

07
septembre
2013

Auteur :

Catégorie : Équipe de France

ennui-equipe-de-france

Cela fait des années que les matchs de la France étaient particulièrement ennuyeux, mais hier soir on a atteint le paroxysme. Pour celles et ceux qui n’auraient pas vu cette purge footballistique, vous n’avez rien raté. Sauf si vous êtes des malades de l’EDF et que vous avez aussi du sommeil en retard, soit à cause du travail, soit justement à cause de cette équipe qui vous fait faire des cauchemars la nuit.

Cette rencontre s’annonçait décisive dans la course à la qualification pour la Coupe du Monde au Brésil. Un match capital à l’extérieur, donc un scénario connu d’avance : l’équipe qui reçoit reste derrière et attend patiemment son heure. Sans pour autant oublier les spectateurs, un public acquis à la cause des locaux. Au match aller, la France s’imposait face à la Géorgie. Le score, 3 buts à 1, c’était au Stade de France en mars dernier. C’est dans un tout autre contexte que nos Bleus se déplaçaient à Tbilissi, déjà le stade, la Dinamo Arena. Le nom de l’enceinte donne le nom, ça sentait l’enfer. D’ailleurs la formation Géorgienne est une équipe redoutable. Kankava, Kanshia c’est du haut niveau mondial, on l’a vu hier soir. Normal quand la France se met au niveau de l’équipe adverse.

Des points positifs à retenir

Malgré une entame de partie, que nous qualifierons de correcte, nos joyeux lurons sont revenus dans leurs travers, les passes latérales. L’arme redoutable des tricolores depuis des années, à côté le jeu espagnol fait pâle figure. Commençons par les points positifs, oui car il y en a ! Lloris tient le navire à flot, hier soir il a évité la catastrophe nucléaire en arrêtant le tir d’Okriashvili. Le tandem Koscielny-Abidal peut tenir la route, cependant un Varane à 100% dégagera l’un des deux hommes assurément. Le dernier point positif c’est l’amour qu’il y a entre André-Pierre Gignac et Steve Mandanda, l’attaquant de l’OM aime visiblement bien certaines choses.

Sinon rien d’autre, du négatif et encore du négatif. Patrice Evra a pris l’eau dans son couloir gauche, oui il a pris l’eau face aux Géorgiens ! preuve du niveau actuel du joueur de Manchester United. Bacary Sagna pense se reconvertir au rugby à la fin de sa carrière, ses centres, pardon ses drops sont toujours d’une finesse, à en faire rougir un jardinier de Charlton. Le duo Sissoko-Guilavogui ferait mieux l’affaire en boîte de nuit que sur le rectangle vert. Paul Pogba et Blaise Matuidi peuvent dormir tranquilles, ils ont cinq TGV d’avance. Mathieu Valbuena s’est bien battu, a tenté, il a pris des coups, on retiendra ça. Franck Ribéry a perdu son football à Tbilissi, il fait des différences cependant il est seul, Patrice Evra ne sera jamais David Alaba. Karim Benzema et Olivier Giroud, l’histoire d’un duo qui ne fonctionnera jamais. Sur le papier, ils ont l’air complémentaires, seulement sur le papier. Le premier qui a été marabouté par un marabout Colombien, le second qui se demande s’il doit demander le ballon ou attendre. Le désarroi se lisait sur les visages du Madrilène et du Londonien. Benzema qui lors de sa sortie, n’a pas agressé le moindre regard à son sélectionneur. C’est un autre débat.

EDF = l’ennui total

Des joueurs ennuyeux, une rencontre ennuyeuse. Seuls les commentaires de Denis Balbir ont permis à la moitié de la population française de rester en éveil. Car oui, le commentateur de M6 a vécu hier soir, sa finale de Coupe du Monde. Au bord de l’attaque sur les offensives françaises, notre ami Denis a eu le mérite au moins d’être enthousiaste sur une rencontre soporifique.

On parle des joueurs, mais le problème ne serait-ce pas le jeu produit ? Depuis des années, il n’y a pas une philosophie, une identité propre à cette équipe. Les sélectionneurs passent, rien ne change. Une équipe ne se détache pas, des individualités voient le jour au détriment du collectif. Le symbole d’une équipe qui après 2006, n’a pas pris le bon virage. Pendant que d’autres prenaient l’autoroute et une voie royale, l’équipe de France est resté sur une départementale. Maintenant, les Bleus ne font plus peur, les équipes adverses bougent cette formation. Qui elle, ne répond pas. On cherche désespérément un capitaine qui pourrait éviter le naufrage du vaisseau, on ne l’a toujours pas trouvé. Comme en 2010, le coq se dirige vers un barrage pour pouvoir voir le Brésil et ses plages ensoleillées. Le problème n’est pas là, si la France rejoint l’Amérique du Sud en juin prochain, un nouveau naufrage aura lieu. Il n’y a plus d’âme, la lumière s’est éteinte depuis des années. Personne ne veut reconstruire, la destruction est proche.

Auteur : Thomas Bernier

Amoureux du football, supporter du FC Nantes et fan de Norwich City.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Équipe de France

Comments are closed.

Plus dans Équipe de France
edfbelgique
Le coq repart avec la moitié de la frite

Nous sommes au coeur du mois d'août, les touristes restent sur nos plages ensoleillées, à dormir, à se baigner. Pendant...

Vainqueurs de l'Euro en 2005 et 2010, les u19 de l'équipe de France ne décrocheront pas l'Euro en 2013. La faute à la Serbie, vainqueur des Bleuets 1-0.
Les u19 Français calent en finale de l’Euro …

Il y à encore quelques jours, l'équipe de France des u20 devenait championne du Monde. Engagés dans le championnat d'Europe,...

2 ans après la coupe du Monde remporté en 1998, l'équipe de France réalisent un exploit en réussissant le doublé avec l'Euro 2000.
Si le football m’était conté: les Bleus entrent dans la légende

La rubrique «Si le football m’était conté» devrait satisfaire les plus nostalgiques d’entre vous en cette période de rumeurs incessantes...

Fermer