Garcia : joue la comme Deschamps

05
mars
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

rudi-garcia

En l’espace d’une semaine, l’OM de Rudi Garcia a pris 9 buts en deux matchs face aux deux cadors de la Ligue 1. Un coup trop haut sur le terrain, un coup trop bas, les marseillais ne savent pas comment jouer avec ce potentiel offensif et ce no men’s land en défense. Et s’ils s’inspiraient de l’OM champion avec Deschamps ?

Chaque coach a sa ou ses étiquettes accolées à son nom, définissant brièvement ses idées du football. Unai Emery-verticalité, Conte-tacticien, Klopp-intensité, Simeone-pressing et Didier Deschamps-pragmatique. Celle accolée à Rudi Garcia pourrait être possession, lui qui aime prendre le jeu à son compte et garder le ballon. Et ça a jusque-là plutôt bien marché, obtenant un titre de champion avec le LOSC en 2011 avant de ramener la Roma en Ligue des Champions. Seulement aujourd’hui, l’effectif qu’il dirige à Marseille n’est en aucun cas comparable qualitativement à celui qu’il possédait dans ses précédents clubs. Depuis son arrivée en cours de saison, Garcia essaye de mettre son jeu habituel en place en ne prenant pas suffisamment en compte la qualité de ses joueurs. Si l’OM parvient à s’en sortir face aux petits clubs de Ligue 1, dès que le niveau s’élève, Marseille prend l’eau. Face à Monaco 4-0, 4-1 puis 4-3, face à Lyon 3-1, face à Paris 5-1, auxquelles s’ajoutent 3 buts face à Montpellier et Nantes. Face aux grosses cylindrées, Garcia n’adapte que trop peu son équipe et finie inévitablement par craquer. Mais alors comment faire ?

Un manque d’adaptation aux qualités de l’effectif

Avec une telle défense, en manque de confiance, de repère et surtout de vitesse, jouer haut comme l’ont fait les marseillais face à Paris est une utopie. Après une telle raclée, Garcia a mis en place une défense à 5 pour la réception de Monaco en Coupe de France qui n’a pas empêché la défaite et avec une prestation offensive, malgré les 3 buts marqués, médiocre. À l’image de la cité phocéenne, le coach ne fait pas dans la demi-mesure. C’est tout ou rien. C’est en cela qu’il devrait s’inspirer du dernier entraîneur à avoir remporté le championnat avec l’Olympique de Marseille, le pragmatique Didier Deschamps.

Non, l’effectif qu’avait Deschamps n’est pas celui qu’a Garcia entre les mains aujourd’hui. Mais l’objectif n’est pas le même non plus. Marseille rêvait d’être champion hier, et rêve d’être européen aujourd’hui. L’OM manque aujourd’hui de vitesse derrière et de consistance au milieu. La défense de Deschamps n’avait pas plus de vitesse avec l’axe Diawara-MBia et les latéraux Bonnart et Heinze. La différence majeure est dans la hauteur du bloc marseillais beaucoup plus haut sous Garcia que sous Deschamps ou l’équipe ne laissait aucun espaces à ses adversaires. Plutôt bon en phase offensive, le milieu marseillais laisse aujourd’hui des boulevards en phase défensive où le seul Vainqueur ne peut pas combler toutes les brèches. Vraie révélation de la saison à Marseille, le petit Maxime Lopez manque encore cruellement d’impact dans les duels et s’il est précieux balle au pied, lorsqu’il s’agit de le récupérer le minot est en grande difficulté. Ces manques sont aussi imputables à Morgan Sanson, ce qui crée un déséquilibre rédhibitoire au plus au niveau dans ce secteur de jeu. La meilleure solution serait un milieu avec soit Lopez soit Sanson et avec un profil différent à côté comme celui de Zambo Anguissa. Même avec autant de talent, l’OM ne peut pas dépendre autant d’un jeune joueur de 19 ans et le faire enchaîner autant de matchs. Les manques d’aujourd’hui sont les forces d’hier à l’OM et Garcia ferait bien de s’inspirer de son prédécesseur au club. Avec plus de qualités, mais des profils semblables, l’équipe de Deschamps déclenchait son pressing non pas dès la perte du ballon comme aujourd’hui mais plus bas, quand l’équipe adverse entrait dans leur moitié de terrain. L’équipe laissait donc peu d’espace dans le dos de la défense et réduisait les intervalles, là où parisiens puis monégasques se sont tant amusés.

Le niveau affiché face à Paris puis Monaco et plus globalement depuis le début de saison ne reflète pas les qualités de l’effectif. Les joueurs ont de gros manques tactiques, mais Rudi Garcia attend que ses joueurs s’adaptent à lui plutôt que lui a ses joueurs. Enfermé dans ses principes de jeu et dans sa volonté de se mettre les supporters dans la poche avec un jeu offensif, le coach marseillais devrait faire preuve de plus de pragmatisme et faire rêver les supporters olympiens avant tout par les résultats. Comme Deschamps.

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
marseille-paris
Classico : Paris, la victoire sinon rien

Ce soir, c’est le Classico du championnat de France entre Marseille et Paris. Un match capital pour Paris dans la...

panoramic_mfcgb30102016_079
Bordeaux 2017 : encouragements !

Septièmes de Ligue 1, les Girondins de Bordeaux ont un visage séduisant depuis la nouvelle année. Le travail de Jocelyn...

lassana-diarra
Diarra : « Puisque tu pars »

Mardi 14 février, jour de fête des amoureux, le divorce entre l’OM et Lassana Diarra a été officialisé avec la...

Fermer