Gameiro, buteur mais remplaçant

01
octobre
2012

Auteur :

Catégorie : Editos

Gameiro, buteur et remplaçant au PSG

Le PSG a des problèmes de riches. Avec tant de superstars, il ne reste que très peu de places pour les joueurs dit « normaux », venant du championnat de France. Parmi eux, Kevin Gameiro, 4ème meilleur buteur en activité en Ligue 1 avec 70 buts, mais qui est cantonné à une place de remplaçant. Malgré un doublé pour sa première titularisation contre Sochaux, on craint le pire pour celui qui dépassait allègrement les 20 buts par saison avec Lorient.

Dans toutes les entreprises, dans tous les clubs, on vous dira que la concurrence a du bon. Qu’elle stimule les offres, fait baisser les prix, entraîne l’innovation. Ca c’est quand l’ennemi n’est pas dans votre camp. Quand cela est le cas, c’est plus embêtant. Kevin Gameiro en est le parfait exemple. Arrivé il y a deux ans dans la Capitale pour passer un cap après trois saisons Lorientaises à près de 60 buts, le joueur traîne aujourd’hui sa carcasse sur le banc des remplaçants. Triste hein ? Parce que là, la concurrence est quasi-insurmontable. Ibrahimovic, Lavezzi, Nenê, Pastore, Menez, sans parler de Lucas qui arrivera en janvier, le terrain est miné au PSG. Pour s’imposer dans cette lutte dorée, le natif de Senlis n’a pas les mêmes armes que ses coéquipiers. On le cantonne plutôt à un rôle d’espoir, plutôt qu’à celui de titulaire indéboulonnable. Pour ça, il faudrait avoir le charisme et le talent d’un Zlatan. Ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Malgré une première saison où il brilla avant la trève pour finalement s’éteindre après les fêtes, il comptera tout de même 14 réalisations. Pas mal pour une première dans un club de ce standing. Oui, mais voilà la seconde place passe mal auprès des investisseurs et les ambitions des Qatariens ont changé. Et par domino, celle du PSG aussi. Du coup, plus le temps de former, de cocooner le jeune Kevin, on veut du résultat. Vite, toujours plus vite. Les chèques des transferts font sortir de leurs gongs les smicards mais cristallisent les moyens illimités de QSI. Désormais, ce seront les stars qui joueront. Comme si le prix dépensé était forcément un gage de qualité.. Bref, Gameiro n’a d’autres choix que d’attendre et de travailler dans l’ombre. Passage obligé quand on débarque dans un grand club pour s’affirmer et grandir.

Contre Sochaux, on a vu un joueur heureux de marquer. Par deux fois qui plus est. Mais on a surtout remarqué sa rage. Celle qui anime un footballeur qui retrouve la confiance et qui prouve à ses détracteurs que non, il n’est pas mort, et qu’à l’avenir il faudrait compter sur lui. Et pas de doute que Carlo Ancelotti utilisera à bon escient le talent de ce joueur sous-estimé lors qu’un turn-over s’imposera quand le PSG devra conjuguer championnat et Ligue des Champions. Et pourquoi pas taper définitivement dans l’oeil de son entraîneur quand il montrera l’étendue de son talent, histoire de prouver que les bons joueurs se trouvent aussi en Ligue 1 !

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

Plus dans Editos
Le PSG est vraiment lancé après ses deux larges victoires contre Kiev et Bastia
On n’arrêtera plus le PSG

Impressionnants de facilité à Bastia samedi dernier (0-4), les hommes de la Capitale surfent sur un début de campagne européenne...

Rennes où l'inconstance en Ligue 1
Rennes, éternel loser

En s'inclinant pour la quatrième fois en cinq matchs face à Lorient (1-2), à domicile qui plus est, les Rennais...

Karim Benzema, souvent très bas sur le terrain avec les bleus
A quel poste tu joues vraiment Karim ?

Sur le banc au Real Madrid, principale star de l'Equipe de France, Karim Benzema est un joueur complexe. Tant par...

Fermer