Football, politique, économie : Bordel à l’ukrainienne (2/3)

20
août
2013

Auteur :

Catégorie : Dossiers

mircealucescu_RinatAkhmetov

Où en est t-on aujourd’hui dans le pays des deux Shevchenko ? Donetsk a clairement pris le pouvoir. Sur tout les plans ! L’actuel président de la nation est souvent assimilé à une création du clan de Donetsk, le Shaktar truste les titres nationaux (9 sur les 13 dernières années) et le Dynamo en est réduit à ramasser les miettes. Difficile de ne pas mettre en lumière l’excellent travail de Lucescu, le recrutement intelligent (quoique onéreux) et les épopées sur la scène européenne. Oui, Donetsk est une grosse équipe. Sans doute la meilleure équipe sur la scène nationale mais il est temps qu’on entende un peu parler en France de ce que presque tout les Ukrainiens savent.

Système Akhmetov : les « дочки » clubs

// //

Pour en savoir un peu plus là dessus, rien de tel que de rencontrer un ukrainien lambda. Rendez vous est donc pris avec Ihor Khoval, simple citoyen mais fou de foot. Autour de notre café sur la place de l’indépendance (Maidan Nezajelenocti), il nous explique donc tout simplement que la pieuvre Shaktar s’articule principalement autour de deux tentacules. La première c’est ce qu’on appelle ici les « дочки », clubs filiales .  Il s’agit de quatre équipes (Metalurg Zaporojie, Illichivets Mariopol, FK Sebastopol et Mettalurg Donestk) jouant en Premier Liga et appartenant « plus ou moins officiellement à Akhmetov ». « Il est dans leur intérêt de perdre contre le Shaktar et on a même vu le président d’un de ces clubs, Illichivets je pense, applaudir et être joyeux de voir son équipe prendre un but » nous dit Ihor. Il rajoute un peu plus loin que dans le sens inverse, une victoire contre le Dynamo sera rétribuée sous forme de prime. Toujours « plus ou moins officiellement… mais ici, en Ukraine tout le monde le sait et ça ne choque personne ». Notre ami reste tout de même un supporter du Dynamo, donc peut-être pas le plus objectif.

APP a donc cherché d’autres avis. Si dans la rue, les avis sont unanimes, chez les journalistes qui n’éludent pas le sujet par peur, les propos sont similaires. Alexey Andronov, commentateur pour la chaîne télé «Россия 2», explique par exemple que le Shaktar commence le championnat avec « 30 points en poche ». Il parle ensuite de « 80 à 100 footballeurs sous contrat pour le Shaktar mais prêtés dans ces clubs (les дочки )», il termine sa démonstration avec ce petit épisode savoureux : « le président d’un de ces clubs est venu a un match de son équipe dans la doudoune du Shaktar et a assisté au match en portant celle-ci. Ce club est Illichivets Maryopol » .

Illichivets Maryopol a disputé 33 matchs officiels contre l’ogre de Donestk et a perdu 30 de ces 33 matchs, fait 3 nuls, encaissé 82 buts et en a marqué uniquement 21. Un total de 93 points pour le Shaktar sur ces dernières années ! Les quelques matchs nuls éparpillés par-ci, par-là sont le fruit de match de fin de saison où le titre est déjà acquis. On comprend mieux pourquoi les paris sportifs sont prohibés en Ukraine. Les statistiques sont semblables concernant les trois autres clubs « дочки » qu’on traduira littéralement par « club filles » en russe. Bref…

 Système Akhmetov : la terreur chez les arbitres

La deuxième tentacule est plus habituelle mais plus floue : contrôler les arbitres. Ihor résume la chose de cette façon « ils savent ce qu’ils ont à faire ». Tout simplement, encore. Un autre Ihor,  Mirochnishenko celui-ci, journaliste sportif avant de devenir député déclarait en mai dernier à la radio «Голос Столицы» que « les arbitres craignent les autorités actuelles et Rinat Akhmetov comme s’il était Dieu tout puissant ». Et utilise ces deux adjectifs pour décrire les hommes en noir : « biaisés et effrayés ». Ce genre de déclarations n’offusque personne et le président du Shaktar, ne prend même pas la peine de les contredire. Elles ne seront pas non plus trop reprises chez les gros médias nationaux, très peu enclins a se fâcher avec le grand patron.

Bien sur de telles accusations restent difficiles à prouver surtout dans un pays où la corruption est généralisée et où les preuves disparaissent plus vite qu’elles n’apparaissent. Les écrans de fumée sont par contre bien grossiers et visibles. Pour légitimer l’arbitrage ukrainien, Pierluigi Collina a été sorti de sa retraite contre un poste de contrôleur des arbitres ukrainiens inutile dans les faits mais qu’on imagine grassement rémunéré. De quoi faire briller le crâne le plus célèbre de l’histoire de l’arbitrage.

Chez ceux qui osent s’exprimer, on parle d’erreurs d’arbitrages programmées en faveur du Shaktar ou en défaveur du Dynamo s’il est trop proche. Mais Pierluigi qui porte pourtant aujourd’hui les lunettes ne voit toujours rien.

 

Vous l’aurez compris l’équité sportive n’est pas vraiment la préoccupation des Ukrainiens et ça n’est pas prêt de changer. Tout le monde sait comment ça se passe, il suffit juste d’être du bon coté de la barrière. Le Dynamo a bénéficié des mêmes largesses arbitrales il n’y a pas si longtemps lorsque leur président régnait sur la fédé. D’autres « forces » sont par ailleurs grandissantes et pourraient bientôt avoir leur heure de gloire. Le Metalist Kharkov, par exemple, de plus en plus important mais déjà éclaboussé par une affaire de corruption qui devrait les éjecter de la Champion’s League. Nous nous pencherons sur ces autres forces en présence dans la dernière partie. Mais le mot de la fin appartient à notre Ihor qui lorsqu’on l’interroge sur cette affaire de match truqué qui touche Kharkov nous dit : « Je ne vois pas l’intérêt ? Peut-être bien que c’était un match arrangé mais il y en a tellement d’autres ici, pourquoi seulement se concentrer sur celui-la ?».

Tout simplement. 

Auteur : Mourad Aerts

Joue en troubadour sur tout le front de l'attaque. Amoureux du foot et de ce qu'il représente partout dans le monde

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Dossiers

Comments are closed.

Plus dans Dossiers
Shakhtar-Donetsk-Stadium-Football
Football, politique, économie : Bordel à l’ukrainienne (1/3)

Dimanche 4 Août 2013 aux alentours de 21h00, le choc de la Premier Liga (tant qu’à faire…) vient de se...

muller-kroos
Deutsche Qualität (2/2)

Après leur démonstration en demi-finale face à Barcelone et au Real Madrid, le Bayern Munich et le Borussia Dortmund devrait,...

gotze-foot-allemand
Deutsche Qualität (1/2)

Après leur démonstration en demi-finale face à Barcelone et au Real Madrid, le Bayern Munich et le Borussia Dortmund devrait,...

Fermer