Football, politique, économie : Bordel à l’ukrainienne (1/3)

12
août
2013

Auteur :

Catégorie : Dossier

Shakhtar-Donetsk-Stadium-Football

Dimanche 4 Août 2013 aux alentours de 21h00, le choc de la Premier Liga (tant qu’à faire…) vient de se terminer. Victoire du Shaktar 3/1 dans sa splendide Dombass Arena chauffée à blanc pour l’occasion. Les joueurs du club des mines célèbrent leur victoire face à leur principal concurrent tandis que joueurs et supporters de la capitale rentrent à la maison frustrés et avec le sentiment de ne pas avoir vraiment joué un match de football.

L’aigreur des vaincus me direz vous ? Peut-être mais pas que….
Petite rétrospective footballistique post-péréstroika sur fond de politique, mafia et terrorisme.

L’Ukraine, un pays divisé en clan 

Le terme clan n’est pas un mot utilisé pour fantasmer sur les films de Scorcesse en Ukraine. Lorsque l’union soviétique s’effondre en 1991, le pays plonge dans la criminalité avérée. Aucune vraie structure politique (première constitution nationale en 1996, indépendance en 1991), des richesses à privatiser et des affamés sans dieu ni loi prêts à sauter sur l’occasion.
La région de Donbass (capitale : Donetsk) est sans doute la plus riche d’Ukraine et elle est celle où la sauvagerie fût la plus violente pendant ces années d’errance. Un clan puissant va en prendre les rênes et s’adjuger la propriété des richesses naturelles. De la région d’abord, du pays ensuite. Le fameux clan de Donetsk.
Ok, mais quel rapport avec le foot ?
En 1996, un certain Rinat Akhmetov arrive à la tête du club n°o1 à Donestk : le Shaktar. Et devient presque subitement la première fortune d’Ukraine. Si très peu exposé médiatiquement avant 1996, il faisait déjà office d’autorité dans ce clan. Ses débuts au club ne manquent pas non plus de saveur. En 1995, le président du Shaktar est Akhat Bragin aussi connu sous le petit sobriquet de « Alik le grécque ». Sorte de mentor dans le milieu pour Akhmetov (ils partagent notamment des origines tatars), il périra dans un attentat à la bombe dans son propre stade…
Bien sur les circonstances de cet attentat sont floues mais elles ouvrent la voie à notre « golden boy » toujours plus blanc que neige.

Pendant ce temps-là, à Kiev le Dynamo continue de régner en maître incontesté du football local. Racheté en 1993 par les frères Surkis, deux riches hommes d’affaires…. charriant, eux aussi, leur part d’ombres !
Dans les organes politiques avant l’effondrement de l’Union Soviétique, ils se seront frayés un chemin vers la fortune comme de nombreux autres hommes politiques de l’époque à coup de corruption, de privatisation sauvage, etc. Toujours est-il qu’ils épongent la dette du club en 1993, font construire un centre d’entraînement hallucinant et bénéficient en plus d’une génération de joueurs incroyables les années suivants leur prise de pouvoir.
Coachés par la légende Lobanovski, de retour sur le banc, Shevchenko, Rebrov, Shovkovski, Luzhny et les autres font trembler Barcelone, Munich ou Arsenal en Ligue des Champions et font du titre de champion d’Ukraine, leur propriété privée. Cette position dominante est aidée par le fait que Grigori Surkis est élu président de la ligue professionnelle de football d’abord entre 1996 et 2000 puis président de la fédé ukrainienne de football par la suite. Comme ça, juste pour rendre service….

Les autres clubs(Metalist Kharkov, Dnipro Dniepopetrovsk, Karpaty Lviv…) faisant alors plus office de faire-valoir qu’autre chose. Pour le moment….

Aux fils des années, va se construire une énorme rivalité entre l’historique Dynamo, club nationaliste de la capitale et le Shaktar, club de la grosse et riche minorité russophone du pays. L’Ouest contre l’Est. L’Ukraine « européenne » contre l’Ukraine « russe ».

Auteur : Mourad Aerts

Joue en troubadour sur tout le front de l'attaque. Amoureux du foot et de ce qu'il représente partout dans le monde

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Dossier

Comments are closed.

Plus dans Dossier
2004, 1/4 de finale de la Ligue des Champions, le Real Madrid affronte l'AS Monaco. Face aux Madrilènes, ce sont les Monégasques qui ont été galactiques.
Si le football m’était conté : Monaco devient Galactique

La rubrique «Si le football m’était conté» devrait satisfaire les plus nostalgiques d’entre vous en cette période de rumeurs incessantes...

Pendant l'été, APP vous propose de découvrir l'histoire des plus grands derbys du monde. Place aujourd'hui au superclasico entre Boca Junior et River Plate.
Les duels de Légende : Boca-River le “Superclásico”

Il est des matchs qui dépassent le cadre pur de la rivalité sportive, de l'enjeu comptable, de la victoire instantanée,...

Manchester United - Real Madrid, 1/4 de finale de la Ligue des champions 2003. L'un des plus beaux matchs de l'histoire du football à redécouvrir sur APP
Si le football m’était conté : Ronaldo crucifie MU

La rubrique «Si le football m’était conté» devrait satisfaire les plus nostalgiques d’entre vous en cette période de rumeurs incessantes...

Fermer