#FlacoNoSeVa

29
novembre
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

pastore

De retour de blessure et sur les terrains, Javier Pastore a laissé planer le doute quant à son futur dans le club de la capitale. L’argentin s’inquiète de son faible temps de jeu en vue de la prochaine Coupe du Monde. Mais le départ du Flaco reste inenvisageable pour les supporters parisiens, lui qui aura toujours une place à part dans les cœurs.

Au sortir de sa première titularisation (avec un but et une passe décisive à la clé) depuis bien trop longtemps, Pastore, d’habitude pas du genre à parler aux médias après les matchs, s’est inquiété face caméra de son faible temps de jeu et de son avenir au Paris Saint-Germain. Jusqu’à cette saison, le n°27 parisien n’a jamais eu un mot plus haut que l’autre sur son temps de jeu, mais la perspective de la Coupe du Monde en fin de saison a changé la donne, la nouvelle concurrence au sein du club n’arrangeant rien. Et si les années précédentes son potentiel départ avait été mollement abordé, les raisons n’étaient pas dues au joueur mais à des raisons plus économiques en vue du Fair-Play Financier ou de son rapport salaire/blessures/nombres de matchs.

Mais la présence du Flaco au PSG n’est pas une affaire d’argent. Première star du Paris-SG à la sauce qatarie, Pastore représente plus qu’un simple joueur du club aujourd’hui. L’argentin est un joueur spécial, de par son style de jeu anachronique dans le football actuel, tout en toucher de balle, petits ponts et autres gestes de cours de récré dont le foot aseptisé du moment est laissé orphelin. Le Tout-Paris n’oubliera pas de sitôt ses crochets dans la défense de Chelsea, son but au Camp Nou suite à un une-deux d’école avec Zlatan, son but face à Sochaux où il part du rond central, double une-deux avec Motta, puis crochet sur Corchia qui l’emmène jusqu’à la porte de La Chapelle avant de conclure du gauche. Le Parc n’oubliera pas de sitôt ses cassages de lignes, de reins, que dis-je de carrière ! A chaque contrôle du bonbon argentin, le temps s’arrête pour savoir à quelle sucrerie nous aurons le droit. Plutôt piquante comme un sombrero sur deux défenseurs messins ou plus douce comme ses petits ballons piqués au-dessus des gardiens pour conclure une action ?

 

Il est beau le Flaco !

 

 

Le football a besoin de ces joueurs, bien loin de la dictature des stats, ces joueurs qui ne feront pas toujours gagner l’équipe mais qui transmettront toujours des émotions aux supporters, même adverses (ça ne vous rappelle pas un certain Marcelo B ?). Pastore ne marquera sûrement pas l’histoire du club comme Zlatan mais il restera à jamais dans les cœurs parisiens, contrairement au suédois qui ne montrait que peu d’amour pour le club et dont la longévité a Paris est bien moindre. Dans ce PSG finalement si récent, le Flaco est une partie de son âme, son point d’ancrage. Étiqueté comme LA star de l’effectif a son arrivée, son statut n’a eu de cesse de s’affaiblir chaque été avec l’arrivée de nouveaux joueurs attirant toute l’attention mais pas l’affection.

Pousser sur la touche par les Verratti, Di Maria, Neymar ou Draxler, Pastore n’en reste pas moins un joueur important au sein de l’effectif de par son profil différent et sa polyvalence. C’est d’ailleurs cette polyvalence qui lui aura toujours permis de se faire une place dans l’équipe, lui qui peut jouer aussi bien dans le milieu à trois qu’au sein du trio offensif, à droite comme à gauche. Et cette saison encore, l’argentin aura du temps de jeu malgré la concurrence toujours plus importante, si tant est que le Docteur Rolland ait enfin réussi à soigner sa blessure au mollet. La saison sera longue à Paris et l’enchaînement des matchs lui permettra d’avoir le temps de jeu nécessaire pour décrocher son billet à la Coupe du Monde. Et de clore le débat à coups de : « ¡ Se queda ! »

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Bielsa incompris
Et El Loco redevint humain

Mercredi, Marcelo Bielsa a été suspendu. J’ai reçu une notification sur Twitter avec un tweet du LOSC. « Le LOSC a...

Garcia main poche
De quoi le roudisme est-il le nom ?

Au cœur des critiques au lendemain des prestations indigestes à Bordeaux et face à Konyaspor, Rudi Garcia ne semble pas...

garcia
Entraineurs français : pourquoi tant de haine?

Le licenciement de Marcelo Bielsa n’a fait que raviver des débats et des querelles sans fin au sujet d’un des...

Fermer