Filip Djordjevic, l’aigle Serbe a (enfin) pris son envol

13
octobre
2013

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Révélation du début de saison du FC Nantes en Ligue 1, Filip Djordjevic affole les compteurs. Portrait d'un joueur qui n'en finit plus d'épater.

C’est l’une des révélations de ce début de saison. A 26 ans et pour sa seconde saison en L1 après celle de 2008-2009, Filip Djordjevic affole les compteurs et occupe actuellement la 2ème place du classement des buteurs avec 6 buts. Portrait d’un joueur qui depuis l’année dernière, n’en finit plus d’épater.

Les années de galère, puis l’explosion

L’histoire de Filip Djordjevic au FC Nantes est faite de hauts et de bas. Comme tous les attaquants, l’international Serbe est un chasseur de buts, un garçon qui ne vit que pour ça. Oui mais voilà, parfois, il y a des périodes noires. Et le natif de Belgrade en a connu chez les canaris. Tout débute en janvier 2007, Filip débarque sur les bords de l’Erdre, avec dans ses valises, le “Messi des Balkans” Stefan Babovic. Les deux amis ne tardent pas à montrer leurs talents. Les deux Serbes participent grandement à la montée des canaris vers l’élite et Djordjevic inscrit la bagatelle de sept buts en dix-huit apparitions. Des excellentes statistiques, pour un joueur âgé d’à peine 20 ans et qui vient d’arriver d’un autre pays depuis seulement 6 mois. Les comparaisons fusent, le FC Nantes a-t-il trouvé son nouveau Moldovan ? Rien n’est sûr et la suite va clairement le démontrer.

Le retour dans l’élite de la Maison Jaune se passe mal, pour le FCN et pour Filip Djordjevic. Barré par Ivan Klasnic, Mamadou Bagayoko et Christian Bekamenga, il se retrouve sur le banc et ne rentre qu’en fin de partie lors de la première moitié du championnat. Juste le temps pour lui d’inscrire un but au Havre. Une blessure contraint également l’ancien joueur de l’Etoile Rouge à renoncer à la seconde partie de saison, terminant ainsi avec seulement deux réalisations à l’issue de la saison. Même refrain lors de la saison suivante en Ligue 2. Malgré les entraîneurs qui défilent (Rohr, Furlan puis Gentili), le Serbe ne parvient pas à s’imposer, une nouvelle fois son compteur affiche deux buts en dix-neuf rencontres. Bien trop peu pour lui. On sent un mal-être et un surpoids flagrant, Djordjevic n’est pas bien et se retrouve sur le départ. Néanmoins, il décide de continuer l’aventure nantaise.

Décembre 2007, Filip Djordjevic débarque au FC Nantes en compagnie de Stefan BabovicCette saison 2010-2011 va être un tournant pour le joueur. Dès l’entame du championnat, Baptiste Gentili lui fait confiance. Filip fait le reste, 12 buts en en 36 matchs de Ligue 2, 4 buts en Coupe de France. Une saison pleine pour Djordjevic, qui à lui seul sauve le FC Nantes d’une relégation en National, qui aurait été catastrophique. Oui car avec  12 réalisations et 5 passes, il a été impliqué sur 17 des 38 buts de son équipe ! Un renouveau qui s’explique aussi par un physique hors-normes, le Serbe a pris de la masse musculaire et est beaucoup plus puissant dans les duels. Sa palette évolue, malheureusement pour lui il ne confirme pas les attentes placées en lui la saison suivante. L’arrivée de Landry Chauvin et ses kilos en trop dès la préparation font que Djordjevic réalise une saison moyenne, 28 rencontres et 6 buts. Même un Sylvain Wiltord qui joue moins que lui, parvient à mettre plus de ballons au fond des filets. Le Serbe n’aime pas la concurrence et il l’a démontré sur cette saison, malgré pourtant un but de grande classe contre Angers. Une madjer sur un centre de Vincent Bessat.

Le FC Nantes en est désormais à quatre saisons consécutives en Ligue 2, Filip lui est sur le navire depuis cinq années. Après trois ans de galère, la Maison Jaune est dans le doute, mais un homme va changer la situation, Michel Der Zakarian. Celui qui a fait remonter le FCN est de retour. Quant à Filip Djordjevic, à deux doigts du départ, il déclare avant le début de la reprise : “je veux rester ici et prouver“. Les sorties médiatiques de l’homme sont rares et quand il dit quelque chose, il le fait. A l’image de l’équipe, Djordjevic connaît un début de saison fantastique ! Il enfile les buts, en pleine bourre et diaboliquement efficace. Mi-octobre, il se retrouve en tête du classement des buteurs avec le Monégasque Ibrahima Touré, 9 buts en 10 rencontres. Ne s’arrêtant pas là, il termine avec 13 réalisations à la trêve. La seconde partie de saison est plus difficile, l’arrivée de Fernando Aristeguieta trouble les cartes. L’international Vénézuélien plante rapidement et le doute s’installe quelque peu dans la tête du tout nouvel international Serbe. Néanmoins, à l’image de son équipe, luttant pour la montée, Djordjevic marque des buts décisifs, notamment à Caen lors de la 36ème journée qui offre la montée aux hommes de Der Zak’. Présent dans les moments importants, Filip Djordjevic est un des artisans de la remontée du FC Nantes parmi l’élite. Ayant trouvé le chemin des filets à vingt reprises en trente-quatre apparitions. Sa plus belle saison.

crédit photo : Ouest Médias

Un faux départ pour un nouveau départ ?

Forcément, Filip Djordjevic attire les clubs, sa saison 2012-2013 a été stratosphérique. Jamais on n’a vu le Serbe à pareil fête, des rumeurs l’envoient à Cardiff, à Lyon, en Suisse. Le départ est proche, d’autant qu’il est en fin de contrat en 2014. Le président Waldemar Kita souhaite tirer une belle somme, raté ! Car malgré ces rumeurs, aucune offre n’arrive. Djordjevic entame donc un sixième exercice au sein du FC Nantes. Il inscrit d’entrée face à Bastia, puis après un trou d’air, à l’image de la formation nantaise, il retrouve le chemin face à Sochaux. Auteur de prestations intéressantes, il commence à se faire un nom auprès des observateurs nationaux. Les canaris marchent sur l’eau, Filip aussi. Buteur face à Rennes, Nice et auteur d’un doublé face à Evian. Avec six buts en seulement neuf rencontres, l’aigle de Serbie démarre sur les chapeaux de roue, le FCN aussi et on ne s’y attendait pas à vrai dire…

Un profil mystérieux

La personnalité de Filip Djordjevic est très particulière, le joueur parle très peu à la presse et aux médias depuis son arrivée en France. Pourtant quand il parle, ça déménage. Sa dernière sortie date de l’affaire Abdoulaye Touré où Djordjevic avait critiqué les employés de la Maison Jaune : “50 ou 60 personnes travaillent ici et à part quelques-uns, les autres ne font rien. Cela fait cinq ans que je suis là, et tous les jours je vois des personnes dont je ne connais pas le travail. Ils sont payés par le club, mais ne font rien du tout. La moitié d’entre eux sont en vacances. Ce sont des amateurs”. Quand le Serbe balance, c’est virulent. Cela démontre aussi que Filip est attaché au club, même s’il reste le joueur le mieux payé de l’effectif avec ses 60 000 euros par mois. Le joueur a cependant un état d’esprit irréprochable, gagneur et sanguin. On se rappelle qu’en décembre 2012, il avait insulté un arbitre lors de FC Nantes-Chamois Niortais. Un fort caractère, pour un homme discret. Très peu courant.

Un attaquant redoutable

Sur le terrain, c’est un harceleur de défense. Un mec qui va faire le pressing, capable d’user physiquement et mentalement une Révélation du début de saison du FC Nantes en Ligue 1, Filip Djordjevic affole les compteurs. Portrait d'un joueur qui n'en finit plus d'épater.charnière centrale. Fort athlétiquement et dos au but, c’est un “joueur de pivot”. Un remiseur et aussi un finisseur. Sa vitesse n’est pas son point fort, même  si l’an dernier contre Dijon, il était parti de quasiment la surface nantaise et dribbler quatre joueurs avant d’obtenir un penalty suite à une main. Son gros défaut est sa nonchalance, parfois le n’°9 du FCN ère sur la pelouse comme un fantôme. C’est surtout un attaquant qui traîne dans la surface, son ami Serbe Pejcinovic (OGC Nice) a même déclaré après la défaite des aiglons face aux canaris : “Il se cache, il est là quand il faut marquer. Il y a très peu de joueurs comme lui en Ligue 1. Ce n’est pas facile de l’affronter, il ressemble à Inzaghi. En Serbie on parle plus de C.Ronaldo, mais on parle quand même de lui.” Sur le plan physique, c’est un “monstre” comme le déclare Michel Der Zakarian. Il est vrai que Filip Djordjevic est le meilleur généralement aux tests physiques, capable d’enchaîner les courses et de tenir sur la durée. Sa palette s’est élargie depuis le début de saison, l’international Serbe participe beaucoup plus au jeu qu’auparavant et aide ses coéquipiers sur les tâches défensives. Pas avare sur ce dernier domaine.

Le brassard de capitaine l’a-t-il changé ?

C’est une question qui se pose, depuis la blessure d’Olivier Veigneau (qui sera de retour contre Ajaccio samedi), Djordjevic a hérité du brassard comme parfois la saison passée. Et subitement son comportement a changé, les supporters nantais habitués à la nonchalance flagrante voient désormais un joueur qui court partout pendant 90 minutes, parfois moins. Notamment lors de la dernière rencontre, où on a vu un Filip Djordjevic transfiguré, alternant le harcèlement et les duels, qu’ils soient offensifs et défensifs. L’homme a retrouvé une nouvelle mentalité, celle d’un véritable gagneur qu’il avait sans doute perdu depuis le départ de Michel Der Zakarian en août 2008, et oui parfois il arrive qu’un joueur et un entraîneur soient liés…

Les statistiques de Filip Djordjevic cette saison

759 minutes de jeu / 6 buts (5 à domicile, 1 à l’extérieur)

1 but toutes les 127 minutes

8 tirs cadrés sur 16

11 fautes commises / 16 fautes subies

43% des buts du FC Nantes, 6 sur 14 (dont 56% à domicile)

5 buts en première période (dont 3 entre la 16ème et la 30ème mn)

67% de ses buts viennent d’un centre. Un joueur qui rôde dans la surface et aux six mètres (3 buts dans chacune des catégories)

 

Après des années difficiles, Filip Djordjevic revît depuis maintenant deux saisons. Le retour de Michel Der Zakarian comme dit précédemment, y est pour quelque chose. Son départ et celui et de son équipe est hallucinant et le FC Nantes est auteur pour l’heure d’une 5ème place après neuf journées. De son côté, l’international Serbe fait partie  des révélations et des meilleurs attaquants de Ligue 1 en ce début de saison. Qui l’aurait cru il y a encore 3 ans ? Personne. L’envol a été pris, il ne devra plus redescendre, car le talent il l’a.

Auteur : Thomas Bernier

Amoureux du football, supporter du FC Nantes et fan de Norwich City.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Comments are closed.

Plus dans Ligue 1
En clôture de la 9ème journée, le PSG, est trop facilement venu à bout d’un OM frileux. Un match où l’arbitre aura malheureusement eu le rôle principal.
Le PSG, en marchant

Dimanche soir, en clôture de la 9ème journée, le PSG, rapidement réduit à dix, est trop facilement venu à bout...

C'est encore le début de saison mais certains clubs semblent déjà en danger. C'est le cas de Bordeaux et Sochaux qui s'affrontent pour cette 9eme journée.
Bordeaux – Sochaux : Match de la mort

C’est la neuvième journée de Ligue 1 ce week-end et tous les projecteurs semblent braqués sur le Classico. Et Bordeaux-Sochaux...

Débarqué cet été à l'AS Monaco, Joao Moutinho à déjà séduit l'ensemble des spécialistes du football français. Il est déjà le maître à jouer de l'AS Monaco.
Moutinho, l’assurance “caviar”

Débarqué cet été à Monaco en provenance du FC Porto pour 25 millions €, le portugais Joao Moutinho a déjà...

Fermer