FC Nantes : qui après Der Zakarian ?

04
avril
2016

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

michel-der-zakarian-fc-nantes

Si la saison est considérée, à juste titre, comme la plus prometteuse depuis la remontée du club, l’entraîneur Michel Der Zakarian ne devrait pas s’éterniser sur les bords de l’Erdre. En dépit d’un classement honorable en ligue 1, l’arménien n’a toujours pas été prolongé par son président, et est en fin de contrat en juin prochain. Waldemar Kita enchaîne les sorties plus ou moins explicites sur sa volonté de changer de capitaine. Le navire nantais vogue sereinement, mais le franco-polonais (dont les relations avec MDZ ont toujours été tumultueuses) veut changer de cap.

Pourtant le FCN est toujours en mesure de disputer les joutes européennes l’année prochaine. Mais même en cas de réussite, le choix de Waldemar Kita paraît acté. Michel Der Zakarian ne sera pas prolongé et il fera ses adieux au public de la Beaujoire face à Caen le 7 mai prochain, puis de manière définitive à l’ensemble de son groupe la semaine suivante, lors de la dernière journée de championnat au Parc des Princes. Une fin d’histoire en queue de boudin, pour un entraîneur à qui le club doit beaucoup.

Sans idéaliser le personnage de Der Zakarian, rendons quand même à César ce qui lui appartient. Une remontée dans l’élite en 2013, une demie finale de coupe de la ligue contre l’ogre parisien l’année suivante, et surtout un public qui ne fait de nouveau qu’un avec son équipe. Car c’est bien lui l’artisan principal de la remontée, puis de la pérennisation du club en première division.

Ses détracteurs diront que le spectacle proposé est parfois d’un ennui total, qu’il est trop frileux et qu’il manque d’ambition dans le jeu. Ces arguments, recevables par ailleurs, ne doivent pas faire oublier la réalité. Celle d’un effectif moyen surtout lors des saisons 2013-2014, 2014-2015, ou MDZ a dû composer uniquement avec un groupe qu’il avait déjà sous ses ordres en Ligue 2 (l’impossibilité de recruter du club n’a pris fin qu’à l’été dernier). A l’été 2013, chaque supporter nantais aurait signé pour obtenir le maintien durant les deux années d’interdictions de recrutement.

.

waldemar-kita-president-fc-nantes

.

La vraie rupture, notamment avec le président Kita, est apparue cette saison. Durant l’été MDZ a pu concocter son équipe, et réaliser des ajustements cet hiver. Pourtant la première partie de saison des canaris fut décevante. C’est très probablement durant cette période, que le clan Kita a définitivement basculé vers un changement d’entraîneur en fin de saison. On le sait, la patience n’est pas le point fort de la famille. L’éclaircie enregistrée depuis janvier 2016, le jeu plus attrayant de l’équipe, et une remontée au classement, on peut être pour un temps fait douter Kita. Mais la défaite en ¼ de final de coupe de France à Sochaux, puis l’humiliation trois jours plus tard à Rennes ne permettent pas d’envisager autre chose qu’un départ du franco-arménien en fin de saison.

L’idée d’un changement d’entraîneur (si honorable soit-il) n’est pas pour autant incongrue, mais il est parfois nécessaire pour faire passer un cap à son équipe. Même si pour ma part, MDZ est l’homme de la situation (au moins encore pour un an), l’idée d’un nouvel homme sur le banc des canaris est intéressante. Depuis peu, cinq pistes se dégagent dans les médias, et dans l’imaginaire des supporters pour succéder à Der Zakarian.

.

Si la saison est considérée comme la plus prometteuse depuis la remontée du club, Michel Der Zakarian ne devrait pas s'éterniser sur les bords de l'Erdre

.

Christian Gourcuff : C’est la piste la plus sérieuse depuis peu. La réunion entre Michel Der Zakarian et le clan Kita d’aujourd’hui est elle à mettre en relation avec la démission du désormais ex sélectionneur de l’Algérie ? En tout cas, cette piste est envisageable car Gourcuff, le breton, est l’homme de la région et il est maintenant libre. Sa philosophie et son profil plaisent aux dirigeants du FCN. Ce serait sans doute une bonne pioche pour le FCN de recruter un tel entraîneur. Pourtant, la compatibilité entre le finistérien et l’homme d’affaire polonais est proche de zéro. En effet, Christian Gourcuff aime bien avoir la main sur le sportif pour mener son projet, avec les résultats qu’on lui connaît. Le patron du sportif c’est lui, et Kita devrait prendre de la hauteur, chose qu’il n’a jamais faite. Les intrusions dans le domaine sportif de son ancien président à Lorient, Loïc Féry ont profondément agacé Gourcuff. Nul doute qu’à Nantes, ces intrusions seront encore plus fortes. De plus, et peut être surtout, on parle également depuis ces derniers jours d’un possible accord entre les Girondins de Bordeaux et l’ex sélectionneur des Fennecs. Cette rumeur paraît sérieuse. Dans le club girondin, Gourcuff aurait les mains libres sportivement et des moyens certains pour développer ses principes de jeu. Il dispose déjà, en outre, de manieurs de ballons qualifiés comme Poko, Sané ou encore Diabaté ! Nantes n’est pas seul sur ce dossier, et il devra devancer la concurrence pour s’attribuer les services d’une pointure du métier.

Jocelyn Gourvennec : La rumeur Gourcuff relancée, la piste menant  à Jocelyn Gourvennec est elle aussi à étudier. L’homme est en quête d’ascension dans le métier. Le FC Nantes serait pour lui le moyen de franchir une étape. En poste à Guingamp depuis 2010, il a tout connu avec le club des Côtes d’Armor : Une montée dans l’élite, un sacre en coupe de France contre le SRFC (fêté dignement par les supporters nantais), et une épopée européenne historique en Europa League la saison passée. Gourvennec connaît bien le FCN ou il a évolué entre 1995 et 1998 sous les ordres de Suaudeau et Denoueix. Il appréhende donc parfaitement les rudiments du jeu, et son équipe guingampaise est plaisante à voir jouer. Son talent pour le poste ne se discute pas. Sous contrat jusqu’en 2017, l’homme est convoité dans l’hexagone. Le véritable danger pour le FCN sur ce dossier est incontestablement la concurrence. Celle de l’EAG tout d’abord ou il n’est pas impossible que Gourvennec prolonge. Mais aussi la concurrence de clubs plus huppés que le FCN comme l’ASSE, voir Lyon et pourquoi pas l’OM ou Vincent Labrune (et sa politique de coach étranger) est en danger.

Eric Carrière : Actuellement consultant sur Canal + où ses analyses de qualité sont appréciées, Eric Carrière n’en demeure pas moins une piste plausible pour le FCN. L’ancien de la maison jaune de 1996 à 2001 souhaite devenir entraîneur et ne s’en cache pas. Son diplôme en poche depuis 2014, Carrière semble attendre le bon moment pour se lancer dans le grand bain. Quoi de mieux qu’un club qu’il connaît par cœur, et où il est respecté, pour débuter ?L’homme a des idées neuves et des principes de jeu qu’il pourrait appliquer au FCN. Mais le club amorce une transition qu’il ne doit pas rater. Confier les clés de la maisonà un novice dans un moment aussi important est osé. Ce serait une vraie prise de risques de la part de Kita. Mais après tout pourquoi pas lui. Il faut bien commencer un jour, et nul doute que les supporters seraient ravis de le voir s’asseoir sur le banc.

René Girard : Il est un peu ce qu’étaient Alain Perrin et Guy Lacombe, il y a quelques temps, vous savez, cet entraîneur dont le nom ressort à chaque fois qu’un banc se libère en Ligue 1. D’ailleurs, il serait également ciblé par Bordeaux. Bien qu’étant un entraîneur de qualité, son style se rapproche quelque peu de Der Zakarian. Or, le président Kita veut un changement de tête, mais également de style. L’arrivée de Girard dans la cité des ducs est donc peu probable. De plus il n’est pas consultant pour Canal +, ce qui diminue grandement ses chances de devenir le nouveau boss du FCN.

Raynald Denoueix : Autant le dire tout de suite, revoir Denoueix sur un banc, qui plus est celui du FCN , est une chose surréaliste. Le champion de France 2001 n’a plus coaché, depuis son passage à la Real Sociedad, il y a 12 ans. Consultant, lui aussi, pour la chaîne cryptée jusqu’en 2011, le Rouennais d’origine a disparu des écrans radars depuis. Un retour en pleine lumière, alors qu’il n’a finalement plus rien à prouver, semble totalement absurde. Qu’a t-il à gagner dans une nouvelle aventure avec les canaris à 67 ans maintenant ? Pas grand chose. Néanmoins, si l’envie lui prend de revenir sur un banc, le FCN lui tend les bras. Il est l’homme des dernières grandes épopées jaunes, l’homme du dernier titre en 2001, l’homme de la Coupe de France, qu’il remporte en 1999 et 2000. Kita n’a rien à perdre en essayant de le contacter. Même en cas de refus très probable, il aura au moins essayé. En attendant de connaître l’identité du nouvel entraîneur, le fantasme sur son retour reste permis.

D’autres noms auraient pu figurer dans cette liste, notamment celui de Marcelo Gallardo qui fait surface aujourd’hui. Espérons que le président Kita ne soit pas victime d’une labrunite aiguë en voulant coûte que coûte recruter étranger. Ce qui est sûr, c’est que le club est à un tournant de son histoire récente. Soit il réussi à passer un cap, et peut penser à viser le top 6 chaque saison, soit il se contente du minimum syndical à savoir le maintien. Si avec Der Zakarian l’ascension de l’équipe semble limitée, il ne faut pas changer pour changer. Avec son départ on sait ce que l’on perd mais pas ce que l’on gagne.

Auteur : Fabien Albert

Supporter depuis tout petit du FCN, fan de José Mourinho et Fabien Barthez. Ancien gardien de but. Mais aussi arbitre de foot convaincu que Tony Chaperon est un bon arbitre ! Amateur d'MPG et de Julien Cazarre

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
emiliano-sala-fc-nantes
“Hors-jeu” avec Emiliano Sala

Avec le buteur argentin du FC Nantes on a discuté football mais pas que. Un entretien en longueur pour mieux...

A la veille de la rencontre entre Bordeaux et Monaco, APP fait le tour d'horizon des deux équipes qui suivent une trajectoire opposée.
Bordeaux : Ramé peut-il faire tomber Monaco ?

La trêve internationale a commencé de manière ubuesque au Haillan, quand l'Equipe nous a informé que... des superviseurs du Barca...

Après une semaine de compétition, le Stade Rennais et la sélection américaine sont les champions de cette 44ème édition qui aura vu le niveau des nations...
Les Etats-Unis et Rennes, vainqueurs du Mondial de Montaigu 2016

Après une semaine de compétition, le Stade Rennais et la sélection américaine sont les champions de cette 44ème édition du...

Fermer