Eysseric n’a pas été Clément sur ce coup-là…

04
mars
2013

Auteur :

Catégorie : Editos

tacle eysseric sur Clément

 24e minute de Saint-Etienne-Nice. Le jeune Valentin Eysseric arrive comme un dératé les deux pieds en avant sur la cheville droite de Jeremy Clément. Une blessure aussi spectaculaire qu’horrifiante. La saison du Stéphanois est finie, celle du Niçois fortement compromise.

Si jeune, 20 ans, et déjà catalogué. C’est dommage, on entendait parler d’Eysseric avant ce match comme d’un jeune espoir déjà auteur de 5 buts, et sûrement pas étranger à la forme olympique de Nice sur ce début d’année 2013 (16 points pris sur 21 avant ce match). Mais un geste plus maladroit qu’autre chose viendra ternir son image, sa saison, sa réputation. Un traumatisme qu’il vit mal comme il l’a déclaré au micro de Canal « Je ne suis pas bien du tout. On ne peut pas faire marche arrière… Une lourde suspension ? Je n’en ai rien à foutre, ce qui m’importe c’est la blessure de Clément ». Malgré son mea culpa, des torrents d’insultes et des attaques virulentes sont déversés sur les réseaux sociaux.

« J’aurai préféré perdre ce match plutôt que Jeremy ». Joueur le plus utilisé avant ce match par Christophe Galtier, la spectaculaire blessure de Clément laisse un goût amer à son coach malgré le large succès qui propulse les Verts sur le podium (4-0). Perdre un titulaire indiscutable a de quoi rendre pessimiste l’entraîneur des Verts alors que son équipe commençait juste à intégrer le trio de tête. Avec un soldat de moins, la lutte n’en sera que plus compliquée pour y rester. Même tendance pour le buteur du soir, Aubameyang sur Twitter « Pas de sourire je suis triste ce soir c’est un ami qu’on perd pour la fin de la saison #JeremyClement ». Opéré dès sa sortie du terrain, le milieu de terrain souffre d’une fracture du tibia péroné. Une blessure gravissime qui le prive d’une fin de saison, et surtout de la finale de la Coupe de la Ligue contre Rennes (20 avril prochain). Les images sont impressionnantes de violence. La cheville qui tourne sur elle-même, les cris de Clément au sol, et le désarroi d’Eysseric, immédiatement expulsé sur ce tacle assassin, le drame aura marqué les esprits au-delà du match en lui-même.

Même si le geste n’est pas prémédité, le tacle relève de la maladresse et non d’une agression caractérisée comme De Jong sur Ben Arfa. Le passage en commission de discipline de Valentin Eysseric débouchera sans aucun doute sur une lourde sanction. Sans doute autant pour la jurisprudence que pour la grogne qui monte pour punir le Niçois. Un débat peut alors être ouvert, pourquoi ne pas obliger Eysseric à rester éloigné des terrains aussi longtemps que durera le rétablissement de Clément ? Un système plutôt équitable qui réparera toute injustice. L’union sacrée autour du joueur blessé, des supporters, du club, des joueurs, était d’une rare beauté. Une solidarité comme on en voit peu dans le monde aseptisé du football. Oui, c’est un sport individuel, mais la notion de collectif est primordiale dans ces moments-là. Humaniste le foot ? Sûrement, ici l’humain est au-dessus de tout, même de l’enjeu du match du soir. Bon rétablissement Jeremy.

– – – – – – – – – – – – – – –

Image France 3 Côte d’Azur

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

Plus dans Editos
pelouse-ligue1
SOS pelouses battues

C'est un fléau, une véritable catastrophe. Elles « fleurissent » aux quatre coins de la France, Nantes, Valenciennes, Rennes ou encore Montpellier...

temps-additionnel
Haletant, temps additionnel

En marquant contre Valenciennes à la 94e minute (1-0), le Marseillais Rod Fanni a inscrit le 37e but au-delà du...

Ligue-des-champions-tirage-sort
Mon poème pour la Saint-Valentin

A quelques jours de la fête des Amoureux ce 14 février, votre serviteur vous offre son plus beau poème. Écrit...

Fermer