Et le château de carte de Sarri s‘écroule

04
mars
2019

Auteur :

Catégorie : Europe

Maurizio_Sarri_ChelseaFC

Alors qu’il était l’auteur d’un très bon début de saison, Maurizio Sarri est en train de perdre le contrôle de son équipe et pourrait quitter Londres plus tôt que prévu. Retour sur la dégringolade du coach italien.

Dimanche 24 février, alors qu’il est sous pression depuis plusieurs semaines Maurizio Sarri joue sa première finale face à Manchester City. L’italien a l’occasion de redorer son blason en remportant la League Cup, une compétition où il a su éliminer Liverpool – leader de Premier League au moment de les jouer avec six victoires en autant de rencontres – puis le Derby County de Franck Lampard, Bournemouth et enfin Tottenham. Face à lui, il aura donc affaire à un ogre : les skyblues de Manchester City qui les avaient humilié sur le score de 6-0 deux semaines auparavant.

Malgré les talents bruts de chaque côté du terrain, le match ne fut pas l’un des plus passionnant de la saison. Les 90 000 spectateurs de Wembley ont eu droit à un bon vieux 0-0 digne d’un Caen-Strasbourg en Ligue 1 Conforama. Manchester City est cette fois tombé sur une bonne défense Rüdiger – David Luiz qui a rendu Agüero complètement invisible. Cependant si les blues n’ont pas trouvé le chemin des filets non plus c’est parce que depuis plusieurs matchs les engrenages de l’équipe londonienne semblent rouillés. À l’image de Jorginho, pièce maîtresse du jeu mis en place par Sarri, de nombreux joueurs n’ont plus le niveau qu’ils avaient en début de saison et c’est donc assez logiquement que la construction du jeu bloque.

Pourtant la saison avait très bien commencée pour l’ancien coach de Naples. Arrivé avec Jorginho dans ses valises, lors de l’été 2018, le coach italien a enchaîné 5 victoires lors des 5 premiers matchs en Premier League et une série de 12 matchs sans défaite. Grâce à un Eden Hazard au sommet de sa forme, les blues ont pendant un moment cru pouvoir concurrencer Liverpool et Manchester City dans la course au podium mais malgré un style de jeu léché, plusieurs problèmes auront lieu à Chelsea et mettrons le coach italien en difficulté.

Un 9 à la dérive

Alors qu’il était titulaire en début de saison, Alvaro Morata n’a malheureusement pas convaincu en Angleterre, déjà très moyen la saison dernière sous Conte, l’international espagnol n’a pas brillé sous les ordres de Sarri. Auteur de seulement 5 buts, l’ancien joueur du Real signa à l’Atletico Madrid lors du mercato hivernal. De son côté, Olivier Giroud n’aura guère fait mieux. Le champion du monde n’est pas parvenu à mettre ses qualités physiques au profit de l’attaque des blues. Très peu titulaire, l’ancien gunner ne semble plus avoir le niveau pour jouer dans un club du « Big Five » et ce manque de temps de jeu pourrait d’ailleurs lui coûter cher lorsque l’on connaît l’importance de la régularité pour le sélectionneur français Didier Deschamps.

Pour palier à ce manque cruel de numéro 9, Maurizio Sarri a dû improviser. Il a alors eu l’idée de replacer Eden Hazard en pointe, un peu comme il l’avait fait 2 ans auparavant avec Dries Mertens à Naples en attendant de trouver un « vrai » buteur lors du mercato d’hiver. Ce « Grandtatakan » tant attendu, ce fut Gonzalo Higuain. Après un très mauvais début de saison du côté de Milan, Pepita rejoignit les blues pour se relancer. Lui qui a brillé à Naples sous les ordres de Sarri aurait pu être la solution au problème du numéro 9 mais l’ancien turinois est arrivé d’Italie en très mauvaise forme et il pourrait mettre plusieurs mois à s’adapter à sa nouvelle équipe et plus généralement à son nouveau championnat.

Le maestro perd sa baguette 

Arrivé pour un montant d’environ 64 millions Jorginho est un homme fidèle. Si le natif de Imbituba au Brésil a choisi de jouer pour la sélection italienne son pays d’origine, il a aussi accepté de suivre son coach napolitain Maurizio Sarri dans son aventure en Angleterre. En échange, son « padre spirituale » a fait de lui la pièce maîtresse de Chelsea. Lors des premiers matchs de la saison, le milieu de 27 ans a rapidement convaincu les supporters grâce à son excellente vision du jeu. Il distribua caviars sur caviars et marqua son premier but lors de son premier match sur un pénalty. 

Mais petit à petit, les équipes de Premier League ont compris que pour faire dérailler le jeu des blues, il fallait empêcher le maestro de diriger son équipe. Ce fut particulièrement le cas lors de la défaite des blues 2-0 face à Arsenal le 23 janvier dernier, le milieu italien est resté complètement invisible grâce au marquage de Ramsey. Petit à petit, bloqué par les milieux adverses, Jorginho a complètement sombré. Son niveau de jeu en baisse, il a totalement perdu confiance en lui jusqu’à rater son penalty (un exercice dans lequel il est plutôt bon d’habitude) lors de la séance de tirs au but en finale de League Cup.

Un coach volcanique 

Aussi bouillant que le Vésuve, Maurizio Sarri n’est pas un entraîneur comme les autres. Reconverti en coach à 40 ans après une carrière dans la plus vieille banque du monde, il a brillé avec Empoli et Naples en Italie. Fort de son jeu léché et reconnaissable entre mille, grâce à son tempérament et son apparence quelque peu négligée, Mauricio Sarri est aussi connu pour être un véritable accroc à la nicotine, en effet il a l’habitude de fumer jusqu’à 5 paquets de cigarettes par jour. Son addiction poussa les dirigeants de Chelsea à créer un espace fumeur exclusivement pour lui à Stamford Bridge.

Lors de son passage au Napoli, Sarri à assuré le podium chaque année. Cependant, ses performances en coupe d’Europe laissent à désirer et bien que Chelsea soit encore en lice pour les huitièmes de finale d’Europa League, le club de Londres n’a pour l’instant pas affronté de grands clubs européens (les coéquipiers de Hazard ont triomphé du Bate Borisov, du Videiton FC et du PAOK avant d’éliminer sans problème Malmö en 16e de finale).

Maurizio Sarri est donc en grande difficulté et ça n’est pas l’incident arrivé quelques minutes avant la séance de tirs au but qui va aider l’italien à remonter la pente. Vous n’êtes sans doute pas passé à côté, alors qu’il souffrait de crampes, le gardien de Chelsea Kepa Arrizabalaga a refusé d’être remplacé pour la séance de tirs au but. Le jeune espagnol de 24 ans qui a lui aussi un caractère bien trempé, s’est opposé à son entraîneur lui indiquant que tout allait bien et qu’il n’avait pas l’intention de sortir. Furieux, Sarri a balancé ses affaires et a commencé à quitter le stade avant de se raviser. Suite à cela, il affirma en conférence de presse qu’il ne s’agissait que d’un mal entendu et que tout allait mieux, de son côté Kepa qui a fait ses excuses sur Instagram a écopé d’une amende et n’a pas joué lors du dernier match face à Tottenham. Malgré ça, on sent que cet incident n’a fait que renforcer les doutes qui pèsent sur Sarri. Est-il toujours l’homme de la situation ? Peut-il encore s’imposer dans son effectif malgré ses méthodes et son caractère ? Une chose est sûre, lorsque l’on connait le board de Chelsea, et plus particulièrement son impatience, on ne peut que trembler pour le « loco italiano. »

 

Credit Photo : Hudderslfield 0 – 3 Chelsea, le 11.08.2018 par @cfcunofficial (Chelsea Debs) London sous licence creative commons

Auteur : Barnabe Devaux

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
Angel_Di_Maria
Angel Di Maria : l’Ange déchu des Reds Devils

Décisif face à Manchester United lors du 8e de finale aller, Angel Di Maria n’a définitivement pas sa place dans...

Allan Simonsen ballon d'or
Les “second-couteaux” du ballon d’OR

Le ballon d’or est devenu une institution, la bagarre pour le lauréat 2018 fait rage à coups de déclarations pouvant...

The Sun
Liverpool, Hillsborough et le boycott du Sun

Alors que Liverpool vient de vivre la catastrophe d’Hillsborough, le journal The Sun fait sa Une quatre jours plus tard...

Fermer