Rencontre et découverte de Marco Da Silva

12
mars
2013

Auteur :

Catégorie : Interview / Ligue 1

interview-marco-da-silva

Devenir footballeur est le rêve de beaucoup de gamins. Mais malheureusement, c’est un cercle très fermé et rares sont ceux qui réussissent à y pénétrer.

Dans le Nord, à Valenciennes plus précisément, le rêve est devenu réalité depuis peu pour le jeune Marco Da Silva, 20 ans, milieu de terrain fraîchement intégré au groupe professionnel du VAFC depuis Juillet 2012. Entre espoir de belle carrière et vision du football moderne, Marco nous livre ses impressions et ses vécus sur ce que beaucoup considèrent être “le plus beau métier du monde”.

APP: Bonjour Marco. A 20 ans, tu as signé ton premier contrat pro à Valenciennes cette saison. Peux-tu nous faire une présentation de ton parcours ?

marco vafcMarco Da Silva : Je suis né à Compiègne, j’y ai grandi et c’est là que j’ai fait mes premières gammes dans le football à 6 ans. J’ai eu par la suite la chance d’intégrer le Centre Technique National de Clairefontaine à l’âge de 13 ans, là où certains grands sont passés comme Thierry Henry, William Gallas ou encore Hatem Ben Arfa. La formation se déroule en trois ans et lors de la première année, je jouais toujours pour Compiègne.

L’année suivante, j’ai rejoint Saint-Quentin avant de finir mon cycle dans le championnat du centre de formation, mis en place pour la troisième et dernière année. Après cette expérience, je suis monté dans le Nord où j’ai débarqué dans le centre de formation du VAFC à l’âge de 16 ans. J’y ai fait toutes mes années chez les jeunes avant d’arriver où j’en suis.

APP: Avant de devenir professionnel, tu étais capitaine de la CFA du VAFC et tu as même fait ta première apparition en ligue 1 le 16 octobre 2011 face à Sochaux, quelles sont les sensations lorsque l’on rentre dans le grand bain pour la première fois ?

MDS : A vrai dire, j’étais déjà un peu briefé sur le monde professionnel puisque j’avais participé au stage de rentrée avec l’équipe première les deux dernières années, ainsi que quelques matchs de préparation et de Coupe de la Ligue. Mais cela ne t’empêche pas d’être complètement impressionné lorsque tu t’apprêtes à fouler la pelouse pour la première fois dans un match de cette envergure, au Stade du Hainaut qui plus est. Et au moment venu, tu fais abstraction de l’environnement qui t’entoure pour réellement te concentrer sur ta performance. Et j’étais évidemment heureux de faire ma première apparition en Ligue 1, qui restera un moment magique pour moi.

APP: Parlons de ton équipe : après un superbe début de saison (6ème à mi-parcours), vous connaissez actuellement un petit coup de mou et stagnez entre la 11ème et 12ème place depuis quelques temps maintenant. Comment expliques-tu cette baisse de régime ? La Ligue Europa est-elle encore un potentiel objectif ?

MDS : Déjà au niveau quantitatif, on a perdu deux éléments majeurs de notre effectif, à savoir Kadir et Gil mais également Danic, convalescent durant deux mois (ndlr : blessure survenue face au Paris Saint Germain le 11 décembre 2012), donc je pense que cela a joué un peu. Il y a également la réussite que l’on avait en début de saison et qui malheureusement n’est plus présente actuellement.

Même si notre principal objectif en début de saison était avant tout le maintien, c’est sur que c’est toujours mieux de viser plus haut, et donc l’Europe. Là on est dans le ventre mou du classement, mais nous sommes un groupe uni, et nous savons que si l’on enchaîne une bonne série, ça ne peut qu’être bénéfique, et pour la confiance, et pour le championnat. On prend donc les matchs un par un avec l’ambition de tous les gagner.

APP: Tu es né en France, mais tu as des origines Portugaises. Si un France-Portugal se profilait, le cœur pencherait pour les Bleus ou pour la Selecçao ?

MDS : (Rires) Je suis même Portugais avant d’être Français ! J’ai du justement changer mes papiers d’identités pour pouvoir intégrer Clairefontaine. C’est pour ça qu’entre la France et le Portugal, mon cœur balance et le choix serait très difficile.

APP: Et à la question fatidique “Ronaldo ou Messi” ton côté portugais fait il pencher la balance ?

MDS : Ce sont deux joueurs assez différents : d’un côté il y a la vivacité, la vitesse, l’intelligence et une excellente vision de jeu, à savoir l’argentin. Et de l’autre, il y a la puissance physique, la technique. Ce sont tous les deux des talents exceptionnels, les meilleurs joueurs du monde actuellement, mais je pense que Messi est au dessus de Cristiano Ronaldo.

APP: Tu joues milieu défensif. As-tu un modèle à ce poste dont la carrière te fascine ?

MDS : J’ai toujours été impressionné par la carrière de Steven Gerrard. Je le trouve très fort. Il a une qualité de passe remarquable et c’est un capitaine exemplaire. C’est également un excellent tireur de coup-franc et je suis moi-même l’un des tireurs de l’équipe. Après il y a d’autres joueurs à ce poste qui sont également très bons comme Xavi ou Xabi Alonso.

Marco Da Silva face à Evian-Thonon

APP: Au niveau actualité, que penses-tu de l’arrivée des investisseurs Qataris au Paris Saint Germain et de l’impact que cela puisse avoir en France et pour le football Français ?

MDS : Personnellement, je pense que tout le monde y trouve son intêret. Déjà pour Paris parce que grâce à l’argent injectée, ils ont pu et réussi à construire une équipe formidable et l’arrivée de nouvelles stars ne devraient pas s’arrêter. C’est également positif pour les autres joueurs de Ligue 1 qui rencontrent le PSG car ils peuvent ainsi se mesurer à des footballeurs de classe internationale, comme Ibrahimovic ou Beckham. Mais on remarque tout de même que malgré cela, Paris ne se balade pas aussi facilement en championnat que l’on aurait pu l’imaginer.

APP: Tu les vois quand même vainqueur du championnat cette saison ?

MDS : Même si comme j’ai dit, ils n’ont pas encore une nette suprématie sur les autres formations de l’élite, je n’ai aucun doute quant à leur couronnement en fin de saison.

APP: Les penses-tu capables de soulever le trophée de la ligue des champions dès cette année ?

MDS : Par contre en Europe, ce n’est pas la même histoire. Le niveau est quand même bien plus supérieur qu’en France. On a déjà vu que face à Valence, ça n’avait pas été facile, surtout au match retour. Dans cette compétition, ils n’ont pas encore affronté de grosses écuries donc on ne connaît pas leur véritable valeur face à ces gros calibres. Je vois plutôt le Real Madrid ou le Bayern Munich s’imposer cette saison. Pour moi, ils sont au dessus du lot.

L’équipe d’APP tient à remercier Marco pour le temps et la patience dont il a fait part pour cet entretien et lui souhaite bonne chance pour la suite de sa carrière.

Auteur : Romain Dohen

L'important, quoiqu'on en dise, c'est les trois points.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Interview

Plus dans Interview, Ligue 1
hexagoal-ligue-1
L’Hexagoal est-il maudit ?

C'est un fait, depuis l'hégémonie lyonnaise qui a duré sept ans, aucun club de Ligue 1 ne s'est imposé deux...

Cédric Barbosa, capitaine d'Evian Thonon Gaillard
28ème journée de Ligue 1: présentation

11 journées, soit 33 points. Voici les points qu'il reste à prendre dans le championnat, qui arrive bientôt à son...

Eysseric suspendu 11 matchs
Eysseric prend 11 matchs !

La saison est terminée pour le jeune Niçois Valentin Eysseric. En effet, ce jeudi la commission de discipline de la...

Fermer