Bielsa face au corporatisme à la française

08
septembre
2014

Auteur :

Catégorie : Editos / Ligue 1

Retour sur le traitement partial de l'affaire Bielsa par la presse française. Entre méconnaissance et clichés..

Réaction post-sismique. Jeudi dernier, Marcelo prend le mic’ et dézingue son président. Ce bon vieux Labrune que l’on sait absolument honnête et au dessus de tout soupçon lorsqu’il s’agit d’histoires de manipulations… Forcément la presse française a réagi et forcément elle a organisé la ligne Maginot du bon président français contre le méchant entraîneur étranger.

Parce que oui, ils ont un problème avec lui depuis le début. C’est quoi cette merde de système d’abord ? 3/3/3/1 ? Nous, ici on joue en 4/2/3/1, gros bloc équipe bien en place. Point.

D’ailleurs depuis qu’il s’est mis à gagner, tous les spécialistes l’expliquent: « Il est repassé à 4 derrière avec Romao au milieu » terminant dans un petit rictus « c’est mieux, on est en France il faut qu’il s’adapte. Il ne peut pas faire n’importe quoi… » Même si en réalité et comme Julien Mormont nous l’expliquait ici, le système Bielsa c’est une défense à 5 en phase défensive et à 4 en phase offensive avec un piston(Romao) chargé d’alterner. Mais que nenni, on est dans l’illustre Ligue 1 et tout « loco » qu’il est, il doit s’adapter !

Si Dugarry, Larqué et Carrière le disent c’est que c’est vrai quand même ! Ils connaissent mieux le championnat que ce prétentieux argentin survendu !

La politesse à deux vitesses

Mais revenons en à la cause de cette levée de boucliers anti-Bielsa. Cette fameuse conférence de presse du jeudi 4 Septembre que l’on pourrait résumer par son mécontentement général sur le mercato ainsi que sur la comm’ du club qui lui impute un grand nombre de décisions polémiques (le loft, les entraînements clos…) Une vraie mine d’or en temps de trêve internationale pour les médias spécialisés. Un régal que ne se sont pas privés d’exploiter ces médias sous le fameux angle « enculés de coachs étrangers » (Ancelotti, Jardim..)

On commence avec la star ultime des micros Pierre Ménès qui en envoie une bien bonne à nos confrères de footballclubdemarseille.fr : « J’ai du mal à croire qu’un mec qui a tellement verrouillé son contrat, lequel doit faire 50 ou 60 pages, qui a mis tellement de temps à donner son accord, déboule là-dedans sans plus de garanties. Alors, soit son contrat n’est pas respecté, et, s’il n’est pas content, il faut qu’il s’en aille, sinon, il n’a qu’à faire avec ce qu’on lui a donné. » Avant d’expliquer plus en détails son malaise face au personnage : «  Je trouve que Bielsa a un côté:  ‘je suis énigmatique, mais je ne suis pas sur le banc, je suis assis devant, bien seul pour que tout le monde me voit’. Et puis, c’est peut être un grand entraineur, il a aussi le droit d’être poli en conférence de presse… » Funny quand on sait que quelques lignes plus haut, le consultant de Canal expliquait pépère albert : « s’il n’est pas content, il prend son petit survêt et sa glacière et il rentre chez lui. »
PO-LI-TESSE !

Une oreille sur RMC pour écouter la petite phrase de pépé Larqué : « Bielsa fait du mal à l’OM ! » ou celle de Di Méco : « Mais si je suis président de l’OM, je lui mets un coup de pied direct ! S’il ne prend pas un coup de pied par le président, ça veut dire quoi ? ».
Avant la classe ultime de donner la parole aux bons intervenants dans L’équipe pour éclaircir la situation. Comme Bernard Tapie par exemple, le mec qui se servait de coachs comme paillasson. Un peu comme demander à un gigolo son avis sur votre mariage qui vacille.

Il explique donc que l’argentin « veut se faire mettre dehors avec un chèque », qu’avec lui  « il aurait été lourdé dans la seconde » sans oublier que « des entraîneurs d’un tout autre standing ont occupés son banc.. ». Traduction, elle veut ton fric, dégage-la, tu vaux mieux que ça. Des problèmes de couples ? Tapez 3615Nanard…

.

bielsa

.

Merci Roustan

Dans ce concert d’attaques, il y a tout de même une voix renommée qui n’hésite pas à prendre la défense d’ « el loco », c’est celle de Didier Roustan. Ses arguments sont avant tout de nature footballistique et basés sur les antécédents de ce grand nom du football sud-américain. Car bizarrement, il semble l’une des rares personnes à sévir sur un média de masse français à connaître son passé mais aussi celui de ses pourfendeurs. Ce qui lui évite donc de faire des raccourcis faciles(la touillette, le chèque…) et lui permet d’offrir un autre regard. Allez donc faire un tour sur RoustanTV, ça vaut le coup ! On vous conseille cette RDP ou encore cet épisode pré-séisme.

La presse sportive française a encore manqué une occasion de prouver son intégrité en délivrant une analyse dépourvue d’intérêt et construite sur un ramassis de clichés. Car ceux qui connaissent ne serait-ce qu’un petit peu le football hors de nos frontières trouveront toujours plus d’informations dans les avis de Pochettino (Tottenham), Guardiola (Bayern) ou C.Bravo (Barça) que dans ceux de Menès, Dugarry ou Larqué.

Auteur : Mourad Aerts

Joue en troubadour sur tout le front de l'attaque. Amoureux du foot et de ce qu'il représente partout dans le monde

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

Plus dans Editos, Ligue 1
Retour sur un mercato estival marseillais bien plus contrasté qu'il n'y paraît. Entre Diouf, Bielsa et Labrune, il y en a un à l'expertise moins tranchée...
OM : un mercato très contrasté…

« Pour bien gérer un club, il faut respecter une triptyque : bien acheter, bien vendre et contrôler la masse salariale. »...

Sans Falcao, sans James, comment Monaco va concurrencer le PSG ? Le projet est-il toujours le même pour les dirigeants ?
Monaco, paye ton ambition !

Présenté comme le futur concurrent du PSG et de ses pétrodollars, l'AS Monaco devait s'inscrire dans le condominium qui allait...

Le plaisir simple d'être un footix sur un week end de Ligue 1. On comprend tout mieux que les autres.
Un week end de footix !

En forçant un peu le trait sur la monotonie du TFC la semaine passée, nous sommes apparemment rentrés dans la...

Fermer