Donnarumma, au bout de mes rêves

09
juillet
2017

Auteur :

Catégorie : Europe

Football Soccer - Juventus v AC Milan - Italian Serie A - Juventus stadium, Turin, Italy -  21/11/15  Juventus goalkeeper Gianluigi Buffon (R) embraces AC Milan goalkeeper Gianluigi Donnarumma at the end of the match  REUTERS/Giorgio Perottino - RTX1V7XW

Le jeune portier italien connaît une ascension exceptionnelle dans le foot game depuis deux ans et apparaît comme le futur de la sélection italienne et le présent du renouveau de l’AC Milan. Mais entre prestations taille patron, prolongation et gros biffetons, de qui parle-t-on ?

Gigio et Mino sont sur un lingot…

L’image remonte au 18 juin dernier, pour le premier match de l’Italie dans l’Euro U21 organisé en Pologne, face au Danemark. Excédé par le refus de l’enfant prodige de prolonger son contrat dans son club formateur, les tifosi lui jette des faux billets qu’ils accompagnent d’une banderole sans équivoque “Dollarumma”. Difficile, à seulement 18 ans, de ne pas être touché par de telles attaques venant de la part de ses supporters. Fragilisé, Gianluigi se montre fébrile durant son tournoi et semble subir une situation créée par son agent, un certain Mino Raiola. Le très influent agent de la pépite italienne déclare juste avant le début de l’Euro U21 que son joyau ne prolongera pas au Milan, l’offre n’étant pas en adéquation avec la valeur du joueur, selon lui. Comme pour Motta, Verratti, Cristiano, ou d’autres, les agents profitent des vacances ou des compétitions internationales de leurs clients pour mettre la pression sur les clubs pour obtenir une revalorisation sans quoi le joueur ne reviendra pas de vacances. Si la méthode peut se discuter sur le plan moral, l’histoire récente nous montre néanmoins l’efficacité de cette dernière, les clubs finissant irrémédiablement par passer à la caisse. Ce genre de bras de fer n’arrive généralement qu’en tout début de mercato pour ne pas perturber la vraie reprise du joueur qui ne souhaite bien évidemment pas partir mais juste obtenir une “petite” rallonge. Dans le cas de Donnarumma, à peine l’Euro terminé, le club, l’agent et le joueur se sont retrouvés pour entamer les vraies négociations et le terrain d’entente a vite été trouvé, le jeune portier italien n’ayant jamais souhaité quitter Milan dès cet été. Gigio et Mino sont donc ressortis des réunions avec les dirigeants rossoneri avec un contrat de 5-6M€/an qui reflète mieux la valeur du joueur, manque plus que l’officialisation qui arrivera très probablement au retour de vacances du portier.

Gigio le fuoriclasse.

Voilà pour l’affaire. Mais le terrain alors ? Vaut-il vraiment toute l’attention qu’on lui porte ? Pour le savoir, mieux vaut ne pas se baser sur ses prestations à l’Euro U21 qu’il vient de traverser sans conviction, probablement perturber par l’extra sportif. La réelle valeur et le potentiel du joueur résident dans ses prestations en Serie A où Donnarumma semble déjà être le meilleur gardien du championnat et l’un des 10 meilleurs au monde. La comparaison avec Buffon, son illustre aîné, est inévitable, leurs points communs étant si nombreux qu’on les confondrait presque. Mais là où Gigi s’impose comme le dernier gardien à l’ancienne, Gigio en est la version 2.0. Impériale sur sa ligne comme Buffon, Donnarumma ajoute à cela une envergure “Neuerienne” et un jeu au pied égal à Buffon (pas si mauvais que l’on pourrait l’entendre), la marge de progression en plus. Pour avoir assisté cette saison à un de ses matchs à San Siro, Donnarumma dégage une force, un charisme, une aura et une envergure que, jamais, je n’avais vus chez un gardien de but au stade, tout comme le nombre de maillot à son effigie, fait rarissime pour un gardien. Bien sûr, il reste encore des domaines où il reste perfectible. Il a tendance à encore trop repousser les ballons dans l’axe, notamment. Véritable curseur pour évaluer le niveau d’un gardien, sa capacité à se montrer aussi décisif dans une équipe qui n’encaisse que peu d’occasions et rester concentré sur tout un match reste à voir, le Milan n’ayant pas, jusqu’à maintenant, une équipe capable de dominer un match pendant 90 minutes.

Si Gianluigi Donnarumma parvient à franchir les paliers qu’il lui reste encore à gravir, il fera sans aucun doute partie des plus grands gardiens dans les années à venir. Pour encore progresser et écrire l’histoire, deux options s’offrent à lui : rester à l’AC Milan et être la star du nouveau projet ou prendre la succession de Buffon à la Juventus l’année prochaine.

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
marek3
Hamsik, 10 de coeur

Déjà 10 ans que le milieu offensif slovaque Marek Hamsik a débarqué à Naples en provenance de Brescia. Dix années...

Totti-Curva
Lettre à un résistant romain

Le 28 mai dernier tu as fait ton dernier tour d’honneur. Il faut bien que les histoires, même les plus...

maurizio-sarri-naples
Le Naples de Maurizio Sarri, « al di là del risultato »

L’éloge est récemment sorti de la bouche de Fabio Capello : «  Il y a eu le grand Ajax, le...

Fermer