Disparition de Thierry Roland, le monde du football en deuil

16
juin
2012

Auteur :

Catégorie : Hors-jeu

thierry_rolland

«Je crois qu’après avoir vu ça, on peut mourir tranquille ! Enfin, le plus tard possible. Ah ! c’est superbe ! Quel pied ! Oh putain !». Cette phrase, tout le monde la connaît. Proncée par Thierry Roland du haut de la tribune de presse du Stade de France, cette tirage restera longtemps dans les mémoires. Elle était venue clotûrer cette fameuse soirée du 12 juillet 1998 où l’Equipe de France remporta sa Coupe du Monde face au Brésil (3-0).

Avec Jean-Michel Larqué, il forma un duo mythique. Inimitable. Tantôt tacleurs (« Mr Foote, vous êtes un salaud ! » en 1976 lors d’un Bulgarie – France à l’encontre de l’arbitre), tantôt taquins, les deux compères se sont invités dans les foyers français durant 30 années de bons et loyaux services. Ils ont même eu l’occasion de se retrouver lors de cet Euro 2012, mais Thierry Roland ne s’est pas totalement remis de son opération liée à un calcul biliaire. «L’opération s’est bien passée. Mais ça reste récent, et je suis encore en période de convalescence. Je suis courbatu, j’ai des petits spasmes à droite à gauche. Donc très sincèrement, je ne me sens pas le courage d’aller en Ukraine» avait-il déclaré. « Ca ne serait pas raisonnable d’aller en Ukraine où il n’y a pas de grosse médecine au cas où il m’arriverait quelque chose ».

Au lendemain de la belle victoire des Bleus (2-0 face à l’Ukraine), la maladie a donc emporté un des plus grands journalistes sportifs. Si ce n’est le plus grand. Et son palmarès en atteste. En près de 60 ans de carrière, il avait couvert 13 Coupes du Monde et 9 Championnats d’Europe des Nations. Inutile de préciser que la France est en deuil ce matin.

Nombreux sont les messages qui ont salué et honoré la mémoire d’un homme qui aura participé au succès du football dans l’Hexagone. À commencer par un Jean-Michel Larqué, en larmes : «Il se faisait une telle joie de reformer le tandem. Il est parti sans ça. Le plus terrible, c’est que sa dernière joie, j’aurais pu la lui procurer. Il se sentait partir, il se sentait faible, il m’avait dit que s’il lui arrivait quelque chose il me regarderait de là-haut depuis la grande prairie. […] Les bons souvenirs sont gommés par la nouvelle, mais ils reviendront un jour, forcément. Il faut laisser le temps au temps. En plus, je m’y étais un peu préparé, mais on se dit que ça n’arrivera pas . C’est tout neuf».

Ce 16 juin 2012 restera à jamais comme le jour où le football français a perdu un de ses mentors, une personne d’un professionalisme rare qui aura su rendre le ballon rond populaire et s’attirer la sympathie d’un pays grâce à son bonne humeur. Ses saillies verbales comme ses anecdotes ont contribué à la légende. Et comme toutes les légendes, la sienne perdurera. Merci pour tout Mr Roland.

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Hors-jeu

Plus dans Hors-jeu
maillot_equipe_de_france
Et le gagnant est …

On vous a parlé et (re)parlé de ce jeu-concours depuis une semaine et demi sur Au Premier Poteau. Voici le...

Maillot de l'Equipe de France
{Jeu-concours} – Un maillot de l’Équipe de France à gagner

  Au Premier Poteau vous avait promis une grosse surprise, la voilà. Tentez votre chance pour gagner 1 Maillot de...

Fermer