Didier, fais nous un signe !

30
janvier
2013

Auteur :

Catégorie : Équipe de France

Jérémy Perbet parti à Villareal cet hiver

Depuis les fameux incidents de Knysna et le départ de Raymond Domenech, l’Equipe de France est en plein chantier. Le court mandat (2010-2012), de Laurent Blanc, marqué par un euro décevant en est la preuve.

Preuve que notre nation n’a toujours pas trouvé la stabilité tant recherchée, structurée d’éléments moteurs guidant le reste du groupe. Et même si Didier Deschamps dresse provisoirement un bilan honorable pour ces débuts à la tête des bleus (3victoires, 2 nuls, 1 défaite dont 1 bon point pris en Espagne et une 1ère place ex-aequo dans son groupe de qualification à la Coupe du monde 2014), il n’en reste pas moins que certains postes sont encore à pourvoir dans cette équipe. Et les meilleurs candidats ne sont peut-être pas ce que nous pensons. Focus sur deux joueurs qui brillent dans leur club, mais reste dans l’ombre du sélectionneur.

Jeremy Perbet – Attaquant – Villareal

A défaut de réussir chez eux, certains footballeurs tentent l’aventure à l’étranger, en quête d’une réussite professionnelle. Jérémy Perbet est de ce cas, c’est d’ailleurs peut-être le meilleur exemple de réussite outre-frontière. N’ayant jamais réussi à percer en France et à s’ouvrir les portes de la Ligue 1, le garçon, originaire du Puy en Velay, ne s’attarde donc pas dans son pays, et décide de s’exiler pour une destination pour le moins surprenant: la Belgique. Paris gagnant. Son club de Strasbourg décide de le prêter à Charleroi, et c’est là que le déclic intervient. 6 buts à 13 matchs. Bon bilan.

Revenu de prêt, le prochain établi à Angers ne l’interesse guère, le joueur n’a qu’une envie, retourner en Wallonie. Il signe ainsi avec le AFC Tubize et se dévoile au peuple belge. 13 buts en 31 matchs lors de sa première saison. Il ne peut cependant éviter la relégation du club en deuxième division. Sa seconde saison sera plus prolifique que la première. Son équipe ne réussissant pas à remonter, il décide de quitter l’aventure pour rejoindre l’élite du football belge, laissant derrière lui un excellent bilan de 25 buts pour 47 matchs à Tubize. Il signe à Lokeren mais là tout ne se passe pas comme prévu. Une succesion de petits pépins physiques ajoutée à une mauvaise cohésion dans le groupe et le malaise est encré.

Cette période n’entérine en rien les espoirs amorcés de son expérience Tubizienne. Si le français y a brillé là-bas, il explose littéralement à partir de 2011 dans son nouveau club, le RAEC Mons. Les exploits et titres s’enfilent comme des perles : meilleur buteur et meilleur joueur de la Jupiler League l’an passé. 65 buts en 79 matchs, rien que ça. Laurent Blanc évoque son nom comme possible surprise dans sa pré-liste pour l’Euro 2012. Il n’en fût rien. Mais son prêt établi fin-Janvier de cette année à Villareal, pensionnaire de 2ème division Espagnol mais déjà plus huppé, lui permettra peut-être de revêtir la fameuse tunique bleue. Espérons-le.

Jonathan Schmid – milieu de terrain – SC Fribourg

Une carrière comme celle de Ribéry, tout le monde en rêve,: parti de rien dans sa région natale, à Boulogne sur Mer qui plus est, et s’ancrer doucement mais surement dans les annales bavaroises de Munich. C’est le parcours qu’espère réaliser Jonathan Schmid. Après être passé par toutes les équipes de jeunes du Racing Strasbourg, cet Alsacien de naissance voit ses rêves de carrière se briser lorsqu’il n’est pas conservé pour manque de résultats.

Le déclic intervient cependant lorsqu’il effectue un match face à Fribourg en Coupe d’Allemagne des jeunes avec la petite équipe d’Offenburg. Il tape dans l’oeil de l’entraîneur adverse, Christian Streich, qui lui propose d’intégrer le centre de formation du club. Le joueur n’hésite pas une seconde, peut-être l’ultime chance de percer dans le monde professionnel du ballon rond. De fil en aiguille, il intègre l’équipe première et effectue ses débuts en Bundesliga en 2011 avec Fribourg, entraîné par… Christian Streich. La première saison lui permet de prendre ses marques, la seconde de s’imposer et de se révéler aux yeux du public Allemand. Véritable pièce maîtresse de l’équipe, le joueur est plébiscité par l’ensemble des supporters, considéré comme le meilleur joueur du club et apportant sa pierre à l’édifice du meilleur début de saison du club depuis 10 ans. Son objectif est atteint, reste maintenant pour lui de confirmer afin de marcher sur les traces de son modèle : un certain Franck Ribéry.

Auteur : Romain Dohen

L'important, quoiqu'on en dise, c'est les trois points.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Équipe de France

Plus dans Équipe de France
Raymond Domenech, dévoile ses notes prises lors du mondial 2010
Raymond Domenech règle ses comptes (2/2)

À propos de Thierry Henry, Domenech semble s’étonner que celui-ci n’ayant disputé qu’« un match entier dans l’année, ne doive pas être...

Raymond Domenech règle ses comptes dans son livre "Tout Seul"
Raymond Domenech règle ses comptes (1/2)

Parfois, il est bénéfique de différer ce qu’on a à dire ou à écrire, afin de laisser retomber les tensions,...

Valbuena, un parcours atypique, de Libourne en Equipe de France
Valbuena : le parcours atypique du petit devenu grand

Si certains journalistes préfèrent alimenter la polémique sur une vidéo qui n’a aucun sens, APP a fait le choix de...

Fermer