Le dangereux exode des joueurs espagnols

29
août
2013

Auteur :

Catégorie : Europe / Mercato

Cette année plus que jamais, la Liga à vu partir bon nombre de ses joueurs Espagnols vers l'Angleterre, l'Allemagne ou encore l'Italie.

Cette année  plus que jamais, de nombreux joueurs locaux ont quittés le championnat espagnol pour des clubs anglais, italiens ou allemands. Touché par la crise et en manque de liquidité, les clubs de la péninsule ibérique ne peuvent s’opposer à ses départs.

Petit rappel. En 2010, après avoir brillamment remporté le championnat d’Europe des nations deux ans plus tôt, la sélection espagnole devient championne du Monde. Une victoire incontestable pour une sélection au jeu vanté aux quatre coins de la planète. A l’époque, la Roja était composée de joueurs qui évoluaient pour la grande majorité dans des clubs espagnols. Seul Pepe Reina, le troisième gardien, Fernando Torres et Cesc Fabregas jouaient en Première League. A Liverpool pour les deux premiers et Arsenal pour le troisième.

Désormais au Bayern Munich, Thiago Alcantara est l'un des nombreux espagnols à avoir quitté l'Espagne cet été.Aujourd’hui, la donne a bien changée. Sur l’intégralité du vivier de joueur qui a composé les différentes sélections de Vicente Del Bosque depuis un an, pas moins de seize d’entre eux se démènent chaque week-end sur des pelouses étrangères. Et non des moindres. Les trois pionniers du Mondial 2010 ont été rejoints par des clients du calibre de Roberto Soldado (Tottenham), Alvaro Negredo (Manchester City) ou Thiago Alcantara (Bayern Munich), pour ne citer qu’eux. Pire encore, des joueurs espagnols de seconde zone ont également quitté la péninsule pour aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Lors du mercato estival en cours, pas moins de dix-huit joueurs ainsi que deux entraineurs sont partis en Angleterre…

Joue-la comme l’Espagne

Parmi les pays abritant les cinq grands championnats européens (Espagne, Angleterre, France (?), Italie, Allemagne), l’Espagne est le plus touché par la crise économique. Pauvreté, récession et chômage hantent le train-train quotidien des transpyrénéens. Le football, pas épargné par cette situation, doit évoluer en conséquence de cause. Pour survivre, les clubs n’ont d’autres choix que de vendre leurs joueurs. Le FC Valence, titulaire d’une dette hallucinante approchant les 400 millions € ne peut que procéder de la sorte. Depuis 2010, David Silva, Juan Mata et Roberto Soldado ont quittés le club “Che” pour rejoindre des formations anglaises.

Les clubs vendeurs n’ont pas trop de mal à trouver des acheteurs. Le joueur espagnol est à la mode. Suite à leurs récents succès, les clubs étrangers veulent jouer comme la sélection espagnole et le Barça. Ils cherchent donc à attirer des joueurs du cru pour que la greffe prenne plus vite. Et ils sont prêts à y mettre le prix. C’est pour cela que Manchester City n’a pas hésité à investir 45 millions € pour attirer la doublette de Séville, Alvaro Negredo et Jesus Navas. Mais il n’y a pas que les «top players»  qui ont la cote. Swansea, a attiré pas moins de trois espagnols dans ses rangs à l’intersaison à des prix très avantageux. Le club gallois espère à nouveau réussir un bon coup, comme ce fut le cas l’an dernier avec Michu. Acheté 2,5 millions €, l’avant-centre a mis la bagatelle de  vingt-deux buts la saison dernière. Dans une situation tellement critique financièrement, les clubs de la péninsule sont prêts à brader certains de leurs joueurs pour renflouer rapidement les caisses. Sinon, le football pourrait prendre le même chemin que le handball de l’autre côté des Pyrénées. Egalement champion du monde, le hand  est dans une situation encore plus catastrophique. Les uns après les autres, les clubs n’ont d’autre choix que de mettre la clé sous la porte. Dernier en date : le club de Ciudad Real, champion d’Espagne en 2010!

Le Real, le Barca… et les autres

En partant pour l’étranger, les joueurs espagnols s’assurent également un challenge sportif plus intéressant. Car en Espagne, si on n’appartient pas au Real ou au Barça, les deux machines de guerres surarmées de la Liga, il est très dificile de glaner des titres. En Angleterre, la donne est différente. Chaque année, cinq à six équipes sont pressenties pour jouer les premiers rôles. Et les autres ont également leur mot à dire pour une qualification en Europa League par le biais du championnat ou grâce à la coupe. Preuve en est, cette saison, les deux coupes nationales (League Cup et FA Cup) ont été remportées par Wigan et Swansea…

Désormais à Manchester City, Jesus Navas est l'un des nombreux espagnols à avoir quitté l'Espagne cet été.Ce phénomène d’émigration, ne parait pas prêt de s’arrêter et pourrait bien à l’avenir causer la perte du football espagnol. Aujourd’hui, plus que jamais, nous allons voir un championnat à deux vitesses. Un championnat pour le Real Madrid et Barcelone pour l’obtention du titre, et un autre pour les dix-huit autres équipes. Incontestablement, le championnat espagnol se nivelle par le bas. Les joueurs qui quittent le championnat ne sont que trop rarement remplacés par des joueurs du même niveau. Pour exemple, Valence, qui perd Roberto Soldado, son maitre artificier auteur de vingt-quatre buts la saison dernière n’a pas trouvé mieux qu’Helder Postiga pour le remplacer. Sans manquer de respect pour l’attaquant lusitanien, il ne parait pas en mesure d’être aussi décisif que l’ancien capitaine des valencians.

Cet exode pourrait également avoir des conséquences fâcheuses pour la Roja. Souvenez, au début des années 2000. Les grands clubs européens s’arrachaient les joueurs français, fraichement champion du Monde et d’Europe. Résultat : des joueurs qui perdent leur place de titulaire et en manque de rythme. La suite, on la connait. Chers espagnols, on vous aura prévenu…

Auteur : Antoine Raguin

Antoine, aspirant journaliste, amoureux de football et de sports en général et nostalgique de Zizou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Comments are closed.

Plus dans Europe, Mercato
Derrière les intouchables FC Barcelone, Real Madrid et Atletico Madrid, Villaréal voudrait bien exister en tant que 4ème club d'Espagne.
Villarreal s’invite au bal

La deuxième journée de Liga a vu le Real et le Barça s'imposer sur le même score (1-0), les deux...

Le match au sommet de la 2ème journée de Premier League entre Manchester United et Chelsea à finalement accouché d'un match nul 0-0 sans saveur.
United et Chelsea se neutralisent

Dans un match pas vraiment enthousiasmant, loin des sommets espérés, United et Chelsea se sont quittés avec le partage des...

capoue-tottenham
Le mercato des Bleus (3/4)

A moins d’un an de la coupe du monde et quelques semaines des barrages, qui sauf tremblement de terre, devraient...

Fermer