D2 Fém./Poule C : Les Nîmoises croquent dans leur meilleure saison !

24
avril
2014

Auteur :

Catégorie : Football féminin / Interview

IMG_20140422_232430[1]

En ce week-end pascal, APP faisait escale dans le Gard, à Nîmes, pour un focus sur le club de football féminin en passe d’achever la saison aux portes de la D1 : le Foot Féminin Nîmes Métropole Gard.

Au terme d’une rencontre parfaitement maîtrisée ce 20 avril, les gardoises ont pulvérisé 5 à 0 l’équipe de Sanne-Saint-Romain (18ème journée de D2 Féminine/Poule C). Une victoire, la troisième de rang, qui conforte un peu plus leur seconde place au classement toutefois trop loin derrière les filles d’Albi, intouchables, pour pouvoir accéder à l’élite cette fin de saison. Une saison grandement satisfaisante et porteuse d’espoir pour le FFNMG.

A l’heure où le club professionnel masculin de la ville, le Nîmes Olympique, tente de sauver sa peau en L2, avec notamment un changement de Présidence récemment survenu, les filles d’Emmanuel GROS et Gilles AGNIEL, elles, ont le smile !

Samira TEBBI (26 ans), meilleure buteuse du club (9 buts/16 apparitions), Maëli ROUX (23 ans) capitaine de l’équipe et internationale militaire, et Marie-Pierre GIROD (30 ans), ex-capitaine et l’une des plus anciennes du club, ont bien voulu répondre aux questions d’APP après leur victoire.

Maëli ROUX : Jouer la montée !

APP : Félicitations pour votre match ! Vous avez fait plutôt une saison exceptionnelle ! Elle n’est pas terminée, mais vous vous situez à une seconde place quand même solidement installées. Une saison, aussi peut-être inattendue… ? Comment analysez-vous celle-ci ?

Maëli ROUX : c’est vrai que c’est une saison inattendue parce que, quand on regarde l’année dernière, au classement, on était quasiment relégable toute la saison. Mais là, cette année, on se retrouve 2ème. On a eu de nouvelles arrivées. Je pense qu’on s’entend plutôt très bien ensemble et c’est ce qui fait notre force, notre solidarité, notre ambiance. On travaille énormément aux entraînements, et comme quoi ça paye !

Samira TEBBI: Moi je pense que c’est le travail de l’année dernière qui paye cette année. Le groupe qu’on a a changé avec plusieurs arrivées, et il n’y a pas eu beaucoup de départs.

Marie-Pierre GIROD : Voilà, tout est dit ! Une bonne concurrence, une concurrence saine, qui fait qu’on est à ce niveau aujourd’hui.

APP : Et vos objectifs, alors, pour la fin de saison ? Pour l’avenir ?

Maëli : Nos objectifs, cette saison, c’est de garder la 2de place. Maintenant qu’on y est, autant la garder jusqu’à la fin. Et puis, pour les années à venir, maintenant qu’on voit le niveau qu’on peut atteindre, jouer la montée !

DSC_0286[1]

Marie-Pierre GIROD:”Je viendrai continuer à les encourager en D1″

APP : Marie-Pierre, toi, tu es une joueuse qui a connu avec Nîmes son évolution, tu es là depuis longtemps, même si tu as un fait un petit saut dans un autre club à un moment donné. Et puis, tu as connu l’essor du foot féminin sur le Gard. Est-ce que toi, tu imaginais une telle ascension avec ce club en arrivant ici en 1998 ?

Marie-Pierre : Non, pas au tout début, parce que ça fait presque 15-16 ans que je suis au club. Et, c’est vrai que je l’ai vu vachement évoluer : au niveau des licenciées, au niveau de l’encadrement, sur son niveau du jeu. Nous avons 6 équipes, dont 2 en National.

APP : Tu peux nous dire en deux, trois étapes, les évolutions importantes du FFNMG ?

Marie-Pierre : La création en 1995, il me semble, on était Jonquières (ndlr : village proche de Nîmes). Puis, notre 1ère victoire en Coupe Gard-Lozère. La montée en D3 (2006), puis la montée en D2 (2010). Et enfin bientôt, j’espère, la montée en D1 !

APP : Est-ce que tu te souviens de ton plus beau but avec l’équipe ?

Marie-Pierre : C’était contre Blanquefort, en D3, une combinaison sur coup-franc avec Virginie ESTIVAL (ndlr : aujourd’hui responsable éducateurs jeunes) Oui ! (rires) sur coup-franc !! C’était à l’époque…

APP : Et donc ce serait ta dernière saison paraît-il ? C’est certain ?

Marie-Pierre : Oui, c’est certain. Je vieillis trop là ! (rire) Non, mais beaucoup de blessures. Là, j’ai eu une blessure de 7 mois, je n’ai joué que la moitié, 3-4 mois, donc…Mon genou me fait souffrir, donc voilà, dernière saison…

APP : Tu vas continuer à suivre le club ?

Marie-Pierre : Oh oui, oui. Je lâcherai pas ! Je viendrai continuer à les encourager en D1, j’en suis convaincue d’ici peu d’années…moins de 5 ans, allez !

DSC_0288[1]

Samira TEBBI:”J’ai passé les fêtes de fin d’année seule, enfermée. Donc, on va dire que ça m’a rendue encore plus forte.”

APP : Samira, est-ce que tu peux nous parler de ton parcours dans le foot féminin et de ton arrivée dans ce club ?

Samira : J’avais commencé quand j’avais 6-7 ans dans les clubs garçons vers Alès. Et j’ai signé ma première licence à Saint-Christol-lès-Alès, club féminin. Après j’ai été contactée par Monteux, j’y suis restée 3 saisons et je suis arrivée à Nîmes. J’y suis depuis 2010.

APP : Alors que tu reviens cette année d’une grave blessure, tu viens d’inscrire dans cette rencontre un nouveau doublé, félicitations ! Tu arrives à 9 buts en 14 titularisations. Où en es-tu de tes sensations ? Quelles ont été tes ressources ? Sur qui t’es-tu appuyée pour revenir si fort ?

Samira : En fait, en début de saison, j’avais deux objectifs : c’était d’arrêter d’avoir peur et aussi de retrouver mon niveau. Au niveau des sensations, on va dire que je les ai retrouvées. Mon niveau, je pense que je m’en rapproche petit à petit. J’ai bossé dur, j’ai jamais lâché, j’ai eu des moments difficiles. J’ai fait des sacrifices parce que je me suis retrouvée au centre de rééducation de Capbreton en décembre. J’y suis restée un mois et demi en décembre et un mois en avril. J’ai passé les fêtes de fin d’année seule, enfermée. Donc, on va dire que ça m’a rendue encore plus forte. Et j’ai eu le soutien de mes coachs, ils ont été là tout au long de ma blessure, ils ont toujours été là, ils m’ont toujours fait confiance. Et même après mon retour sur le terrain, Gilles (ndlr :AGNIEL, un des entraîneurs) me prenait  45min individuellement avant l’entraînement pour me faire travailler les bases du foot : contrôle , passe , ou devant les buts, pour que je puisse retrouver mes repères…Je leur dois beaucoup et je veux les remercier pour tout ce qu’ils ont fait pour moi !

Crédit Photo Samira TEBBI – Nîmes Médiathèque – @Nimes_media

APP : Tu t’investis aussi dans le club. Tu t’occupes d’une équipe de jeunes. Est-ce que tu penses qu’il y a encore des points à améliorer pour développer le foot féminin à travers le club ?

Samira : Par rapport aux petites ?

APP : Oui ?

Samira : Oui, surtout au niveau des recrutements, on essaie de trouver encore plus de petites. On a encore du mal, mais on travaille avec les écoles par exemple.

APP : Maëli, toi, un peu comme Samira, et comme beaucoup de filles, tu es arrivée dans le foot en te confrontant aux garçons. A l’âge de 8 ans, tu étais dans ton premier club à Générac (ndlr : village près de Nîmes). Est-ce que tu trouves que c’est une bonne chose de se confronter aux garçons au départ ? Quels en sont les avantages et inconvénients ?

Maëli: Si c’est un avantage ? Je ne sais pas parce que, quand on est jeune, on a à peu près le même gabarit, la même endurance, le même état physique. Après, c’est sûr que quand on est jeune, la différence entre un garçon et une fille ne se voit pas trop. Arrivée à 13 ans, on n’a plus le droit de jouer avec eux. Donc, automatiquement, on n’a pas non plus un avantage exceptionnel, sachant qu’il n’y a  pas de différence de gabarit ni de jeu.

Maeli ROUX:”pour moi, il n’y a pas de gloire ou quoi que ce soit. C’est plus un trophée pour l’équipe et pour le club”

APP : Tu commences à avoir un palmarès : championne du monde militaire de Futsal 2013, Trophée de l’Olympisme cette année (prix sur vote des lecteurs du quotidien Midi Libre). Comment vis-tu cet engouement autour de toi ? Quels seraient encore tes rêves ? Souhaiterais-tu encore atteindre des sommets plus élevés ?

Maëli : Pour revenir sur le Trophée, comme j’ai pu le dire à mes coéquipières ou au staff, je ne le prends pas pour moi. Donc pour moi, il n’y a pas de gloire ou quoi que ce soit. C’est plus un trophée pour l’équipe et pour le club, ça nous fait de la pub et tant mieux pour nous ! Mon objectif serait de rester à Nîmes : de jouer en D2 et de pouvoir vivre une montée en D1, ça doit être énorme à vivre. Je n’ai jamais vécu ça, et c’est vrai que j’aimerais bien le vivre.

APP : On te le souhaite…

Maëli : Ah merci !

APP : Tu es passée par Montpellier aussi ?

Maëli : Oui, trois saisons.

APP : Est-ce que tu gardes des relations, des contacts avec des joueuses de là-bas ? Est-ce que tu peux nous dire les relations qu’il y a entre le MHSC Féminin et votre club de Nîmes ?

Maëli: Avant c’était plus un derby, un affrontement entre Nîmes et Montpellier. Maintenant, on a un partenariat. C’est-à-dire que les joueuses qui viennent de Montpellier nous sont prêtées, ici à Nîmes. Donc, d’avoir une entente avec un club de D1, et pas n’importe lequel puisque Montpellier c’est une grande structure, ça nous aide beaucoup. J’ai gardé des relations avec certaines des joueuses avec lesquelles je jouais auparavant. Après, c’est sûr que je ne les vois pas autant qu’avant mais chaque année on essaie d’en faire venir !

Marie-Pierre : Fais-les venir… !!

Maëli: (rire) On essaie d’en grapiller deux ou trois. C’est pas facile, mais bon…Comme là, Marine Pervier est venue. Puis, je pense quand même que dans l’équipe on est pas mal d’anciennes de Montpellier. Donc petit à petit, les relations marchent !

APP : Un petit mot sur la D1 Féminine, la domination lyonnaise qui commence à être un petit peu effritée par Paris peut-être ?

Maëli : Je pense que Paris dans pas longtemps, on va les voir en haut du tableau de D1. Et je pense que Lyon, ça va chuter parce que Paris a le soutien financier de pas mal de… qataris là-bas (sourire). Donc je pense que toutes les joueuses de Lyon vont aller à Paris et dans peu de temps, Lyon, on ne les verra plus forcément là où elles sont maintenant. C’est mon point de vue après !

Samira : Je pense que l’argent change tout. Donc avec l’arrivée des qataris, oui, ça va changer. On le voit déjà chez les mecs.

APP : ça, ça peut-être quelque chose de positif pour le foot féminin justement ?

Samira : Oui, non…ça fait quoi ? 5-6 ans que Lyon finit champion ? Un moment donné, c’est bon, y’en a marre quoi, peut-être que d’ici trois ans ça va être nous (rires).

APP : Un truc spécial que vous faites avant un match ? Un truc de superstition ?

Samira : Non, je suis toujours en train de raconter des blagues dans les vestiaires, à part ça, ça change pas.

Maëli : Rien de spécial, rien de particulier…

APP : Plutôt Gossip Girl ? Walking Dead ? Game of Thrones? Une série particulière?

Maëli : Moi, c’est les Frères Scott !

Marie-Pierre : Non, moi c’est les jeux télé.

Samira : Oh non…

Marie-Pierre répondant pour Samira : « J’ai pas de télé moi ! »

Samira : (rires) Moi ça fait deux semaines que ça marche pas chez moi, ça capte pas… !

APP : Plutôt FIFA ? Plutôt Pro Evolution Soccer sur la console?

Samira : Je suis pas trop jeux vidéos donc…

Marie-Pierre : P.E.S.

Maëli : FIFA !

APP : Un dernier mot peut-être ?

Maëli: Merci de porter de l’intérêt pour nous et pour le club.

APP remercie chaleureusement Marie-Pierre, Maëli et Samira de leur aimable participation et leur souhaite le meilleur pour la suite de leur carrière…ou leur reconversion !

Auteur : Kévin Boucard

Travailleur social et médiateur familial, APP me permet de renouer avec ma passion la plus ancienne: décortiquer et partager toute l'actu du foot ! C'est une "addiction" qui m'a frappé dès mes 10 ans !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Football féminin

Plus dans Football féminin, Interview
Coupe De France Fem
Coupe de France féminine : “Une chance sur deux”

Ce dimanche ont eu lieu les 1/4 de finale de la coupe de France féminine, si Montpellier a lourdement chuté...

Dimanche, c'est la finale du championnat d'Angleterre entre Liverpool et Manchester City. Pour présenter cette affiche, Eric Huet de Canal+ répond à APP.
Eric Huet (CANAL+) : “C’est l’année ou jamais pour Gerrard et Liverpool”

Le choc football du week-end est celui qui verra s'opposer Liverpool et Manchester City dimanche, dans le cadre de la...

Perrine STORME TOP modifiée
Perrine Storme (L’ÉQUIPE 21) : “Paris aura des occasions”

Remarquée sur Infosport+ et désormais présentatrice de journaux sur l'Équipe 21, la jeune Perrine Storme est une journaliste de sport à...

Fermer