Compétition made in FIFA

17
juin
2017

Auteur :

Catégorie : International

Coupe des confédérations

Les années sans compétitions internationales estivales deviennent rares. Cette fois-ci la FIFA nous sert la Coupe des Confédérations sur un plateau d’argent. Le champion du monde en titre va pouvoir rivaliser avec les derniers vainqueurs de leur compétition continentale respective. La Russie, à un an de sa Coupe du Monde, sera également de la partie en tant que pays organisateur de cette compétition. Alors qu’elle devrait être la compétition la plus prestigieuse, elle peine à convaincre les amateurs de football.

Disparité des écuries en lice

La Coupe des Confédérations rassemble, sur le papier, les meilleures équipes du monde. Seulement le niveau entre le football de chaque continent continue d’être très hétérogène. Bien qu’on assiste à une globalisation du football, celui qui se pratique en Europe s’impose par les moyens financier qu’il dégage. Preuve en est, seul le Brésil a réussi à gagner une Coupe du Monde sur les cinq dernières éditions de celle-ci. De plus deux des trois dernières finales ont été exclusivement européenne. Il est difficile dans ce cas de mettre en avant la Nouvelle-Zélande ou l’Australie comme l’égale d’équipes nationales européennes. Elles auront bien sûr leur carte à jouer mais c’est compliqué de vendre l’événement comme un choc entre les meilleures nations du football quand on voit clairement que ce n’est pas le cas.

 

Joueurs

 

Une formule à réécrire … ou pas

Depuis 2005, l’intérêt de la Coupe des Confédérations réside dans le fait de voir les meilleures équipes de chaque continent à un an du mondiale. La FIFA en fait en quelque sorte son teaser du mondiale pour l’année suivante. Originale dans un premier temps, elle ne s’attire pas le succès escompté. Alors que l’Allemagne a décidé d’en faire un test pour ses jeunes pousses, le Portugal arrive quand à lui avec ses champions d’Europe tandis que la Russie sera plus préoccupé par sa communication autour de l’événement en vue du mondial. Avec des objectifs distincts entre les équipes, la compétition semble encore moins intéressante pour le spectateurs lambda amateur de foot.

Alors quels sont les moyens que peut se donner la FIFA afin de relancer un semblant de curiosité dans un tournoi qui s’annonce bien pâle. Instaurer une limite d’âge comme on peut le voir aux Jeux Olympiques ? Utiliser un format différent avec des matchs à élimination directe seulement ? Un tournoi entre top 8 du classement FIFA à l’image du Master londonien en tennis ? Des pistes qui ne semblent pas réellement exploitées par la FIFA tellement elle se complaît dans les compétitions qu’elle organise. En vérité le meilleur choix serait de simplement supprimer cette compétition qui paraît seulement être une façon supplémentaire de générer de l’argent artificiellement.

 

Je tiens à remercier Galih Satrio pour avoir réalisé avec soin cette illustration spécialement pour l’article. Tous ses travaux sont à retrouver ici en l’attente d’un futur entretien sur APP.

Credit photo : FIFA.com

Auteur : Leo Dellier

La passion a débuté au stade Léon Bollée, elle demeure intacte aujourd'hui.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie International

Plus dans International
Özyakup
Besiktas : Özyakup, danger numéro un ?

Vous ne le savez peut-être pas, mais Oguzhan Özyakup a été formé dans la prestigieuse académie d’Arsenal. Revenu sur ses...

fifa-gianni-infantino-president-ccj_iyfucaa0bpl134878
La FIFA en plein délire

Depuis la prise de pouvoir de Gianni Infantino, la FIFA cherche à redorer son blason. Bien que les affaires dans...

refugees-welcome-bundesliga
Réfugiés au sein du football allemand

En 2015 l'Allemagne a accueilli plus d'un million de réfugiés. En attendant les chiffres finaux de 2016, l'état fédéral allemand...

Fermer