Clubs de Ligue 1 : TOP et FLOP de la demi-saison !

09
janvier
2013

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Valenciennes enchaine les buts à domicile cette saison

En cette trêve 2012/2013, l’heure est au repos pour les clubs de ligue 1, mais également au bilan. APP a établi pour vous ses tops et ses flops, ceux qui ont agréablement surpris, ceux qui ont inconcevablement déçu. Portrait.

Tops : NICE, VALENCIENNES, MARSEILLE

Au final, les Niçois n’occupent à la trêve que la 9ème place. Alors pourquoi dans les tops ? Il faut savoir que cette ligue 1, hormis nos trois leaders, est extrêmement indécise, surtout dans le haut du tableau. Avant l’ultime journée de la phase, aller, les Aiglons s’octroyaient à la surprise générale la 5ème position ! Et cette présence dans la première partie du classement était semble-t-il bien loin des espérances de Claude Puel. Ce mercato estival a vu le départ de nombreux cadres de l’équipe comme Monzon, Clerc ou encore Mounier, pour un recrutement timide. Le maintien paraissait donc être le premier et même seul objectif du club, une saison encore. Oui, mais voilà, les sudistes ont su allier le minimum à l’efficacité. 6 des 9 recrues composent l’équipe type du club, contribue ainsi à cette situation au classement et a palier ces départs. Claude Puel semble avoir trouvé la formule, ce n’est pas l’exemple de son attaquant phare qui viendra contredire ses plans : Cvitanich. 10 buts en 16 matchs. Un atout de poids.

Dario Cvitanich, le buteur de Nice depuis le début de saison

Dario Cvitanich, le buteur de Nice depuis le début de saison (image butfootballclub)

Pour les Valenciennois, le travail semble enfin payer. Confortablement installé parmi l’élite depuis maintenant 6 ans, les nordistes entameront la session retour à la 6ème place au classement, à 3 points de l’Europe. Chose inespérée il y a quelques mois de ça, quand le président Legrand déclarait et affichait disgracieusement les comptes dans le rouge du club. Le départ inévitable d’élément majeur de l’équipe devait donc arriver. Cohade, maintenant Stéphanois, en était l’exemple et la saison à venir semblait prendre le même tournant que les précédentes. Mais cette année, le jeu nordiste, considéré comme l’un des plus beaux de France, porte ses fruits. Solide à domicile, l’équipe commence même à résorber ses lacunes récurrentes à l’extérieur. Malheureusement, le succès a un prix, et les départs devraient s’activer en masse cet hiver (Kadir, Isimat-Mirin, Gil, Danic). Peut-être le coup d’arrêt pour les Valenciennois, qui pour la première fois de leur histoire ont laissé à chaque journée leur rival Lillois derrière eux au classement.

C’est Marseille qui vient clôturer cette liste. Car avant le début du championnat, rien ne laissait présager à l’OM la sortie de crise qu’elle a connu la saison passée. 10ème du championnat, il faut remonter 12 ans auparavant pour voir pareil bilan. Une rigueur sportive qui se mêle à celle financière, et la sanction tombe : le départ de nombreux cadres, M’Bia, Diarra, Azpilicueta pour ne citer qu’eux. Mais les Phocéens ont su faire face à ces problèmes pour redresser la tête. Un Gignac retrouvé et l’OM tourne à nouveau. 6 victoires en 6 matchs, début de saison parfait. La suite est un peu plus sinueuse, mais le résultat est là : 12 victoires en 19 matchs et une 3ème place à égalité avec le leader Parisien et son dauphin Lyonnais.

Gignac et le renouveau à l'OM

Gignac et le renouveau à l’OM (image actusports)

L’arrivée d’un homme charismatique et d’expérience tel que Joey Barton apporte la stabilité au milieu de terrain qui aura tant fait défaut la saison dernière. Et l’élimination prématurée en Europa League lors des phases de poule aura peut-être le don à l’équipe d’Élie Baup de privilégier intégralement la scène nationale, et pourquoi pas retrouver le chemin de la ligue des champions, qui les avait menés jusqu’en quart de finale l’année dernière.

FLOPS : LILLE, MONTPELLIER, NANCY

À l’inverse de son voisin nordique, à savoir Valenciennes, le LOSC de Rudy Garcia vit une bien mauvaise moitié de saison. Contrairement aux deux autres équipes placées dans les flops, il s’agit d’une véritable surprise de voir les rouges et blanc en si mauvaises postures à la trêve. Une mauvaise gestion d’un collectif fragile comportait déjà des failles en début de saison. Pourtant, le club de Michel Seydoux était parvenu à maintenir ses cadres comme Debuchy où Mavuba, malgré le départ du prodige Hazard à Chelsea. L’arrivée de Martin combinée à celles de Kalou promettait de beaux jours pour Lille qui pouvait désormais recevoir ses adversaires dans une enceinte digne de ce nom. Erreur. 8ème à mi-parcours avec seulement 7 victoires en 19 rencontres, l’attaque est clairement visée. Sans réel buteur, le LOSC paye cash son manque de réalisme, notamment en C1 où les nordistes ont broyés du noir en phase de groupe, terminant bon dernier. L’évènement de trop certainement pour le portier Landreau, qui décida de quitter les siens début décembre. Depuis, le LOSC  a enchainé les bons résultats, lui permettant de redresser la tête avant les festivités. La rentrée de 2013 n’apporta pas que des bonnes nouvelles puisque Mathieu Debuchy s’est résolu à quitter les siens pour Newcastle. Reste à voir si les Lillois ressortiront la tête de l’eau, et ce dès ce week-end face à la lanterne rouge du championnat, l’AS Nancy Lorraine.

Landreau a quitté le LOSC début décembre

Landreau a quitté le LOSC début décembre (image le figaro)

Montpellier, champion de France en titre, n’arrive pas à digérer son trophée ni le départ d’Olivier Giroud à Arsenal. En plus du championnat, la déception de la Ligue des Champions est venue s’ajouter à tout cela. Le recrutement n’a pas aidé René Girard dans ses choix avec un Emmanuel Herrera moins performant que Giroud l’an passé. À domicile, les Montpelliérains ont dû attendre le 27 octobre pour voir la première victoire. Et en plus de tout cela, les blessures à répétition (9 début décembre) ainsi que les problèmes internes sont venus ponctuer une première partie de saison ratée.

En Lorraine, les supporters de Nancy voient la Ligue 2 s’approcher à grands pas. Avec 8 points de retard sur le premier non relégable, Evian, Nancy est dans une situation bien inconfortable. Mais attention tout de même puisque l’an passé, le club du président Rousselot avait 18 points à la trêve et s’était maintenu. Le seul problème est la seule victoire acquise lors de la phase aller et la statistique de très mauvaise augure : Aucun club dans l’histoire de la Ligue 1, ne s’est maintenu avec un si faible nombre de points à la trêve.

Auteur : Romain Dohen

L'important, quoiqu'on en dise, c'est les trois points.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Infographie : les clubs de Ligue 1 sur le web
Infographie foot : les chiffres de la Ligue 1 sur le web en 2012

Cela va faire 5 mois que l'Observatoire de la Ligue 1 a été créé. Et depuis le lancement, APP est...

Cédric Barbosa, capitaine d'Evian Thonon Gaillard
Barbosa, l’immortel capitaine

Une nouvelle année commence et le temps n’arrête toujours pas Cédric Barbosa, le capitaine d’Evian Thonon Gaillard, soufflera le 6...

Zlatan Ibrahimovic, défié pour son nom de domaine "zlatan.fr"
L’homme qui défia Zlatan avec “zlatan.fr”

Le 1er Janvier est souvent synonyme de résolution et qu'elles soient bonnes ou mauvaises, tout le monde en fait. Il...

Fermer