City perd tout espoir à Goodison Park

16
mars
2013

Auteur :

Catégorie : Europe

City tombe face à Everton

Dans un match où intensité et agressivité sont allées de pair, Everton a remporté une victoire importantissime pour le titre et la course aux places européennes en faisant preuve d’abnégation et d’une solidarité à toute épreuve, même à l’arbitrage. 

Aucune victoire sur les trois derniers matchs pour Mancini face à David Moyes, pas de doute : Everton est la bête noire des Citizens. Mais ces derniers sont déterminés à changer la donne cette année, après une large victoire en Cup (5-0 face à Barnsley) là où les Toffees se sont inclinés sur leur pelouse (0-3 face à Wigan). Avantage City chez les bookmakers et Mancini le confirme par une organisation en 3-4-3 avec Zabaleta, Touré et Nastasic en défense centrale et un milieu à 4 qui à la charge d’étouffer les joueurs de la Mersey.

Mirallas hors-jeu, Osman en lucarne

La tension est palpable en début de match, l’enjeu entraîne une agressivité très forte chez Everton qui presse à tout va les champions en titre. Ceux-ci bafouillent leur football, ratent beaucoup de passe et souffrent face au tandem Anichebe-Fellaini qui pèse sur la défense à trois de City. Cette domination se concrétise à la 12e lors d’un premier tournant: sur un renvoi de la défense, Gibson passe à Mirallas de la tête, le belge frappe instantanément en pleine lucarne, laissant Hart de marbre mais pas le drapeau de l’arbitre assistant. Mirallas est hors jeu, le but est annulé. A tort.

City, grisé par cette occasion décide de prendre l’ascendant et enchaîne trois frappes en deux minutes, toutes captées par Mucha. Le match se rééquilibre. À la 31e minute, après une succession de passe pour les Toffees, Coleman récupère sur l’aile droite, s’incruste dans la surface par une dizaine de passements de jambes avant de transmettre à Osman qui, d’un extérieur trop parfait pour être souhaité, ouvre le score devant un Joe Hart hagard.

Coleman et Mirallas sont intenables sur le côté droit et obligent Kolarov à redescendre constamment. À la 37e, au terme d’une belle action collective, l’arrière droit Irlandais centre pour Anichebe, le Nigérian contrôle et frappe en pivot au dessus. Sur l’action suivante, Carlos Tevez réplique par une frappe sèche au 25m, de peu à côté! Everton n’est pas impressionné et continue sa pression sur le but de Hart, obligé de claquer un énième centre dangereux de Coleman sur la tête de Mirallas, heureusement contrée par Touré pour City. À la mi-temps, Goodison Park est fier de ses troupes.

Les errements de Probert, le sans-faute de Mucha

City engage mieux la deuxième période, domine enfin la rencontre mais Everton est toujours sérieux en défense tout en se projetant assez vite vers l’avant. Javi Garcia puis Nastasic se montrent dangereux, vite imités par Osman sur corner qui, d’une reprise de volée un poil trop haute, fait craindre le pire à Roberto Mancini.

C’est alors qu’arrive le deuxième tournant du match. Pienaar prend un deuxième carton jaune, coupable d’un pied haut sur Javi Garcia et laisse ses coéquipiers en infériorité numérique. City en profite, pose son jeu et sa domination mais le bloc des Toffees ou le sang froid de Mucha empêche les champions en titre de recoller au score. Le gardien slovaque est encore impeccable sur une occasion à la 66e lorsque Dzeko, après une belle conservation de balle, envoie Tevez au face à face après une superbe balle piqué. Le portier repousse la frappe de l’Apache dans les pieds de Milner mais bouche bien l’angle devant l’Anglais.

Everton fait preuve d’une solidarité formidable en défense, toutes les tentatives de City sont contrées par un pied de Distin, Coleman ou même Fellaini qui accumule les rôles de Box-to-box et de soutien à Anichebe, plutôt seul devant après l’expulsion. Mucha écoeure à nouveau City à la 78e après ce un contre un face à Zabaleta.

Le troisième tournant du match est encore une fois l’oeuvre de l’arbitrage, bien à la peine dans ce match, lorsque Tevez enroule une frappe à l’entrée de la surface, contrée par la main de Fellaini! Les Citizens crient au penalty mais l’arbitre n’accorde qu’un coup franc. Le Belge était pourtant de deux mètres dans la surface. Le coup-franc ne donne rien, City pousse et campe devant la surface d’Everton mais dans les dernières secondes, Fellaini récupère et s’engouffre dans un contre, temporise et transmet à Jelavic, entré quelques minutes plus tôt, qui d’une frappe enroulée trompe une seconde et dernière fois Joe Hart. Goodison Park exulte, Manchester United aussi.

Auteur : Christophe.C GARNIER

Passionné de foot et spécialement fan de tout ce qui se fait outre-Manche depuis 10 ans.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
Indice UEFA
Indice UEFA : La France passera 6ème la saison prochaine

APP vous présente un nouveau point sur l’indice UEFA cette semaine, au terme des résultats sur les pelouses européennes. L’Allemagne...

entrainement FC Barcelone
Liga : présentation de la 28ème journée

Ce week-end se déroule la 28ème journée de Liga, après une nouvelle semaine de joutes européennes les clubs  espagnols retrouvent...

Ryan Giggs va bientôt la passe des 1000 matchs en pro
Premier League : Présentation de la 30ème journée

Après une semaine Ligue des Champions qui à vu l’élimination de tous les clubs Anglais contrairement à la Ligue Europa...

Fermer