Cheick Diabaté, l’homme providentiel des Girondins

03
juin
2013

Auteur :

Catégorie : Coupes Nationales / Ligue 1

Cheick Diabaté, l'homme providentiel des Girondins de Bordeaux et double buteur en finale de la Coupe de France

Samedi, sur les bords de la Garonne, plus personne ne cherchait l’homme providentiel des Girondins. Comme une évidence, Cheick Diabaté, auteur des deux buts de la victoire de son équipe en finale de coupe de France, fut de loin le joueur le plus applaudi lors de la présentation de la coupe aux supporters Marine et Blanc. Un hommage amplement mérité pour le géant Malien, mais surtout une sacrée revanche.

Un début de saison pour le moins délicat

Si Vendredi soir, il s’est offert son « Harlem Cheick »  dans le mythique stade de France pour marquer à jamais l’histoire de la coupe de France et des Girondins de Bordeaux, le chemin fut long pour le grand Malien. En effet, il y a seulement quelques mois, la simple idée qu’il pourrait être un jour l’attaquant titulaire du club au scapulaire en aurait fait sourire plus d’un.

Car longtemps, le longiligne attaquant Bordelais a essuyé les critiques des spécialistes, qualifié de joueur maladroit, lent et nonchalant. Pire, en début de saison, son propre public s’est mis à se moquer de son allure si particulaire sur le terrain, allant même jusqu’à le conspuer à chacune de ses sorties.

Une situation peu évidente pour un joueur en manque de réussite, que Francis Gillot n’avait pas manquer de dénoncer. Un soir de septembre 2012, à la veille de la réception d’Ajaccio à Chaban Delmas, le coach des Girondins n’a pas hésité à manifester sa désapprobation quant au traitement réservé par le public bordelais à son attaquant : «  Il ne faut pas oublier que si on joue la Ligue Europa, c’est parce qu’il a mis deux buts à Saint-Etienne lors de la dernière journée de la saison passée» avait rappelé le technicien qui regrettait les sifflets qui accompagnaient chaque prise de balle de l’international malien. « Il faut l’accepter comme il est, il joue avec ses qualités. Il a progressé dos au but, c’est un point d’attache pour nous, il est présent dans le combat ». Conscient du potentiel de son buteur et de son utilité en cas de départ de Yoan Gouffran, Francis Gillot ne pensait pas si bien dire.

Newcastle, le déclic

Car de cet épisode délicat, le grand Cheick va finir par en tirer quelque chose de positif. Certainement revigoré par le discours de Gillot, le Malien va faire preuve d’une force mentale déconcertante pour inverser la tendance dès la semaine suivante, alors que de nombreux joueurs auraient jeté l’éponge. Fin septembre, il profite de sa 3e titularisation pour seller la victoire des siens à Gerland et ouvrir son compteur personnel. 3 jours plus tard, Cheick Diabaté bénéficie du turnover de son entraineur pour s’offrir une deuxième titularisation consécutive contre Newcastle en Europa League. Une chance que le géant va parfaitement saisir, s’offrant le premier et deuxième but de sa carrière sur la scène Européenne. Une grosse performance qui n’avait pas échappé à Francis Gillot,  qui l’avait remplacé à la 88e minute pour que ce dernier entende l’ovation de Chaban-Delmas.

Flatteur, mais encore insuffisant pour s’imposer comme un titulaire à la pointe de l’attaque des Marine et Blanc. Barré par Gouffran, Cheick Diabaté se contentera de quelques bouts de matchs jusqu’à la trêve. Peut importe, la confiance est de retour et le Malien attend son heure pour saisir définitivement sa chance. Et ce n’est pas le jeune Rolan, débarqué en Gironde cet hiver pour pallier le départ de l’ancien Caennais, qui va modifier ses plans.

2013, la naissance d’un sérial buteur

A peine de retour de la CAN, Cheick Diabaté profite de la blessure de l’Uruguayen et des prestations insignifiantes de David Bellion pour revenir dans le onze de départ Bordelais, à l’occasion des 16e de finale de la coupe de France contre Raon l’Etape. Auteur du but égalisateur qui permettra à son équipe d’accrocher in extremis une séance de tirs aux buts salvatrice, le Malien ne quittera quasiment plus l’équipe type de Francis Gillot.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a répondu présent ! Devenu indispensable dans le système Bordelais grâce à sa capacité à aller sans cesse au combat et user l’adversaire, Cheick va également se montrer irrésistible devant le but. C’est lui qui guide les Girondins jusqu’à Saint-Denis, en scorant à Raon-l’Etape, Lens et Troyes, avant de marquer la finale de son empreinte. Un doublé entré dans l’histoire, qui vient couronner une fin de saison exceptionnelle avec 10 buts sur les 9 derniers matchs, pour un total de 18 pions en seulement 21 titularisations toutes compétitions confondues !

Un rendement exceptionnel qui lui a valu de passer du statut de mal aimé à celui coqueluche auprès de ses supporters. Une juste récompense, une incroyable revanche qui n’est en rien une finalité pour le grand Cheick Diabaté, toujours plus ambitieux. « Je veux être la fierté de l’Afrique, comme Samuel Eto’o, Didier Drogba, Emmanuel Adebayor et Fredéric Kanouté. Je pense que je peux arriver à leur niveau ». Une déclaration pleine de confiance et de culot qui devrait encore faire sourire les spécialistes. Mais il n’y a pas si longtemps, Cheick se confrontait au même scepticisme lorsqu’il affichait son ambition de devenir titulaire à la pointe de l’attaque Girondine…

Auteur : Loïc Denibaud

Intervenant d'action sociale le jour, amoureux du football et du beau jeu le jour et la nuit.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Coupes Nationales

Comments are closed.

Plus dans Coupes Nationales, Ligue 1
Zlatan
L’abécédaire de la Ligue 1

Terminus, tout le monde descend ! La Ligue 1 vient de jouer sa dernière scène. Clap clap clap ! On applaudit. Les...

parisiens-et-champions
Baissé de rideau sur la Ligue 1

Cette saison 2012-2013 se termine sur un titre du Paris Saint Germain. Voici le bilan. Ce dénouement de championnat n’a...

Pendant 3 semaines, vous avez voté pour votre équipe type de la Ligue1. Découvrez votre onze idéal
Votre équipe type de Ligue 1

Depuis début mai, APP vous proposait de désigner VOTRE équipe type de la Ligue 1. Alors que l’on joue aujourd’hui...

Fermer