Le carnet de note du mercato (2/2)

10
septembre
2013

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Le marché des transferts étant terminé en Ligue 1, il est l’heure d’en dresser le bilan. APP en profite pour noter le recrutement des vingt clubs de Ligue 1

Le marché des transferts étant terminé en Ligue 1 depuis le 2 Septembre, il est l’heure d’en dresser le bilan. APP en profite donc pour noter le recrutement des vingt clubs de Ligue 1.

Montpellier : Un peu à l’image de Lille, Bordeaux ou Lyon, les temps sont durs pour les récents champions de France. Avec les départs de Belhanda, Bedimo, Utaka et Estrada, c’est quatre nouveaux piliers du titre de 2011 qui ont quitté le navire.  Les départs des tauliers, Jeunechamp et Pitau, ainsi que celui de l’entraineur, René Girard, permettent à Montpellier de passer dans un nouvel ère, celui de la reconstruction. Le nouveau maitre d’œuvre sera Jean Fernandez. Pour mener à bien sa mission, il a décidé d’embaucher les défenseurs latéraux Jebbour et Tiéné ainsi que Samson, Montano et Bakar, pour dynamiser le secteur offensif. Tous les quatre en fin de parcours ou indésirables dans leurs clubs respectifs, ils auront pour objectif de faire combler les départs évoqués plus haut. Autre départ à mentionner, celui de Gaétan Charbonnier. L’ancien angevin, décevant dans le sud de la France, est parti se relancer à Reims.

Note : 9/20. Chaque départ a été comblé. Mais, impossible de nier que les petits nouveaux n’ont pas le talent de leurs prédécesseurs. Après avoir jouer la Ligue des Champions la saison dernière, les montpelliérains devraient de nouveau se trouver aux alentours de la dixième place.

Nantes : Longtemps, le mercato du FCN a été à l’arrêt. Suspendu à une décision de la FIFA pour savoir s’ils avaient le droit de recruter ou non suite au litige concernant le transfert d’Ismaël Bangoura, les dirigeants nantais ont multiplié les pistes sans pouvoir les concrétiser. Une fois autorisé à acheter, ils ont fait dans la sobriété, faute de moyens. Un défenseur (Vizcarrondo), un milieu (Bedoya) et deux attaquants (Audel et Nicolita), pour renforcer un effectif très peu expérimenté aux joutes de la Ligue 1. A souligner également, les acquisitions définitives des deux vénézuéliens,  Cichero et Aristeguieta, qui ont tous les deux donné satisfaction la saison dernière. Le tour de force du mercato nantais est sans doute d’avoir conservé Djordjevic. Nul doute que l’avant-centre serbe sera d’un apport nécessaire dans la course au maintien.

Note : 11/20. Un peu comme Guingamp. Un recrutement sobre, qui pourrait suffire pour se maintenir. Encore faudra-t-il combler se début de saison manqué.

Nice : Sans doute le mercato le plus calme de la Ligue 1. Un seul départ majeur à déplorer mais non des moindres. Celui du capitaine, Renato Civelli, qui n’a pas souhaité prolonger son contrat. Il n’a pas été remplacé poste pour poste car Claude Puel dispose dans son groupe de plusieurs jeunes et bons joueurs pouvant combler l’exode de l’argentin. Camel Meriem, qui n’entrait plus dans les plans de ses dirigeants n’a pas été conservé non plus. Pas grand-chose non plus du côté des arrivés : Nampalys Mendy,  milieu défensif de Monaco est venu poser ses valises chez le voisin et rival, et Christian Brüls, milieu créateur belge a été prêté avec option d’achat par La Gantoise. Nous venons également d’apprendre l’arrivée prochaine de Matthieu Bodmer, en provenance du PSG.

Note : 13/20. L’an dernier, Nice avait été la révélation de la saison. Avec sensiblement le même effectif, il n’y a pas de raison pour que la réussite ne soit pas de nouveau au rendez-vous.

Paris SG : Avec un effectif déjà pléthorique, le PSG aurait été compétitif, même sans recruter. Mais, jamais rassasié et disposant d’un budget pour les transferts quasiment illimité, Laurent Blanc, qui a succédé à l’intersaison à Carlo Ancelotti, a eu droit à quelques cadeaux de bienvenue. Cavani pour 64 millions €, Digne pour 15 millions et Marquinhos pour 32 millions. Rien que ça. «Le président» pourra aussi compter sur le retour de prêt de Rabiot pour amplifier sa profondeur de banc. Dans le même temps, les dirigeants qataris ont énormément dégraissé. Les indésirables Lugano, Sissoko, Tiéné, Bodmer et Armand ont été prié d’aller voir ailleurs, Sackho et Gameiro ont été vendu moyennant quelques millions €, et les jeunes  Aréola, Bahebeck, Conte ainsi que Chantôme ont été prêté pour trouver du temps de jeu et acquérir de l’expérience. La seule interrogation concerne pour le moment Marquinhos, arrivé blessé et dont le prix d’achat parait étonnant pour un joueur aussi jeune.

Note : 17/20. Rajouter des stars a un effectif composé de star. Pas besoin de faire de dessin, le PSG est le grandissime favori à sa propre succession. Attention quand même à Monaco.

Reims : Pour un club avec si peu de moyens, il ne faut pas avoir peur de parler de mercato cohérent. Tout d’abord, parce que mis à part Pape Souaré, de retour de prêt à Lille, aucun joueur clé de l’effectif rémois n’a quitté le navire. Courtisés de part et d’autres, Krychowiak, Fortès et Mandi  sont finalement restés. Ensuite, car les recrues de Fournier sont nombreuses. Peu connu du grand public, elles sont néanmoins de qualités à l’image de l’Israélien Atar, star de ce championnat ou d’Antoine Conte, défenseur central prometteur du PSG, arrivé en prêt. Turan, Oniangue, Albaeck et le revanchard Charbonnier apporteront sans aucun doute un plus au groupe champenois.

Note : 14/20. Après une première saison à jouer le maintien, Reims espère faire mieux. En tout cas, Hubert Fournier à l’effectif à disposition pour y parvenir.

Rennes : Après celui de Monaco (ce qui est normal pour un promu), le mercato rennais est le plus important de Ligue1. Bien entendu, pas au niveau de l’argent investit, mais des mouvements de joueurs. Phillipe Montanier, le nouvel entraineur breton, compte pas moins de vingt départs à son effectif. Dont une flopée de titulaires potentiels : Diarra, Erding, Diallo, Foulquier, Jebbour, Mavinga, Montano, Théophile-Catherine,… A noter également, les prêts des jeunes Ngando, Sané et Diarra, en Ligue 2, pour gagner en temps de jeu et en expérience. Le  nombre d’arrivée est beaucoup moins important. Elles se comptent au nombre de six. Trois défenseurs confirmés aux joutes de la Ligue 1, Armand qui arrive de Paris, M’Bengué en provenance de Toulouse et Emerson, qui a évolué à Lille il y a quelques années de cela. Le Stade Rennais enregistre également les prêts de Kadir, qui n’a jamais su s’imposer lors de son passage à l’OM, de Nelson Oliveira qui s’est déjà imposé sur le front de l’attaque et de l’inconnu Silvio Romero qui débarque d’Argentine.

Note : 11/20. Rennes se retrouve à un tournant où la politique du club a changé. Le dégraissage massif était une nécessité pour relancer la machine, grippée lors des deux dernières années d’Antonetti. Philippe Montanier a été embauché pour remplir cette tâche. Encore faut-il que ses recrues soient au niveau…

Franck Tabanou, nouvelle recrue de l'AS St Etienne.Saint-Etienne : Un mercato étrange. Le départ d’Aubameyang étant acté depuis longtemps, les dirigeants stéphanois se devaient d’étoffer un effectif pour pouvoir rivaliser avec les meilleurs en championnat et faire un parcours honorable en Europa League. Les arrivées de Pogba (Florentin, pas Paul!), Baysse, Corgnet, Sissoko et Tabanou allait dans ce sens. Un mélange d’expérience et de jeunesse apportant une vraie plus-value au groupe. Mais, la désillusion de l’élimination en Coupe d’Europe a quelque peu chamboulé les plans de l’ASSE. Guilavogui, qui souhaitait coûte que coûte jouer l’Europe a rejoint l’Atlético Madrid. Un départ qui n’a pas été comblé, faute de temps. Seul Erding, en perte de vitesse à Rennes et venue pour concurrencer Brandao, ainsi que Mollo, de nouveau prêté par Nancy (avec option d’achat) ont rejoint le club en toute fin de mercato.

Note : 11/20.  Aubameyang devait être le seul départ notable de l’effectif. Il a été rejoint sur le tard par Guilavogui, ce qui plombe le mercato des verts.  L’absence de Coupe d’Europe va alléger le calendrier et l’effectif parait tout même taillé pour faire aussi bien que la saison dernière.

Sochaux : Avec les départs de Boudebouz, Privat et Sio, c’est les trois principaux atouts offensifs des lionceaux qui quittent le club. Ennuyeux, quand on connait les difficultés rencontrées par Sochaux dans la lutte pour le maintien la saison dernière. Heureusement, ce ne sont que les trois seuls départs importants de l’effectif. Les recrues ne sont pas non plus légion et concernent bien entendu principalement le secteur offensif. En plus du retour de prêt de Camara, les sochaliens se renforcent avec les arrivées de l’ancien rennais Boukari, du Dijonnais Guerbert et de l’avant-centre de la Zambie, champion d’Afrique en 2012, Emmanuel Mayuka. Julien Faussurier vient quant à lui étoffer le secteur défensif.

Note : 9/20. Les départs offensifs affaiblissent considérablement un effectif qui n’en avait pas besoin. Encore une saison difficile qui s’annonce dans le Doubs, comme le montre le classement après quatre journées (Sochaux, est dix-neuvième avec seulement deux points au compteur).

Toulouse : Un peu comme Rennes, Toulouse se retrouve à un tournant. Stagnant dans le ventre mou de la Ligue 1 depuis trop longtemps, le Téfécé a vu plusieurs cadres quitter le navire. Avec les départs de Tabanou, M’Bengué et Capoue,  c’est trois cadres mais surtout les trois derniers purs produits du centre de formation à s’être durablement imposés dans l’effectif qui quittent le club. Ces trois départs seront difficiles à combler, au même titre que celui de Braaten. Le norvégien, couteau suisse d’Alain Casanova, l’entraineur, n’a pas trouvé de terrain d’entente pour prolonger son contrat. Les trois joueurs arrivés en prêt, Hermach, Djalo et Rabiot sont retourné dans leur club respectif. Les dirigeants toulousains souhaitaient se faire de nouveau prêter le longiligne milieu parisien, mais Laurent Blanc avait décidé de le conserver. En revanche, ils ont enrôlé Clément Chantôme, toujours sous forme de prêt. La seule recrue connue des suiveurs du championnat de France. Les autres recrues proviennent de championnats de seconde zone : Aguilar (Alicante) et Trejo (Gijon) viennent de seconde division espagnole, Braithwaite (Esjberg), du Danemark et Spajic (Belgrade), de Serbie.

Note : 12/20. Encore un club qui a recruté des joueurs peu connus en France. On ne peut donc pas s’avancer sur le niveau de ces dernières. Et pourtant, la saison du Téfécé en dépend.

Valenciennes : Isimat-Mirin, Bong, Danic, Aboubakar, Sanchez, Sankharé et Gomis. Pas moins de sept joueurs cadres ont quitté le nord cet été. Assez incompréhensible d’ailleurs. On se demande pourquoi Legrand, le président valenciennois, n’a pas essayé de stopper l’hémorragie, en déclarant intransférable quelques-uns d’entre eux. Surtout que mis à part Enza-Yamissi, et à un degré moindre, Bahebeck, aucune recrue n’est habituée aux joutes du championnat de France. Doumbia y a bien évolué avec Rennes, mais que trop peu longtemps pour y engranger assez d’expérience. Kagelmacher n’a evolué qu’en Ligue 2, avec Monaco. Quant aux deux autres, Ciss et Chitu, il découvre le football français.

Note : 8/20. Beaucoup de départ important comblés par quelques recrues de secondes zones. Assurément, une régression dans l’évolution du VAFC.

Auteur : Antoine Raguin

Antoine, aspirant journaliste, amoureux de football et de sports en général et nostalgique de Zizou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Comments are closed.

Plus dans Ligue 1
Meilleur buteur de la L1, Emmanuel Rivière est l'une des surprises de ce début de saison. Pour vous, APP revient sur son parcours et sa situation actuelle.
Emmanuel Rivière sort de son lit

On vous avait dit «Falcao va tout déchirer avec Monaco» ? Et bien pour le moment, ce n’est pas lui la...

Recrue phare du mercato Parisien, Lucas Digne à depuis disparu de la circulation et n'à toujours pas joué la moindre minute sous le maillot du PSG ...
Quelqu’un a t’il vu Digne ?

Un titre de champion du monde U20, une arrivée au PSG, des ambitions à la hauteur de sa progression.  Lucas...

Trois scores nuls et vierges, Lyon qui s'enlise toujours plus profondément, Toulouse lanterne rouge... Tour d'horizon de cette 4ème journée de Ligue 1.
Un week-end en Ligue 1 (04/38): Le patron, c’est (déjà) Monaco

Trois scores nuls et vierges, Lyon qui s'enlise toujours plus profondément, Toulouse nouvelle lanterne rouge... Tour d'horizon de cette 4ème...

Fermer