Candice Prevost (Eurosport/UNSS) : «J’avais envie d’autre chose»

03
février
2014

Auteur :

Catégorie : Interview

Ancienne joueuse du Paris SG et consultante aujourd'hui pour Eurosport, Candice Prevost se livre pour Au Premier Poteau.

Si vous êtes passionnés de football féminin, son visage vous dit forcément quelque chose car, avant d’être l’une des voix de la D1 féminine pour Eurosport, elle a été l’un des trois mousquetaires du PSG avec Laure Boulleau et Sabrina Delannoy. Ceux qui pensent que “retraite sportive” rime avec “repos” n’ont pas encore saisie la nuance de wonderwoman qui se cache en Candice Prevost; véritable femme de terrain au service du sport, c’est un portrait haut en couleur qu’elle nous offre au travers de ses réponses. Attention, lire cette interview va vous procurer une sensation d’euphorie !

Bonjour Candice, comment vas-tu ?

Ça va bien et vous ?

Toi qui a joué au PSG durant 9 ans, que fais-tu aujourd’hui ?

J’étais prof d’EPS et depuis septembre de cette année, je suis directrice nationale adjointe pour l’UNSS, en gros je travaille pour la fédération sportive scolaire pour les collèges et les lycées. Nous travaillons sur la promotion des championnats de France UNSS mais je ne gère pas le football dans mes dossiers sportifs et je gère un dossier transversal qui est lié au handicap, qui est également appelé «sport partagé». C’est très intéressant et enrichissant car ça me permet de rencontrer de nombreuses fédérations comme celles du tir-à-l’-arc, du golf, de la natation ou encore du basket et de comprendre leur fonctionnement.

Ensuite, il y a Eurosport qui me permet de vivre une belle transition depuis ma retraite sportive et aussi de voir mes anciennes coéquipières et amies jouer, ce qui est très sympa. Cela m’offre l’opportunité de mener une réflexion sur ce qui se passe sur le terrain, sachant que j’ai passé les diplômes d’entraîneur lorsque j’avais le statut de sportive de haut niveau et je me dis que j’ai un rôle à jouer au niveau du développement du football féminin, mais pas seulement… Il y a tellement de critiques qui sont faites par rapport au foot, j’essaie de défendre ce sport au mieux !

Je fais également partie du bureau exécutif de la Ligue de Football Amateur, c’est aussi très intéressant car, ça me donne la possibilité de connaître les coulisses du football, toutes ces choses auxquelles on ne réfléchit pas forcément quand on est sur le terrain ou dans les tribunes. C’est le président de la LFA qui m’a proposé de rejoindre son équipe et je me suis dit que c’était encore le bon moment d’apprendre des choses et pourquoi pas d’impulser de nouvelles idées.

Il paraît que tu fais de la musique aussi ?

C’est plus de l’ordre du loisir, mais ça peut m’arriver aussi de temps en temps… Disons que c’est un plus ! Pas facile de faire tenir autant d’activités dans mon emploi du temps et surtout d’y consacrer le temps nécessaire pour être efficace, l’UNSS reste ma priorité.
Pour en savoir plus : https://www.facebook.com/whentenmusic

Ancienne joueuse du Paris SG et consultante aujourd'hui pour Eurosport, Candice Prevost se livre pour Au Premier Poteau.Jouer, ça te manque ?

Oui ! Mais je dois t’avouer que je n’ai pas le temps d’y penser… Dès que je rentre chez moi, je me pose car, je n’ai pas l’habitude de prendre les transports après une longue journée de travail. Ce qui me manque quand je les vois jouer, comme lors du OL / PSG, c’est surtout l’ambiance, la vie du groupe…

En ce qui concerne la pratique c’est plus le fait de pouvoir me défouler qui me manque. Maintenant, je pense que j’avais besoin de passer à autre chose, j’étais totalement dévouée au football et je commençais un peu à me lasser, à y aller en traînant les pieds et c’est souvent ce qui annonce le besoin de changement. J’avais envie d’autres choses et quand je vois le nombre de portes qui se sont ouvertes, je me dis que j’ai pris la bonne décision, c’est sans regrets, je suis bien comme ça.

Le statut de professionnelle ça ne te tentait pas ?

Non, je vois le football comme un jeu et du coup, en faire mon métier à plein temps ne m’intéressait pas. Je n’aurai pas pu me contenter d’une vie de football, en tout cas à long terme, j’apprécie le fait de pouvoir y participer autrement.

Comment participes-tu à la féminisation du sport ?

J’ai envie de défendre la place de la femme dans les milieux sportifs. Par exemple à la LFA, je me dis que j’ai un rôle de représentation, si tu n’investis pas l’espace qu’on t’offre en tant que femme, c’est plus que dommage car ça permet aussi d’ouvrir la porte à celles qui arrivent derrière.

Pour résumer ça, je dirais que c’est un peu mon défi professionnel, il y a des personnes qui vont me rejoindre, c’est sûr, mais faut y aller à fond et arrêter de réfléchir.

De ton point de vue, le football féminin a besoin de quelles améliorations ?

Je suis très optimiste par rapport à l’évolution du football féminin, après je pense qu’il faudrait par exemple améliorer le championnat car il y a trop de différences entres les clubs. La structuration des compétitions a aussi besoin d’être travaillée. C’est un des chantiers de la FFF et d’une des commissions de féminisation, puis le nombre de licenciées augmente chaque année, c’est bon signe, même si c’est vrai que l’on est parti de très bas…

Les mentalités doivent aussi changer, pourquoi pas solliciter les présidents des clubs de L1 pour investir une partie de leur budget dans des clubs féminins.

Et les Bleues dans tout ça ?

C’est peut-être ça aussi la clé de tout, un titre internationale pour fédérer autour de ce projet et je pense qu’il s’agit d’une réelle ambition car c’est un peu la vitrine du football féminin français. Sans mettre de pression, c’est très important pour être légitime et rendre encore plus visibles cette partie là du football. Accueillir une compétition internationale en France, ça pourrait aussi aider à débloquer les fonds qui manquent.

CP-DEDI5 minutes décalées… Sur une île déserte* ?

Mes lunettes de soleil,
Ma crème solaire,
Ma musique,
Mes potes qui me ramèneront des caisses de bonbon,
Une canne à pêche,
Et un ballon :)

* Suite à une négociation concernant le règlement intérieur de l’île, le quota a été modifié spécialement pour Candice.

Un grand merci à Candice pour sa bonne humeur.
Crédit photos : @PrevostCandice – Eurosport

Auteur : Koralee Cano

Crampons ou talons, Koralee a fait le choix de ne pas choisir et surtout d'en parler. Passionnée du détail, curieuse d'en savoir toujours un peu plus, elle décrypte l'univers du football féminin non sans une pointe d'humour.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Interview

Comments are closed.

Plus dans Interview
VASSEYI1
Viviane Asseyi (MHSC) « Le championnat n’est pas joué d’avance ! »

Dans le cadre de notre spéciale PSG/MHSC, et après Kenza Dali, c'est la jeune attaquante montpelliéraine Viviane Asseyi qui a...

KDALI1
Kenza Dali (PSG) : «Gagner face à Lyon ? Le résultat de 2 ans de travail»

Avant le choc de la 15ème journée de D1 féminine, qui opposera le PSG au MHSC au stade Charlety, nous...

Pierre Gratiot (INFOSPORT+), 1ère partie : “Si la France passe les groupes, tout est possible”

Connu à l'époque des abonnés de TPS avec la première mouture d'Infosport, Pierre Gratiot est désormais un des journalistes emblématiques...

Fermer